Magazine

Formule 1 : Le bilan des essais d'intersaison

Publié le 14 mars 2008 par Patrick

Après un mois de Janvier où les présentations se succédèrent, Février a été le mois des essais hivernaux sous le soleil d'Espagne ou du Golfe Persique, qui couronnent de long mois de travail de l'ombre. Ces essais doivent logiquement refléter les données acquises en soufflerie et par l'intermédiaire du CFD ( Computational Fluid Dynamics ), soit la simulation de la dynamique des fluides par ordinateur. A 15 jours du coup d'envoi de la saison 2008 de Formule 1, à Melbourne, le 16 Mars, Suchasport dégage les premières tendances issues des ces essais d'intersaison.

Les Favoris :
Ferrari :
Une fois n'est pas coutume, les Transalpins furent les premiers à présenter leur nouvelle monoplace, le 6 Janvier, un jour avant McLaren. Et on peut dire que cette F2008 annonçait la couleur, avec une gueule impressionnante, un rostre " prêt à mordre ". Impressionnants dès leurs premiers essais à Bahrein, où ils explosèrent le record du tour, les hommes de la Scuderia semblent en forme, et la F2008 bien née. A l'issue de la semaine passée dans le Golfe Persique, Trulli, observateur privilégié ( seules Toyota et Ferrari se rendirent à Sakhir ) déclarait que l'on pouvait " clore la saison 2008 " et offrir le titre à Ferrari, tellement leur avance était " déconcertante ". Toutefois, les Ferrari furent dominées par les McLaren en Espagne ces derniers jours, et connurent quelques soucis de fiabilité. La voiture est une évolution de la F2007, dont on a corrigé les rares défauts, à savoir un empattement ( distance séparant l'axe des roues avant de celui des roues arrière ) long pénalisant sur les circuits tortueux et une relative difficulté à absorber les vibreurs.

McLaren :
Les gris, revanchards après la saison 2007 et le Stepneygate, semblent très bien partis. La recrue finlandaise Kovalainen semble s'être bien intégré, et a explosé le record du tour de Jerez en 1.17.974. Quant à Hamilton, il est " en famille " entouré de Ron Dennis et de ses collaborateurs, et compte bien faire oublier sa fin de saison 2007. Passé tout proche du raz de marée de la saison 2007 en devenant le premier " rookie champion du monde " , il aura cette saison la lourde tâche de confirmer, maintenant que l'on connait sa valeur. La MP 4/23 est, comme chez Ferrari, une évolution de la MP 4/22, mais a été conçue sous l'oeil vigilant de la FIA, qui vérifiait que cette nouvelle monoplace ne bénéficie pas trop " d'inspirations transalpines. " Contrairement au cheval cabré, la McLaren a allongé son empattement pour une meilleure exploitation des Birdgestone. La voiture fut performante ET fiable d'emblée, et cette saison s'annonce sous les meilleures auspices, avec l'avantage de parfaitement connaître le boitier commun, fabriqué par ... McLaren. La MP 4/23 aura donc pour tâche d'effacer le sceau de l'infamie : les numéros, ô ironie, 22 et 23 qui ornent son museau, et qui symbolisent l'exclusion du championnat constructeur l'an passé.


Le peloton de chasse:
BMW Sauber :
Bénéficiant du déclassement de McLaren au Championnat du monde constructeurs la saison dernière, BMW Sauber a pris une belle deuxième place derrière Ferrari. L'écurie suisse-allemande semble cependant encore à bonne distance des deux équipes de pointe et les temps réalisés lors des tests hivernaux ne laissent pas penser que cet écart se réduit. Evolution encore une fois de la monoplace de l'année précédente, la F1.08 dessinée grâce à la technologie CFD ( Computational Fluid Dynamics ) de l'ordinateur Albert II ( et ses 512 processeurs Dual Core ) n'a pas donné satisfaction à Heidfeld, et les cornes sur le museau laisse penser que la " Béhème " n'a pas trouvé l'équilibre parfait entre survirage et sousvirage. Mais la rumeur prétend que l'écurie aurait caché un temps canon à Jerez, donc patience, patience...

Renault :
La " Fernandomania " est de retour. En 2007, en plus d'avoir une médiocre monoplace, l'absence d'un metteur au point et d'un meneur d'hommes de la trempe d'Alonso s'est faite sentir au sein de l'écurie franco-britannique. Son retour " aux sources " après une année houleuse chez McLaren semble indiquer un renouveau, mais la R28 n'a pas confirmé tous les espoirs placés en elle. Le pilote espagnol semble avoir d'ores et déjà tiré un trait sur une couronne mondiale, et vise le podium. A ses côtés, Nelsinho Piquet devra se faire un prénom en Formule1, après une année d'apprentissage en tant que 3ème pilote. Les essais n'ont pas été tellement convaincants, la position de Renault est encore un peu floue, elle devra batailler face à Williams et BMW, mais aussi face à RedBull, motorisée par... Renault.

Williams :
La surprise de l'intersaison. L'équipe compte le tandem de pilotes le plus jeune du plateau ( Rosberg et Nakajima ont respectivement 22 et 23 ans ), mais les chronos hivernaux démontrent que la FW30 est bien née. Cette voiture qui fêtera les 500 GP de Williams en Turquie, à Istanbul, semble pouvoir se mêler à la lutte pour le podium en cas de défaillance des deux gros. Patrick Head et son équipe ont dessiné une voiture pure mais efficace, et le bloc Toyota reste un des meilleurs du plateaux. J'en fais l'outsider des premières épreuves.
Red Bull :
L'écurie du géant de la boisson énergétique pourrait, de son côté, créer la surprise. Mark Webber s'est ainsi classé en haut des feuilles de temps à deux reprises cet hiver et si la fiabilité est enfin au rendez-vous, le "taureau rouge" (5e en 2007) peut espérer se rapprocher du podium. Gentleman " DC " ( David Coulthard ) peut toujours réaliser un coup d'éclat sur un Grand-Prix, et la RB4 a profité du tandem Newey-Willis pour allier performance et fiabilité. Les hommes de Dietrich Masechitz profitent en plus du bloc moteur Renault développé à Viry-Châtillon. Attention à eux!

La lutte pour les points: :
Malgré les budgets colossaux engloutis, les deux écuries japonaises Toyota et Honda végètent en fond de classement. Régulièrement distancées cet hiver, les Toyota (6e en 2007) ont juste réussi un coup d'éclat, Trulli signant le meilleur temps de la toute dernière séance d'essais à Barcelone. Est-ce un réel signe de progrès ou le fruit de circonstances favorables?

Honda (8e en 2007) compte, de son côté, sur l'arrivée de Ross Brawn ( ex-Ferrari ) pour redresser la barre. Mais le nouveau directeur a rejoint tardivement l'écurie nippone, qui s'est régulièrement classée au fin fond des feuilles de temps cet hiver et se dirige vers une nouvelle "saison de transition". Barichello et Button auront déjà bien du mérite à atteindre les Q2.

Les Toro Rosso, petites soeurs des Red Bull, sont en progrès, mais ne courront avec leur voiture 2008 qu'à partir du quatrième Grand Prix. L'écurie profite de l'influence de sa grande soeur, donc indirectement du coup de crayon d'Adrian Newey... Propulsées par le bloc Ferrari, les Toro Rosso des deux Seb' ( Sebastian Vettel et notre français Sébastien Bourdais, débutant ) peuvent rentrer dans les points occasionnellement.

Le fond de grille:
Les Force India 2008 du milliardaire indien Vijay Mallya ont été dévoilées très tard, mais ont réussi des temps honnêtes lors des derniers essais de Barcelone. Coup de bluff? A moins que le directeur technique Mike Gascoyne n'ait encore réussi un bon coup. Fisichella peut espérer entrer dans le top 16 en qualifications, et Adrian Sutil devra confirmer tout le potentiel entrevu lors de la saison 2007.

Enfin, le mystère demeure pour la petite écurie Super Aguri, qui n'a tourné en tout et pour tout que trois jours à l'intersaison, et encore, avec une seule voiture de 2007. On ne sait pas si la structure Honda / Aguri Suzuki sera capable de finir la saison, car être la petite soeur d'une écurie moribonde ne laisse rien présager de bon...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patrick 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte