Magazine Séries

Critiques Séries : American Horror Story. Saison 1. Episode 5.

Publié le 03 novembre 2011 par Delromainzika

vlcsnap-2011-11-03-18h38m24s30.png

American Horror Story // Saison 1. Episode 5. Halloween - Part 2.


Plus on pénètre dans la saison - car oui, là ce n'est plus entrer, c'est pénétrer - plus mon envie insatiable d'épisodes se fait ressentir. Vous connaissez surement la faim, celle qui à 10h vous tord les boyaux parce que vous avez oublié votre Nesquik le matin ? - désolé, je bois pas de Nesquik, mais c'est pareil -. Et bien ce sentiment c'est celui ci, celui d'être frustrer de ne rien pouvoir grignoter, même pas une miette de pain. American Horror Story c'est la série qui transforme tes ongles en champ de bataille, comme si l'Armistice tardait à se faire signer. C'est une série qui éclate son monde en un rien de temps, qui arrive à te faire douter de toi même - oui, je me dis : j'ai vraiment vu cette série ? je suis dans la bonne dimension ? lui il est mort ou pas ? comment c'est possible ? -. J'ai l'impression d'avoir le cerveau en charpie, et ce n'est pas finie. Mais ce plaisir pris au visionnage d'un épisode de American Horror Story est rare dans les séries de nos jours. Je suis un très grand fan du cinéma d'horreur, j'ai vu à la fois les meilleurs et les pires horreurs - c'est le cas de le dire -.
Tim Minear, déjà scénariste de séries comme Dollhouse, Angel, Lois & Clark ou encore Firefly livre ici un excellent épisode. Le précédent et donc la première partie était écrite par James Wong et donc en toute logique l'épisode se concentrait sur l'horreur qu'il pouvait procurer, mais aussi sur la fête ancestrale et anglo-saxonne : Halloween. Tim Minear quant à lui veut se concentrer sur les personnages et il a lui aussi raisons, créant par la même occasion un épisode parfait dans tous les sens du terme. L'écriture est fluide, on a pas l'impression de se torturer à regarder une série d'horreur. Bien au contraire, c'est tellement bien écrit, et le pire : avec intelligence. Alors tout ceux qui disent que Ryan Murphy n'a rien dans la tête, qu'ils regardent un peu la direction de cette série. Il a fait naître l'antéchrist. Vous êtes prêt pour l'apocalypse ? Telle est la question. Dans ce nouvel épisode Violet va passer une bonne petite soirée, dehors, avec Tate. Et bien sûr, le duo fonctionne à merveille. Le truc c'est qu'ils vont tombés sur des morts, ceux du shooting - genre Columbine - de l'école du coin.
vlcsnap-2011-11-03-18h37m43s135.pngL'histoire était plutôt bonne, et surtout bien menée. Le tout est amenée de façon très anecdotique. C'est Halloween alors on ne se doute pas forcément qu'ils sont des morts. D'ailleurs on a droit à la présence de la petite Ashley Rickards de Awkward parmi les morts. Le duo Violet / Tate est magique. Cette alchimie qu'il y a encore les deux personnages. La petite révélation de la fin, celle que fait Constance à Violet était bien menée. Arf, que j'adore cette série. C'est encore mieux qu'un orgasme. Finalement, American Horror Story arrive déjà à tenir sur 5 épisodes. C'est à la limite de l'exploit quand on lit les critiques de Ryan Murphy ici ou là. Pendant ce temps Vivien et Ben se retrouvent confronter à l'esprit de l'ex bonne de Boston - et qui a été tuée par Larry, et enterrée dans le jardin -. Mon dieu que le syndrome de la maison hantée est toujours aussi parfait dans cette série. Je sais pas quoi dire. Ca fait des années que j'attends que au cinéma ce genre de se renouvèle. J'avais cru en cette possibilité avec Insidious, en vain, mais American Horror Story est née et voilà, patatra, le genre revit. Et d'une manière bien différente ce que j'aurais pu imaginer.
Ainsi, on se retrouve une fois de plus devant la perfection incarnée. Niveau réalisation les effets de style sont bien plus présents dans cet épisode. Notamment dans la construction de certaines scènes, avec la césure des dialogues pour accélérer le rythme, on a aussi la scène avec Zachary Quinto, qui est excellente, certes trop courte car il n'a pas le temps de nous effrayer. Petit à petit la série concède un monde imaginatif, et surtout intelligemment bâti. Surprenant tout de même que l'horreur puisse renaître de ses cendres à la télévision et de cette façon. Qui l'eut cru, mais American Horror Story est tout simplement la meilleure série apparue sur nos écrans depuis… très longtemps. Aussi loin que je puisse remonter, au moins 4 ans (et donc le lancement de Mad Men et autres). Bref, une réussite, que l'on doit notamment à Ryan Murphy mais aussi à un cast fabuleux. Rien que la scène dans la salle de bain avec Connie Britton qui est limite possédée mérite le coup d'oeil tellement elle arrive à nous plonger dans la folie.
Note : 10/10. En bref, la perfection incarnée, cette série surprend, vole l'âme de ses téléspectateurs et en fait un tout perveilleux - un mélange de pervers et merveilleux -.

Vidéo virale par ebuzzing

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire