Magazine Cinéma

In the mood for news (2): semaine du 26 septembre 2007

Par Sandra.m

L’info théâtre de la semaine

18399f56de0cbc668e0a49c26cba0bc3.jpg

Il y a deux ans, je vous avais vivement recommandé la pièce de Florian Zeller intitulée « L’Autre » (pour lire ma critique de cette pièce, cliquez ici). Elle reprend à partir du 2 octobre au Studio des Champs Elysées dans le 8ème (Informations :   01 53 23 99 19  et  www.comediedeschampselysees.com ).

Seul Aurélien Wiik qui y était d’ailleurs remarquable reste dans la distribution. Il est rejoint par Sara Forestier dont ce sera le premier rôle au théâtre et par  Stanislas Merhar, la musique est composée par  Christophe.

L’info festivals de la semaine

29df06ba7897769554e2e4e997bba188.jpg

Marie-José Nat sera la présidente du Festival du Film Britannique de Dinard 2007.

Jocelyn Quivrin viendra compléter le jury

95332001ed4836603f6178f2d41452ca.jpg

¨Programme complet du Festival du Film Britannique de Dinard 2007:

Compétition   BRICK LANE de Sarah Gavron

Compétition   FAR NORTH de Asif Kapadia

Compétition   HALLAM FOE de David Mackenzie

Compétition   JANE de Julian Jarrold

Compétition   ONCE de John Carney

Compétition   THE MIDNIGHT DRIVES de Mark Jenkin

Avant- Première   AND WHEN DID YOU LAST SEE YOUR FATHER de Anand Tucker

Avant- Première   ATONEMENT de Joe Wright

Avant- Première   BUILD A SHIP, SAIL TO SADNESS de Laurin Federlein

Avant- Première   GARAGE de Lenny Abrahamson

Avant- Première   HOW ABOUT YOU de Anthony Byrne

Avant- Première   I AM BOB de Donald Rice (court métrage)

Avant- Première   I REALLY HATE MY JOB de Oliver Parker

Avant- Première   IT'S A FREE WORLD… de Ken Loach

Avant- Première   KINGS de Tom Collins

Avant- Première   L'HEURE ZERO de Pascal Thomas

Avant- Première   MON MEILLEUR ENNEMI de Kevin Macdonald

Avant- Première   MRS RATCLIFFE'S REVOLUTION de Billie Eltringham

Avant- Première   NEVER APOLOGIZE de Mike Kaplan

Avant- Première   RUBY BLUE de Jan Dunn

Avant- Première   THE ENGLISHMAN de Ian Sellar

Avant- Première   THE MARK OF CAIN de Marc Munden

Avant- Première   THIS IS ENGLAND de Shane Meadows

Avant- Première   WAZ de Tom Shankland

Hommage   A ROOM FOR ROMEO BRASS de Shane Meadows

Hommage   DEAD MAN'S SHOES de Shane Meadows

Hommage   ONCE UPON A TIME IN THE MIDLANDS de Shane Meadows

Hommage   TWENTY FOUR SEVEN de Shane Meadows

Rétrospective Foot   CARTON ROUGE de Barry Skolnick

Rétrospective Foot   THE GAME OF THEIR LIVES de Daniel Gordon

Rétrospective Foot   JIMMY GRIMBLE de John Hay

Rétrospective Foot   THE VAN de Stephen Frears

Regards Croisés   NAISSANCE DES PIEUVRES de Céline Sciamma

Femis vs NFTS   CARCASSE de I. El Mouala El Iraki

Femis vs NFTS   FBIZoo de Y. Angely/J. Vray

Femis vs NFTS    SAUF LE SILENCE de Léa Fehrer

Femis vs NFTS   THE END FOR BEGINNERS de David Lalé

Femis vs NFTS   FOR THE LOVE OF GOD de Joe Tucker

Femis vs NFTS   FRIENDS FOREVER de Marçal Forès

Sélection courts métrages Kodak   BROKEN de Vicki Psarias

Sélection courts métrages Kodak   ELA de Silvana Aguirre Zegarra

Sélection courts métrages Kodak   EVOL de Chris Vincze

Sélection courts métrages Kodak   EX MEMORIA de Josh Appignanesi

Sélection courts métrages Kodak   NEUTRAL CORNER de Emily Greenwood

Sélection courts métrages Kodak   OUT OF MILK de Nicola Morris

Sélection courts métrages Kodak   VAGABOND SHOES de Jackie Oudney

Sélection courts métrages G. Higgins   ATTACK de Timothy Smith

Sélection courts métrages G. Higgins   BADGERED de Sharon Colman

Sélection courts métrages G. Higgins   DADDY'S LITTLE HELPER de D. Wilson

Sélection courts métrages G. Higgins   DOG FLAP de Jack Herbert

Sélection courts métrages G. Higgins   DREAMS AND DESIRES de Joanna Quinn

Sélection courts métrages G. Higgins   GOODBYE TO THE NORMALS de JF Smith

Sélection courts métrages G. Higgins   THE HANDYMAN de Simon Rumley

Sélection courts métrages G. Higgins   PHOBIAS de Bert & Bertie

Pour en savoir plus sur le Festival du Film Britannique de Dinard :

Mon compte-rendu du Festival du Film Britannique de Dinard 2005

Mon compte-rendu du Festival du Film Britannique de Dinard 2006

L’info politiquement correct de la semaine

6dc306b8a6f9c5186f4267de9c632f95.jpg
Les frères Affleck lors de l'avant-première de "Gone baby gone" au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2007. Photo: Sandra.M

« Gone baby gone », le premier film de Ben Affleck en tant que réalisateur dont je vous ai parlé lors de son avant-première deauvillaise ( cliquez ici pour lire l’article concernant l'avant-première deauvillaise du film) ne sortira pas en Grande-Bretagne en raison des similitudes avec l’affaire Maddie McCann (la petite fille du film, enlevée, s'appelle ...Madeleine)alors que le film a été écrit avant les faits.

L’info bloguesque de la semaine :

De nouvelles vidéos ont été mises en ligne cette semaine sur mon blog « In the mood for Deauville » (http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com ) consacré au 33ème Festival du Cinéma Américain de Deauville.

Le film de la semaine du 26 septembre recommandé par  « In the mood for cinema » :

38543448fd3825ed35989a9cba92237b.jpg
  « 7H58 ce samedi-là » (Before the devil knows you’re dead) de Sidney Lumet. (Avec Philip Seymour Hoffman, Ethan Hawke, Marisa Tomei, Albert Finney… Durée : 1H55)

7H58 ce samedi-là a été projeté en avant-première, hors compétition au 33ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, à l’occasion de l’hommage que le festival a rendu à Sidney Lumet. Olivier Marchal a d'abord rendu hommage à Sidney Lumet particulièrement ému de récompenser celui qui a suscité sa vocation de policier et de cinéaste, de même que celle du maire de Deauville (vocation non pas de policier ou de cinéaste, hein, mais d'homme d'Etat).

Il y a des jours comme ça où, en une fraction de seconde, tout peut basculer dans la tragédie, comme à 7H58 ce samedi-là, dans la vie des Hanson. Ce samedi matin-là, tout semble pourtant normal dans la banlieue de New York où ils vivent  (le père passe un test de conduite, sa femme ouvre la bijouterie familiale) si ce n’est que leur fils aîné, Andy,  s’inquiète pour son contrôle fiscal du lundi suivant et si ce n’est que Hank, le cadet, est enfermé dans des problèmes d’argent apparemment inextricables. Et après 7H58, quand les deux frères ont la judicieuse idée de braquer la bijouterie de leurs parents, plus rien ne sera jamais pareil.

Ce film est à l’image du personnage d’Andy : d’abord profondément antipathique, nous prenons peu à peu fait et cause pour lui. Il est aussi à l’image des vies des deux frères par qui le drame arrive : des vies fragmentées, désorientées. Voilà d’ailleurs les deux qualités du film : sa structure narrative brillante (ou sa démonstration stylistique appuyée, c’est selon) et la force de ses personnages. En résulte une véritable leçon de cinéma...

Ce film vous prend à la gorge au fur et à mesure que l’étau se resserre autour des deux frères, il vous captive, vous capture même, et vous enserre dans son cycle infernal: impossible de s’échapper, nous sommes pourtant aussi libres de sortir de la salle que les deux frères l’étaient face à leur destin, avant 7H58 donc. Au lieu d’adopter une construction linéaire, Sidney Lumet met en scène une pluralité de points de vue, un montage habilement déstructuré et une succession de flash-backs qui accentuent la tension dramatique, et le sentiment d’urgence et de drame insoluble. La caméra de Sidney Lumet va ainsi ausculter les causes (finalement plus profondes et surtout beaucoup moins matérielles qu’il n’y parait de prime abord) et les conséquences du drame, va nous plonger dans les âmes et vies sombres des protagonistes, va nous conduire à voir en un homme cupide et impitoyable un ancien enfant blessé. Par une habile construction scénaristique, notre antipathie initiale pour le personnage de Andy évolue peu à peu, la « réalité » apparaît moins manichéenne : Hank ( Ethan Hawk, méconnaissable) apparait de moins en moins victime (du destin ?) au fur et à mesure que son frère Andy (Philip Seymour Hoffman, bluffant, à nouveau)l’est de plus en plus à nos yeux devenus plus indulgents à son égard.  Un film qui a la couleur d’une blessure à vif, celle de la trahison et celle de l’enfance, les plus douloureuses et profondes, et le rythme d’une course contre la mort, contre le diable. Le titre anglais « Before the devil knows you’re dead » est tiré du proverbe irlandais : « May you be in heaven half an hour before the devil knows you’re dead » qui signifie « Puisses-tu atteindre le paradis une demi-heure avant que le diable n’apprenne ta mort ».  Une course que nous savons perdue d’avance, non moins prenante. Entre thriller et tragédie familiale, après le très moyen « Jugez-moi coupable » Sidney Lumet, malgré ses 84 ans,  d’après le premier scénario de Kelly Masterson, signe un thriller dramatique qui prouve la jeunesse et la vitalité de son regard.  Nommé 4 fois à l’Oscar du meilleur réalisateur pour Douze hommes en colère, Un Après-midi de chien, Network main basse sur la télévision et Verdict, il ne serait pas étonnant qu’il figure de nouveau parmi les nominés avec ce film particulièrement maîtrisé.

a6e9a9a49e28dd2e98128f01af4295bb.jpg
Sidney Lumet lors de l'hommage du Festival du Cinéma Américain de Deauville-Photo: Sandra.M
L'émotion d'Olivier Marchal qui a rendu hommage à Sidney Lumet

  Sandra.M


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sandra.m 125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines