Magazine Beaux Arts

Vive la France ! (In Monet's Garden)

Publié le 14 mars 2008 par Olivier Beaunay

C'est sur cette exclamation enthousiaste que le MET (Metropolitan Musem de New York City) présente sur une pleine page d'un supplément culturel du New York Times les expositions qu'il programme au printemps et qui mettent la France à l'honneur en effet, avec Poussin d'abord, puis Courbet, tandis que de nouvelles galeries consacrées au XIXe siècle et faisant la part belle à l'impressionnisme ont déjà ouvert au public. Est-ce un effet collatéral de la tête d'affiche que se disputent les démocrates de primaires en primaires depuis plusieurs mois ? Ce vent de francophilie s'étend en tout cas à travers tout le pays et atteint même le Midwest.

Crédit photo: that blonde girl / FlicR.com 

 Après l'expo Degas qui tint l'affiche au Columbus Museum of Art il y a un an, celui-ci récidive aujourd'hui avec une exposition consacrée à Monet intitulée : "In Monet's Garden - Artists and the Lure of Giverny", et montée par Joe Houston et Dominique Vasseur avec Melissa Wolfe. Aucun doute en parcourant l'exposition pourtant : c'est tout autant Giverny que Monet qui sont mis à l'honneur, et presque davantage ses élèves américains que le maître français. L'impressionnisme en général et Monet en particulier ont en effet exercé une attraction considérable sur toute une jeune école américaine qui finit par s'expatrier en masse en Normandie ; avec Butler, de nouvelles accointances familiales y furent même nouées avec le clan Monet.

Crédit photo: Eva.in.wonderland / FlickR.com

Les Iris sont bien sûr particulièrement mis en valeur, avec en particulier un très beau "Champ d'iris jaunes à Giverny" de 1887 qui dessinent une sorte de géologie contrariée et cependant harmonieuse du paysage. Mais c'est sans conteste "La Seine près de Giverny, brumes matinales" (1897) qui constitue le clou de l'exposition. Les tons - verts, mauves, gris - très pâles s'y mêlent au point d'estomper le contour propre des formes qu'ils désignent en une fusion qui oscille entre l'estampe et l'aquarelle. Une petite merveille d'alchimie et de retenue, dont se dégage une grande sérénité.

On avait oublié ce Monet-là : les tableaux postérieurs, surtout ceux des années 1915-20, sont beaucoup plus vifs, colorés, désarticulés - agressifs. C'est un nouveau monde qui surgit et qui s'émancipe, sur le tard, plus franchement du réel. Quelques Nymphéas de cette époque en témoignent avec vigueur et, plus encore, les variations étonnantes sur le Pont japonais (1918) qui confinent au fantastique. Les travaux autour de l'Allée des rosiers aux environs de 1920, en perdant un peu de violence, prennent une coloration plus initiatique.

 Crédit photo: creativebob4u / FlickR.com

Les impressionnistes américains cherchent leur voie autour de ce point névralgique de leur apprentissage. Monet est même saisi en train de peindre par Sargent (à la fin, sans les refouler pour autant, il s'efforcera de maintenir à distance ces hordes de Yankees dévôts). Metcalf s'inspire de l'Epte en une toile qui, pour un peu, préfigurerait le pointillisme, comme dans les études de nu de Ritman. Breck, Wendel prennent le large dans d'honnêtes vues de plein champ - les "Poppies" de Breck, immergés dans une floraison de coquelicots sous un ciel blanchâtre, ont une indéniable densité propre.
Les paysages de Butler, ses vues du jardin et même ses scènes familiales ainsi que les scènes d'eau d'Anderson ("The Idlers") s'aventurent davantage dans un frémissement impressionniste, que Theodore Robinson approche sans conteste le mieux dans "Afternoon Shadows", "By the Brook", et "La débâcle" qui fait une scène champêtre juste et contrastée autour du livre de Zola. Un galeriste américain de German Village le faisait cependant remarquer à juste titre : il était difficile pour les admirateurs américains de Monet de peindre avec le souci, non d'estomper, mais au contraire de valoriser la technique. Le labeur l'emporte du coup, logiquement, sur le rendu dans la plupart de ces toiles qui conservent, quoi qu'il en soit, un intérêt que l'on pourrait qualifier de focalisation et d'essaimage.
L'histoire se prolonge d'ailleurs à travers le Modern Art tout au long du XXe siècle, avec notamment les oeuvres torturées de Dibenedetto, les obsessions linéaires de Dan Hays ("Deterioration", "Reflection Transmission") et celles de Yeardley Leonard ("In the Garden") ou encore les calligraphies mathématiques d'Ellsworth Kelly ("Study for Seine") - toutes librement dérivées de l'univers de Monet.
Miranda Lichtenstein apporte à cet hommage l'étrangeté du regard du photographe avec des extérieurs rendus picturaux par le seul jeu de lumières artificielles, tandis que Joan Mitchell revient, beaucoup plus sagement que les étranges créatures de Ross ou les flots kitsch en diable de Cameron Martin, à l'inspiration du Monet des années 20, mais dans une peinture appuyée qui finit par en annuler la charge expressionniste. Entre un ou deux purs moments de peinture et un paquet de variations erratiques, on finit, pour tout dire, par s'emmêler les pinceaux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Vive la France de Mohamed Rouabhi

    Théâtre Gérard Philippe-Saint-Denis Cette semaine, je suis allée voir Vive la France de Mohamed Rouahbi qui relate 150 ans de la colonisation et de l'immigratio... Lire la suite

    Par  Sylvie
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • Vive les videos clips

    C'est toujours sympa de pouvoir écouter nos chansons préfèrées avec un vidéo clip original. Il permet de faire passer l'émotion musicale par l'image. Lire la suite

    Par  Vincent D
    CULTURE, MUSIQUE
  • M83 électronica made in France

    M 83 est le nom d'un groupe de musique électronique Français, et encore un qui cartonne chez nos amis les ricains!!!Le nouvel album sort le 14 Avril chez le... Lire la suite

    Par  Gangan
    CULTURE
  • Bugaled Breizh: vive la République, vive la France…

    “Un accident consécutif à la combinaison de plusieurs facteurs”.. dans le genre hypocrites on fait pas mieux. Ecoeurant.. __________ Le parquet de Quimper estim... Lire la suite

    Par  Kakushin
    CULTURE, MUSIQUE
  • Oncle Ben, le talent Soul made in France

    Oncle Ben, talent Soul made France

    Après le coup de Coeur Soul “Freddy” et son premier album “Mes Couleurs”, en voici un autre qui devrait faire parler de lui dans les prochaines semaines… son no... Lire la suite

    Par  Zebule
    CULTURE, MUSIQUE, RAP/R&B
  • Garden of Love - Marcus Malte

    Marcus Malte Éditions Zulma, 2007, 317 pages. Grand prix des lectrices de Elle 2008 Prix Paul Féval 2007 de la Société des Gens de Lettres Prix Michel Lebrun... Lire la suite

    Par  Florinette
    CULTURE, LIVRES
  • Vive Disney !

    Vive Disney

    Alors, j'ai appris aujourd'hui que Disney allait se remettre à la 2D... franchement on ne pouvait pas rêver mieux ! Apparemment, si vous voulez savoir le p'tit... Lire la suite

    Par  Mamscarlett
    ANIMATION, CINÉMA, CULTURE

LES COMMENTAIRES (1)

Par Giverny News
posté le 17 mars à 15:44
Signaler un abus

Bravo pour ce remarquable article. L'exposition dont vous parlez est actuellement visible au musée Marmottan-Monet à Paris, jusqu'au 11 mai 2008.

A propos de l’auteur


Olivier Beaunay 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines