Magazine France

Sarkozy, déboussolé, fera encore campagne à l'extrême droite.

Publié le 06 février 2012 par Juan
Sarkozy, déboussolé, fera encore campagne à l'extrême droite. Claude Guéant ne pouvait croire que ses propos ne seraient pas rapportés. Le contraire aurait été une sale hypocrisie. Le ministre de l'Intérieur mérite mieux. Il l'a fait exprès. Nicolas Sarkozy, pour sa campagne, n'a plus que ça. Cliver le pays sur la question nationale.
Guéant défriche...
Vendredi dernier, Claude Guéant s'est égaré dans un meeting de ... l'UNI. Cette organisation étudiante fricote avec l'extrême droite depuis sa création. Elle n'est pas simplement « associée » à l'UMP. Les observateurs attentifs savent combien elle sert de passerelle estudiantine vers l'extrême droite. Le blog Droites Extrêmes nous rappelait dimanche ce qu'était véritablement l'UNI.
Samedi 4 février, elle recevait Claude Guéant dans les bureaux de l'Assemblée nationale pour sa « convergence annuelle » avec 300 cadres de l'assocation. L'ancien secrétaire général de l'Elysée devenu ministre confia sa théorie:
Or, il y a des comportements , qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme. Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation.
Ces propos furent relayés par un étudiant en journalisme.
Quelques heures à peine plus tard, un conseiller du ministre répliqua : « il s'agissait de condamner celles qui ne respectent pas la liberté de conscience, d expression et l égalité hommes/femmes ». On expliqua aussi qu'il fallait replacer les propos du ministre dans le contexte, une réunion sur le prétendu relativisme de la gauche. Un porte-parole de l'UNI expliqua que Claude Guéant avait eu raison d'opposer les civilisations de la liberté à celles de la dictature.... Tout était dans la finesse...
... pour le candidat Sarkozy
Cette sortie de Guéant n'est pas une coïncidence. Le ministre savait que le lendemain matin, dimanche, un opportun sondage IFOP pour le JDD, plaçait Nicolas Sarkozy à égalité de premier tour avec François Hollande... si Marine Le Pen ne pouvait se présenter faute d'avoir obtenu ses 500 signatures.
La semaine dernière, elle expliquait n'avoir que 360 promesses de parrainages. Le même sondage créditait aussi François Bayrou d'un meilleur score que les enquêtes habituelles. Le même sondage évitait de sonder une quelconque hypothèse de second tour.
La journaliste Françoise Fressoz du Monde signala sa surprise sur son blog. La ficelle était bien grosse. Ce sondage était n'importe quoi. Certains candidats avaient été retirés, mais pas tous. Ils avaient ainsi conservé Dupont-Aignant mais retiré Le Pen. Allez comprendre. Les sondeurs sont autant déboussolés que l'Elysée
Mais ceci n'empêcha pas le journaliste Bruno Jeudy de commenter: « Nicolas Sarkozy et François Bayrou seraient les grands bénéficiaires de l’absence de la candidate du FN si celle-ci ne parvenait pas à réunir les 500 parrainages. ». Le même journaliste aurait pu se documenter. En 2007 déjà, début mars, le même institut IFOP avait testé l'hypothèse d'une non-candidature de Jean-Marie Le Pen. Nicolas Sarkozy et François Bayrou obtenaient alors de bien meilleurs scores, respectivement 34,5% et 25%. En 5 ans, on peut donc raisonnablement constater que leur efficacité sondagière s'est donc affaiblie.
 
Ce weekend, Claude Guéant ouvrait maladroitement la campagne de Nicolas Sarkozy. Ce dernier a peu d'options. Il taclera sur la grande crise et sur les sujets identitaires. Certains prédisent que le Monarque taclera la gauche sur le droit de vote des étrangers aux élections locales et, plus largement, l'identité nationale. Sans doute.
La blitzkrieg sera de toute façon d'envergure.
Nicolas Sarkozy est aux abois et sans idées. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Sarkozy reçoit encore un dictateur

    Sarkozy reçoit encore dictateur

    L'homme photographié serrant la main de Nicolas Sarkozy ce lundi 19 septembre 2011 est un dictateur. Un président à vie dans son pays. Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Sarkozy et ses porteurs de valises

    Sarkozy porteurs valises

    Quel décalage ! A New-York, les communicants de l'Elysée tentent de valoriser l'intervention de Nicolas Sarkozy en faveur de la cause palestinienne. En fait,... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Sarkozy perd son Sénat.

    Sarkozy perd Sénat.

    Dimanche 25 septembre, le Sénat est passé à gauche pour la première fois depuis 1958. Merci qui ? Merci Sarko ! La claque est une nouvelle fois pour le... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Borloo renonce, Sarkozy soulagé ?

    Borloo renonce, Sarkozy soulagé

    Jean-Louis Borloo a finalement renoncé à être candidat. On s'en doutait. Il l'a confirmé dimanche soir. C'est le signe d'une grave inquiétude, à droite.... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Nicolas Sarkozy accélère sa campagne

    Nicolas Sarkozy accélère campagne

    Jean-Louis Borloo est sorti de la course. A l'UMP, il paraît que des militants étaient soulagés. Sans doute n'ont-ils pas encore réalisé que les centristes... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Comment Sarkozy "débranche" ses opposants

    Comment Sarkozy "débranche" opposants

    A tort ou à raison, l'équipe présidentielle a considéré qu'il fallait « débrancher » ses opposants de l'intérieur qu'étaient Dominique de Villepin et... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Quand Sarkozy panique, ou presque.

    Quand Sarkozy panique, presque.

    Curieuse journée, un mercredi avec un conseil des ministres comme souvent. Des remises de médailles plus tard dans la journée, avec des ministres interloqués... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Juan 51287 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte