Magazine Humeur

Chantal Sébire, encore et toujours

Publié le 14 mars 2008 par Maldoror
Crédit photo : Claude Estèbe/FlickR 

Elle ne lâche pas. Elle persiste. Elle a raison, et tout impuissant que je suis, anonyme derrière mon ordinateur, je la soutiens.

Chantal Sébire veut aller jusqu'au bout.

Ni les cris d'orfraie de Roselyne Bachelot, ni ceux de Rachida Dati, ne sauraient convaincre des Français déjà acquis à l'idée de la mort, et du suicide assisté.

Rama Yada ne se réfugie pas que derrière son visage angélique : elle se cache également derrière la convention européenne des droits de l'homme, qui mentionne explicitement le droit à la vie, pas à la mort.

On croit réver... L'homme, cet obscur cancrelat, qui se prosterne devant des statues de plâtre, nous affirme tout de go qu'on n'aurait que le droit à la vie, et non celui à la mort ? Mais l'homme n'a ni le droit de vivre, ni celui de mourir. Car ce n'est pas un droit, c'est un fait : l'homme est vivant, il n'est pas à l'origine de sa naissance, mais il pourrait bien être à l'origine de sa mort, par sa propension à polluer sa propre planète et à déféquer dans sa niche.

Une société humaine qui se suicide joyeusement au son des fanfares, et qui refuse à une femme qui souffre de partir dignement, entourée de sa famille, voilà ce qui est grotesque, voilà ce qui est scandaleux.

Mesdames Bachelot, Dati, Yade, redescendez sur terre, ne vous prenez pas pour autre chose que ce que vous êtes : des Chantal Sébire en puissance.

Nous sommes tous des Chantal Sébire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (4)

Par titi
posté le 31 mars à 15:15
Signaler un abus

j'ai vu le doc de zone interdite hier soir : quelle leçon...j'ai connu la perte d'un papa et aujourdh'ui je souhaite bon courage à ses enfants qu'ils soient fier de leur maman.

Par maga5468
posté le 27 mars à 21:15
Signaler un abus

La mort c'est la vie, elle en fait bel et bien partie alors pourquoi faire une loi contre l'euthanisie. La mort tout comme la vie n'est pas un droit. Arrêtez les politiciens de vous acharnez sur le sujet 'Madame SEBIRE Chantal'. Elle s'est suicidée et bien c'est malheureusement ce qu'elle avait de mieux à faire pour mettre fin à ces souffrances et vu que l'euthanasie lui a été refusé, il était prévisible qu'elle mette fin à sa vie et c'est son droit car ni son corps ni son âme ne vous appartiennent !!! Arrêtez les politiciens et les journalistes de vous acharner sur cette pauvre femme alors qu'elle n'est plus de ce monde et d'ailleurs je suis sûre que vous vous en moquez pas mal et qu'à l'heure qu'il est vous êtes en train de vous remplir les poches. Vous êtes pire que cette foutue maladie qui la rongeait et la faisait souffrir chaque jour de plus en plus. Tous mes condoléances à la famille et bon courage.

Par pon pon
posté le 18 mars à 12:23
Signaler un abus

BONJOUR J AIMERAIS ENVOYER UN MESSAGE DE SOUTIENT A CHANTAL SEBIRE POUR LUI QUE JE SUIS DE TOUT COEUR AVEC ELLE ET SON COMBAT POUR MOURIR DANS LA DIGNITE ET SURTOUT ARRETER TOUTES SES SOUFFRANCES INUTILES MR NICOLAS SARKOZI NE DOIT PROBABLEMENT NE PAS AVOIR DE COEUR IL NE CONNAIT PAS DE SOUCIS DANS SA VIE PRIVEE A PART SES DIVORCES IL NE SAIT RIEN DE SE QUE PEUT ETRE LA SOUFFRANCE JE SAIS DE QUOI JE PARLE MAIS PAS DE LA MEME SOUFFRANCE J AI UN SEUL ENFANT QUI EST CONSIDERE COMME HANDICAPE IL EST EN IME ET SURTOUT CE QUI EST TRES DUR POUR NOUS PARENTS C EST QUE PERSONNE NE PEUT NOUS DONNER UN DIAGNOSTIC ET CELA EST TRES DURE VOILA JE PENSE TRES FORT A VOUS ET JE VOUS SOUTIENT DANS VOTRE COMBAT SURTOUT NE BAISSER PAS LES BRAS IL FAUT VOUS BATTRE JE VOUS AI ENTENDU L AUTRE JOUR A LA TV SUR UNE EMISSSION DE LA 5 AVEC MR PAUL AMAR ET FRANCHEMENT JE VOUS TIRE MON CHAPEAU SAVOIR REMETRRE LES MEDIAS A LEUR PLACE ET SURTOUT LE COURAGE ET LA DETERMINATION DONC VOUS FAITE PREUVE CONTINUER JE ME PERMET DE VOUS EMBRASSER TRES FORT BISOUS FRANCOISE

Par quentin
posté le 18 mars à 04:21
Signaler un abus

J’ai tué une femme,

J’ai tué une femme,

Une femme qui voulait partir, Une femme qui voulait mourir

J’aurais voulu retourner à Dijon, Pour de vrai, Pour envoyer valser tous ces cons Pour faire valoir une certaine liberté Qui fait qu’a défaut de choisir sa vie L’on peut choisir sa mort.

Mais voilà d’apres eux j’avais tors.

Défiguré, Mal à en crever. La voilà qui pleure De son œil, horreur.

J’aurais voulu Injecter, L’absolution.

Mais je ne sais comment faire.

Une douleur Que l’on interdit De taire.

Et la voilà qui attend la terre Sans qu’elle puisse, Qu’elle luxe Creuser en son temps la tombe au cimetière.

Laisser donc les bien heureux choisir leur mort, Chantal, tu as le nom de ma maman Et même si le président Dit non, par auprès des tiens à l’aurore.

Comme le font les gens de valeur, Les gens qui n’ont pas peur. Les gens qui ont l’honneur, La chance, de mettre un point final à leur vie. En ayant le temps de dire à la mort un grand merci.

A propos de l’auteur


Maldoror 2485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines