Magazine

Cinéma : Darjeeling Limited.

Publié le 12 mars 2008 par Carlitablog666

Le pitch :

"

Trois frères qui ne se sont pas parlé depuis la mort de leur père décident de faire ensemble un grand voyage en train à travers l'Inde afin de renouer les liens d'autrefois. Pourtant, la "quête spirituelle" de Francis, Peter et Jack va vite dérailler, et ils se retrouvent seuls, perdus au milieu du désert avec onze valises, une imprimante, une machine à plastifier et beaucoup de comptes à régler avec la vie... Dans ce pays magique dont ils ignorent tout, c'est alors un autre voyage qui commence, riche en imprévus, une odyssée qu'aucun d'eux ne pouvait imaginer, une véritable aventure d'amitié et de fraternité..."

 

Wes Andesron plus Bill Muray devait être la combinaison gagnante, en tous cas elle avait été celle qui m'avait fait prendre un ticket pour ce film.

Et le titre, que dire de celui ci, limité signifie souvent l'accès à un certain privilège, à un statut enviable et à contrario ça signifie le total inverse, un truc limité c'est souvent, un truc à potentiel mais il y a eu un gros stop dans le cas qui nous concerne.

 

Et pourtant tout n'avait pas si mal débuté, le plan d'ouverture est génial et il s'enchaine à merveille avec la première scène, Bill Murray arrivant à la gare via un taxi.

Des débuts comme ça et on présage d'une suite divine.

Ben non, et c'est là l'arnaque, le braquage du siècle, l'emballage était gracieux et le produit minable.

Vous me trouvez dur, ben lisez la suite.

Contrairement à ses précédents opus, ici aucun raffinement, ni burlesque, c'est moche et c'est plat.

Je ne vais même pas vous dire que ce voyage en Inde est un cliché tellement, rien d'ailleurs, tellement rien est le mot juste.

Ce voyage en Inde est la même chose que si on décrivait le voyage d'un beauf sur place, il ne voit rien de la beauté qu'il a sous les yeux.

Bon c'est vrai les beaufs là ne sont pas si mauvais mais quand même.

Et comme le dit ma maman que vous connaissez maintenant, one ne donne pas de la confiture à un cochon.

 

Et pourquoi partir en Indes si c'est pour faire la même chose qui si on était resté aux USA.

 

C'est un scandale Monsieur Anderson et  apprenez une chose, au sous sol c'est parfois mieux qu'à l'étage, La vie aquatique vous l'avez pourtant démontré.

 

Je ne vous félicite donc pas mais je suis sûr que vous saurez largement vous faire pardonner pour la prochaine fois.

 

Bisous, bisous et que cela ne se reproduise plus.

 

 

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Caylus Premium Limited Edition : mamma mia !

    Caylus Premium Limited Edition mamma

    Voila, le paquet était dans ma boîte aux lettres ce soir et en l’ouvrant, je decouvre donc la superbe boîte de Caylus Premium Limited Edition — dessiné par... Lire la suite

    Par  Olivier Fontenelle
    HIGH TECH, INFORMATIQUE, INTERNET
  • Petite soirée cinéma

    Petite soirée cinéma

    Je sors à peine de la salle de ciné, à l’affiche “Je suis une légende”. Sans vous spoiler le film, voici mes impressions : (Je donne quand même quelques minis... Lire la suite

    Par  Christopher Rousseau
    HIGH TECH, INTERNET
  • Les limited de Koenigsegg

    limited Koenigsegg

    La marque Koenigsegg a, en raison d'une "forte" demande de la part de ses clients créée une édition limitée de ses versions CCX et CCXR. Et quand on parle chez... Lire la suite

    Par  Eparsa
    AUTO/MOTO, CONSO
  • Brave Story au cinéma

    Brave Story cinéma

    Production des studios Gonzo au Japon, en partenariat avec Fuji TV et Warner Bros Japon, Brave Story est un film d'animation prenant place dans un univers... Lire la suite

    Par  Grégory Roger
    A CLASSER
  • Cinéma, 13e !

    Le 13e arrondissement de Paris est en passe de devenir le quartier le plus exploré par les cinéastes. Il y a pléthore de films – Très bien, merci d’Emmanuelle... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Jeff Mills au Rex - Automatik 10 ans limited (19/01/2008)

    C'est toujours pareil lorsqu'on voit des légendes. On n'est jamais à l'abri d'une déception, surtout quand il s’agit d’un Dieu vivant comme Jeff Mills. Lire la suite

    Par  Oreilles
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Carlitablog666 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog