Magazine Culture

Une étude en rouge - Conan Doyle

Publié le 22 octobre 2011 par Filipa

Titre : Une étude en rouge
Titre VO : A Study in Scarlet
Auteur : Sir Arthur Conan Doyle

IMG_20111021_234503.jpg
(C'est mes miens ! Ils sont beaaaaaaux <3 )


Résumé : Au n°3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffoné à la hâte, une inscription : "Rache !" Vengeance ! Vingt ans plus, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par des mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestérée dans le harem du fils de l'Ancien. Quel est le lien entre ces deux évènements aussi insolites que tragiques ? Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dérouler. Une intrigue tout en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître.

Une étude en rouge se divise en deux parties : Londres en 1880, et le Nevada en 1860. Et malheureusement, la seconde partie l'emporte sur la première. Au final, bien que ce soit une aventure de Sherlock Holmes, on ne voit pas beaucoup le détective. Mais, les scènes où il est présent n'en sont pas moins fascinantes. On a beau connaître le personnage et l'histoire, c'est toujours un plaisir de le suivre dans ses enquêtes, ses reflexions, d'assister à ses résolutions...

On peut avoir des difficultés à aimer le personnage (Sherlock est parfois odieux sans même sans rendre compte), il est juste impossible de ne pas être subjugé par ce détective consultant plus intelligent que toute la rue et qui remarque tout ce à quoi les autres ne font pas attention. Et j'ai toujours un sourire béat quand arrive le moment de la révélation... son processus de pensée semble tellement logique et tellement simple quand il l'explique qu'on se demande vraiment comment on a fait pour ne pas y penser aussi...

La deuxième partie est, comme je le disais, bien plus longue. Et c'est bien dommage. Surtout qu'on s'y perd un peu entre tous les noms des différents Partriarches et des différents (nombreux) fils, les dates, les lieux... Mais ceci mis à part, j'ai bien aimé l'histoire de Jean Ferrier et Lucie et les grandes plaines du Nevada... j'avais parfois l'impression d'être dans mon cours de civi' US de 2ème année. Mais quand même, je trouve cette partie bien longue. On voit même très peu Watson. Et c'est dommage ça.

Au final, la présence de nos héros victoriens est tellement minime qu'il est même difficile d'en parler. Une étude en rouge pourrait se résumer par : Première aventure de Sherlock Holmes, première rencontre entre le détective consultant et le médecin de guerre John Watson. Autant la rencontre est admirable, autant la première aventure est moyenne...

L'instant "couinage"/le + challenge :

Pendant ma lecture, je n'ai cessé de me dire à quel point Steven Moffat et Mark Gatiss sont des génies. Le premier épisode de la version moderne, A Study In Pink, est vraiment fidèle au roman - les répliques, la scène de la rencontre, les déductions, les pilules, le coupable... tout y est comme dans l'histoire de Conan Doyle ! C'est magique *o* Et ça prouve encore une fois l'intemporalité du détective consultant le plus intelligent de l'ère victorienne...

Et sinon, la préface par Steven Moffat dans l'édition britonne que j'ai est plutôt chouette. Courte, mais chouette. Il raconte sa première rencontre avec Sherlock, et surtout il conseille à tout le monde de lire les aventures de Sherlock et Watson dans l'ordre. Parce que c'est le meilleur moyen d'apprécier leur évolution, leur amitié... (Et à la fin, il y a A Scandal In Bohemia" en bonus *o*)

logochallenge.png


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filipa 508 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine