Magazine Culture

JMSN – †Priscilla†

Publié le 16 février 2012 par Wtfru

JMSN – †Priscilla†

   Nous sommes d’avance désolé, pour toute personne qui croyait que JMSN, était le nouveau chat qui aurait permis de parler à des Aliens. Du type frère Bogdanov, au physique particulier, mais disposant d’une intelligence bien supérieure : pour eux, résoudre une équation du 5000ème degrés semble aussi simple que de faire un featuring avec Lil Wayne. Rangez tout de suite vos pseudos « BOGOSS-GROSSEX-98″/ »CHAGASSE-DAUPHIN-09″, par pitié.

   JMSN, c’est mieux que ça. C’est une conversation fictive avec l’amour, avec son lot de sentiments, ses hauts le coeur, ses larmes. Le message sur votre boîte vocale qui réussit à anéantir n’importe quelle joie existante. Un voyage dans tout ce que le visage peut exprimer, en passant par la tristesse, mais surtout pas par le bonheur : c’est comme recevoir cet e-mail de la part de Disneyland, stipulant que la commande effectuée est annulée, un jour avant le départ, alors que vos gosses avaient préparé leur valise 9 mois à l’avance.

L’histoire d’amour, que tout le monde connaîtra, au moins une fois dans sa vie, seul au fond de son lit. 

(Premier Clip filmé par Luis Panch Perez, auteur du fameux Yonkers de Tyler)

   JMSN, c’est avant tout Christian Berishaj, un auteur/compositeur américain, assez précoce. Un premier album composé à 18 ans (Love Arcade qui sortira sous le groupe/boys-band du même nom, où seul Christian Berishaj sert à quelque chose (définition même des boys band)). Mais c’est en passant sous le pseudo de Christian TV (2010) puis sous JMSN (si quelqu’un souhaite se lancer, autant prendre un nom de chaîne télévisée genre MC LCP) que les choses prennent du sérieux.

   On sait que depuis que le mot boys band a été cité, une parade de souvenirs dérangeants refont surface, vous donne envie de vomir et l’envie de cliquer sur cette jolie croix rouge (ou point rouge pour les riches) pour ne pas avoir à en subir davantage.

   Pourtant, le premier album de JMSN, Priscilla, est une surprise. Comme si The Weeknd et Justin Timberlake (la ressemblance vocale est parfois troublante) avaient fait un album ensemble, et qu’on essayait de nous faire croire que le monde est un pamplemousse ou que Mac Tyson produisait le prochain album des Daft Punk. Que de choses improbables (enfin presque).

   Composé de 16 chansons bien garnies, Priscilla n’est peut être pas la pièce maitresse, mais reste un album de qualité, dans un style encore trop peu exploité. Malgré quelques chansons qui restent trop axées Timberlake » (Surtout Girl (I used to know), des chansons comme Alone ou encore Something nous montre bien tout le potentiel de cet album, qui ne devrait pas passer inaperçu.

   Alone, c’est être seul dans cette chambre d’hôtel miteux, où le réceptionniste ressemble fortement à notre mère. On se sent troublé, pistolet à la main tout peut arriver à n’importe quel moment. Mais on reçoit un appel, d’une société qui vend des transformateurs électriques, et qui nous fait comprendre que l’énergie manque beaucoup ces temps ci, on décide de partir loin de tout ça, partir loin pour construire des puits en Afghanistan.

   Something, c’est cette chose indéfinissable, qu’on commence a ressentir pour une fille croisée 6 ans auparavant dans un Cofee shop d’Amsterdam. Malgré l’abondance de ses tatouages et de ses piercings, on se rend compte qu’on ne veut plus être seul, on décide de partir à sa recherche avec pour seul indice, une photo d’elle et de son chien, volée dans son sac pendant que les champis commençaient à perdre de leur effet.

   Girl (I used to know), c’est Cry me a river version 2012, où Britney Spears a été remplacé par Loana, et la situation se voit retournée. Au lieu d’essayer de l’espionner chez elle sous la douche, on cherche à tout prix à échapper de cette maison aux murs qui suintent, le plus vite possible, car notre honneur et le reste de notre vie sexuelle pourraient être remis en question.

   Somewhere, et ça devrait arriver, on finit par tomber dans le puits construit auparavant. Des souvenirs plein la tête, sans avoir réussit à trouver l’amour de sa vie. La mort approche à grand pas, mais on arrive à détourner notre pensée sur cet endroit où on se sent bien, ce lieu dans lequel tant de bonnes choses ont eu lieu : le club échangiste alanis/alanus, où l’on partage les plaisirs du corps avec ceux du pastis.

   JMSN, est un artiste qui en vaut la peine, son album est un bon mix entre la nouveauté que nous propose The Weeknd en ce moment, et la belle période Justin Timberlake/Timbaland qui nous manque pas forcément, mais qu’on a pu apprécier à juste titre.

   Priscilla, est un album qui en vaut le détour, les chansons apportent une certaine fraîcheur, mais le côté boys band est parfois trop présent, on est quand même pas loin du « eh girl, tes lunettes sont trop fun, donne moi ton téléphone portable stoplééé », ce côté peut créer un petit blocage parfois.

   La question est de savoir si JMSN saura se faire sa place, avons nous besoin d’un Justin Timberlake en version améliorée ? La réponse se trouve dans le prochain album de Justin, qui ne pourra pas forcément compter sur Timbaland, qui nous a bien fait rire avec des productions TATA YOYO, et qui a signé son arrêt de mort en faisant un featuring avec un homme bizarre : Pitbull (tout les noms d’artistes sont en gras, sauf celui-ci, va savoir pourquoi).

JMSN – †Priscilla†


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire