Magazine Culture

L'autoroute (extrait 2)

Par Jean-Jacques Nuel

Il termine la suite de clichés par une vue de trois-quarts des grillages qui délimitent l’aire, puis laisse aller son regard sur le paysage extérieur. Il y a, derrière les clôtures, une sorte d’espace neutre, une zone rapportée de graviers entre lesquels une herbe folle et forte a poussé, avec quelques arbustes acharnés à survivre. Des chardons des ronces des orties. Des nids de vipères qu’on pressent sous la caillasse. C’est une zone tampon, désolée, désertée, comme démilitarisée, un périmètre utile de protection et de transition. On n’y compte que de rares excroissances. Des hangars de tôle et de moellons. Des monuments nains de ciment qui doivent avoir une secrète utilité, pour le service des eaux, l’électricité ou le téléphone. Des bouches d’incendie surnageant rouges sur des lits de fougères, ou parmi un entrelacs de ronces grises. Le paysage résiduel de l’activité morte des hommes.
Car ici, à cette place, sous ses pieds, de part et d’autre de son corps, à l’est et à l’ouest, au sud et au nord, sur une zone bien plus large que l’actuel tracé goudronné, des engins jaunes de terrassement ont dû venir, tout saccager comme dans le paysage de son enfance, faire une trouée dans le décor naturel, retourner le sol, arracher les arbres et la végétation, tuer ou chasser les animaux, percer une voie large, avant de remblayer, aplanir, goudronner, bétonner, clôturer un ruban de terre qui est devenu une frontière artificielle infranchissable. Oui, sûrement, comme dans son enfance, d’énormes camions-bennes, très hauts sur roues, ont dû charrier des tonnes de gravier, défonçant les voies communales, les transformant en chemins creux, boueux. C’est un trafic et une industrie dont la mémoire s’est perdue, maintenant que l’autoroute s’impose dans le paysage, encastrée, enracinée comme si elle était de toute éternité. Et pourtant il a bien dû exister un avant, une histoire de l’autoroute, des étapes de sa conception et de sa construction : des projets, des plans, des enquêtes d’utilité publique, des actes administratifs, des arrêtés, des décrets – les autorités après une consultation formelle imposant leur volonté – puis des préparatifs, des repérages, des bornages avant l’irruption des lourds engins motorisés, avant les tranchées, les destructions, les exactions. Des maisons évacuées, éventrées, démolies au bulldozer, à la boule ou à l’explosif ; des champs dévastés, des vergers anéantis, des chemins supprimés, des souvenirs rasés, des mares, des étangs et des biefs comblés, des buttes rasées, des dénivellations annulées, l’horizontal triomphant ; il y a bien eu une chose à la place d’une autre – naturelle et originale – une substitution de beauté par un acte violent, un acte écrit de violence publique.

(extrait d'un roman inédit) 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • C’est pas ma faute !

    Depuis quelques années, l’expression ” responsable mais pas coupable ” est utilisée régulièrement en particulier dans la presse, par des personnes ayant pour... Lire la suite

    Par  Daniel Valdenaire
    HUMEUR, LIVRES, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • The idiots : Le renouveau de la taxidermie (si, si c’est beau !)

    idiots renouveau taxidermie (si, c’est beau

    Une découverte un peu étrange aujourd’hui, celle, sortie du cerveau dérangé d’une bande de créateurs néerlandais qui se sont d’ailleurs nommés “The idiots“…Il... Lire la suite

    Par  Lovny
    CÔTÉ FEMMES, CULTURE, DÉCORATION, TALENTS
  • Le graffiti d’int??rieur par C??dric Lassours

    (No Ratings Yet) Loading ... Ca vous est déjà venu à l’idée, avouez-le de penser à repeindre vos murs à votre façon, et pas seulement quand vous étiez... Lire la suite

    Par  Lovny
    CONSO, CÔTÉ FEMMES, CULTURE, DESIGN ET ARCHITECTURE
  • C’est con

    D’avoir pendant des années défié la mort sur un bolide à quatre roues qu’il fallait faire passer sur des routes trop étroites, trop sinueuses, trop dangerueses... Lire la suite

    Par  Frednetick
    FRANCE, HUMOUR, A CLASSER
  • Qui n’est pas avec moi est…

    Je ne sais pas vous, mais la rhétorique du “qui n’est pas avec moi est contre moi” m’éxaspère, sonne mal et est dangereux. C’est pourtant ce que l’on entend... Lire la suite

    Par  Frédéric Joli
    HUMEUR
  • Kenny est drôle (2)

    (suite de l'épisode 1)   La maîtresse de Kenny est à bout de nerfs. Dans la classe plus personne ne travaille vraiment, sauf sporadiquement. Ce soir, la... Lire la suite

    Par  Ellie Page
    BEAUTÉ , HUMEUR, HUMOUR, A CLASSER
  • C’est l’histoire d’une fraise

    C’est l’histoire d’une Fraise. Une Fraise.com pour être exact. Son créateur s’appelle Patrice Cassard et vit dans le chaudron stéphanois. Au début de tout une... Lire la suite

    Par  Frednetick
    FRANCE, HUMOUR, A CLASSER

A propos de l’auteur


Jean-Jacques Nuel 609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines