Magazine Journal intime

Grippe A: où est-ce qu'on en est?

Par Docrica

De multiples sources d'informations scientifiques, médicales, politiques s'entrecroisent : on ne sait plus trop qui croire...

Voici les quelques points qui m'ont marqué ces derniers temps.

Oui, puisque la grippe A est partout. Mais pas de passage en phase 6 pour Roselyne Bachelot, sur Lepoint.fr. Logique. Vu la morbidité à ce jour, autant ne pas mettre un peu plus le bazar que ce qu'il n'est déja...

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) nous prédit même que ca va faire très mal dans les pays pauvres, d'après l' AFP. Ben tiens... Pourquoi ? Ça a fait aussi mal dans les pays pauvres de l'hémisphère Sud, qui vient de prendre la pandémie en pleine poire ? Et on nous le dirait pas ? Pfff ! Les cachottiers... Pourtant, l'Institut de Veille Sanitaire (INVS) nous a sorti un rapport sur la mortalité dans l'hémisphère Sud et on pourrait presque en plaisanter :

" - Au 11/09/09, le nombre de décès confirmés et rapportés est de 512 en Argentine, 165 en Australie, 125 au Chili et 17 en Nouvelle-Zélande.

- Près de la moitié des cas décédés confirmés en Argentine et au Chili, et entre 80 et 100% en Australie et en Nouvelle-Zélande, présentaient des pathologies sous-jacentes ou un terrain à risque."

En France et en pratique, on voit beaucoup de viroses actuellement dans les cabinets, et ils se ressemblent un peu tous : nez bouché, maux de tètes, fièvre, courbature, mal à la gorge, toux. Un seul mot : Doliprane et "lave toi le nez".

On nous a mis en avant les 3 catastrophes (des jeunes de moins de 30 ans, à priori sain et qui sont morts de la grippe A...), puis plus rien. Ça devrait revenir au premier plan dès que les vaccins H1N1 seront réellement disponibles.

Parfois, il manque un élement : les courbatures ou la fièvre, mais tout le reste y est. Est-ce la grippe A ? Peut-être... ou pas.

Impossible de savoir. Et pourtant, et pourtant... ce serait intéressant de le savoir. Au moins, on ne vaccinerait pas tous ceux qui ont été en contact ! Pourquoi leur faire prendre un risque, aussi infime soit-il, avec un vaccin contre une maladie pour laquelle ils sont déja immunisés.

Les polémiques sur les vaccins continuent. Un des éléments qui me choque le plus est l'attitude du Conseil de l'Ordre des Médecins qui nous demande, non seulement de nous vacciner... mais aussi de promouvoir coûte que coûte la vaccination, y compris si l'on est contre le vaccin ! ( C'est le cas d'1 médecin sur 2, révèle Lemonde.fr)

"Aujourd'hui, face à une telle pandémie, il est du devoir des médecins, premièrement, d'être en état de travailler, deuxièmement de ne pas être le vecteur de la maladie, et enfin d'avoir un comportement exemplaire en protégeant les individus et les familles.", souligne le Dr Legmann, Président du Conseil National de l'Ordre des Médecins.

Notre Premier ministre François Fillon a même tiré les oreilles des médecins récalcitrants au vaccin, qui "risquent ainsi de renforcer l'opinion défavorable, majoritaire des patient s", lit-on sur Lesechos.fr. Un syndicat de médecins généralistes s'offusque : il lui demande ainsi de s'occuper de politique et de nous laisser faire de la médecine.

Polémique encore : sur les masques cette fois-ci. Les "chirurgicaux" seraient aussi efficace que les "bec de canards", plus chers, annonce le site étranger Thaindian.com.

Polémique toujours : selon les Canadiens, les patients qui se feraient vacciner pour la grippe saisonière seraient plus sujet à attraper la grippe A... Le gouvernement a donc décidé de vacciner d'abord pour le H1N1, puis début 2010, pour la grippe saisonnière, apprend-on par Canadian Press. Mais l'expérience de terrain de certains médecins à La Réunion dit exactement le contraire. Le Dr Shashi Bashun déclarant ainsi sur Urlm-reunion.net : "Je pense que les personnes agées étaient protégées par le vaccin contre la grippe saisonnière".

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssps) nous affirme aussi que les risques neurologiques (notamment le syndrome de Guillain-Barré qui pourrait être en rapport avec les adjuvants de certains vaccins) sont bien plus importants si l'on attrape la grippe, que si l'on se fait vacciner. ( Urlm-reunion.net)

Une étude en préparation à La Réunion : des sérologies H1N1 ont été faites avant l'épidémie dans certaines familles, et seront refaites chez tout le monde début 2010. Sur Urlm-reunion.net, cela devrait permettre d'évaluer la réelle incidence de l'épidémie, et notamment de comptabiliser tout les cas asymptomatiques.

L'opinion de la population : une grande majorité de mes patients ne veulent PAS se faire vacciner. Je me contente de leur dire : "Pour l'instant moi non plus..."

Surprise (mais le nombre de cas n'est certainement pas représentatif), j'ai craint pour certains de mes patients asthmatiques, une décompensation avec cette grippe. Les quelques syndromes grippaux chez les asthmatiques rencontrés au cabinet se sont tous avérés bénins pour l'instant.

A noter : UNE patiente (non asthmatique), la trentaine, qui a fait un séjour au 4e jour aux urgences pour pneumopathie (forte douleur sous le sein droit, difficulté pour respirer, et grosse fièvre).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Docrica 100 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog