Magazine

35 - Le point de départ (5ème partie)

Publié le 15 mars 2008 par Theophile

Parkingcentrecommercial_3 Ma mère entre essoufflée dans le bureau où nous attendions. Elle demande aussitôt à Joséphine de rassembler les affaires, pendant qu'elle change de vêtements. Tout en s'habillant :


    - Sylvia et Pierre sont arrivés. C'était moins une... il aurait pu voir Sylvia... Il est dans le magasin. Il fait des courses... je ne sais pas pour combien de temps il en a... il faut qu'on parte maintenant !
    - Tu mets quoi ?
    - Je remets mon pantalon. Il va falloir courir les enfants.
    - Les talons...
    - Ce sont les miens. L'uniforme je le laisse
.
Pierrette, au bords des larmes.
    - Mais s'il vous voit !
Ma mère, tout en continuant, n'a pas répondu à cette question. Alors qu'elle finit de mettre ses chaussures, elle demande :
    - Pascale ! Appelle Clotilde en caisse centrale et demande lui, si elle l'a vu sortir ou si elle le voit...
Pascale s'exécute.
    - Caisse centrale, Clotilde,à votre ser...
    - Clotilde, c'est Pascale... tu as vu Jean-Marc sortir du magasin ?
    - Non, je pense qu'il est encore à l'intérieur... et ... attends... je regarde... non... il n'est pas... il est pas en caisse en tous cas, il doit être encore dedans...
    - Ok !
(Elle raccroche). Il a l'air d'être encore en train de faire des courses.
    - On y va les enfants !

Lorsque j'entends ma mère prononcer ces mots avec autant de détermination et de courage, j'envisage déjà la réussite de notre entreprise. Ma mère se couvre la tête avec un foulard que Pierrette lui a tendu au dernier moment, comme un réflexe inexplicable. Après s'être coincé les cheveux dans son écharpe, et dissimulé le visage avec celle-ci, Joséphine m'aide à ajuster la capuche de mon manteau pour me cacher la tête. Après quelques rapides embrassades, ma mère, ma soeur et moi prenons la direction du magasin, escortés par Pascale.
Elle ouvre la porte normalement, regarde aux alentours, puis nous indique de passer, puisque le champs est libre.
Dans le grondement de la foule de clients, nous entreprenons notre fuite.
Le foulard sur la tête, telle une  résistante dans un pays occupé, une mère tient la main de ses enfants, guidée par un appel à la vie.
Ma mère nous tient chacun par la main.  Ma soeur et moi, marchons la tête baissée, tels deux aveugles, guidés par sa vaillance. Tout en marchant avec une apparence normale et quotidienne, ma mère regarde discrètement autour d'elle. Des femmes poussent leur caddie. Certains sont remplis à ras-bord, d'autres sont encore vides. Des couples marchent main dans la main. Des rires fusent à côté de nous, lorsque nous passons rapidement près d'un groupe de personnes. Des morceaux de phrases en tout genre accompagnent le défilement du sol carrelé sous mes yeux baissés dans la peur.
Il ne reste encore que quelques mètres avant d'atteindre la sortie du centre commercial. Plus nous approchons de  la sortie, plus nos pas s'accélèrent.
Soudainement, du coin de l'oeil, ma mère aperçoit "l'autre" en train de poser les articles sur le tapis d'une caisse.
J'entends sa respiration se paniquer et comprend, à la pression de sa main sur la mienne, que le risque que nous prenons est alors à son comble. Déterminée, elle retient son souffle et poursuit notre évasion sur le même rythme. Sans lâcher prise. Car il est hors de question à ce moment-là de reculer.
Nous dépassons alors la caisse où il est occupé à déposer ses achats sur le tapis roulant.

Il ne nous à pas vu.
Encore quelques pas, et nous serons sortis.
Nous marchons.
Nous marchons.
Avec l'effroi dans notre dos. La trouille au ventre qu'il relève la tête au mauvais moment et nous voit nous enfuir.
Nous marchons.
Nous marchons, main dans la main, près à quitter définitivement notre bourreau.
Nous marchons. Vers la sortie. Tel un doigt d'honneur à ce salaud.
Dès que nous avons passé la grande porte tournante du centre commercial, ma mère, comme sortie d'une longue apnée :

    - Courez ! Courez !

Nous courons de toutes nos forces. Le plus vite possible. A travers ce grand parking rempli de voitures alignées, disciplinées. Nous courons en direction de la station essence où nous attendent Sylvia et Pierre. Dans une voiture.
La voiture est là. Elle nous attend. Le contact en marche.
Nous nous précipitons à l'intérieur du véhicule. Quand la dernière portière se claque, Pierre appuie sur la pédale et démarre.

(A suivre)

Bannirefestivalromans2


                      VOTEZ POUR MON BLOG EN CLIQUANT SUR CE LIEN


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Equité n'est pas égalité

    A quelques heures de Noël, je profite d'un peu de temps libre pour reprendre ma plume laisser en suspens voilà quelques semaines. Lire la suite

    Par  Désabusé
    FINANCES, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Nicolas Sarkozy vous répond

    La rédaction des Sarkozeries négocie actuellement une interview de Nicolas Sarkozy, pour vous permettre de poser vos questions au président de la République. Lire la suite

    Par  Guillaume De Thomas
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Une étrange créature sur Mars

    étrange créature Mars

    Canular ou découverte incroyable? Ces images prises par la sonde Siprit de la Nasa en mission sur la planète Mars pendant l’opération "Mars Explorer" ont... Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • L’excision en Indonésie

    L’excision, ou ablation du clitoris touche encore 150 millions de femmes à travers le monde et la France compterait 30 000 femmes et jeunes filles excisées. Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • Énorme accident : 60 véhicules impliqués

    Mardi, un massif accident s'est produit sur une autoroute entre Dubaï et Abu Dhabi. 3 personnes ont perdu la vie et 300 autres ont été blessées. 14 photos à... Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • 36 - Le point de départ (6ème partie)

    point départ (6ème partie)

    Jean-Marc aime jardiner ou bricoler pendant ses jours de repos. Parfois dessiner. Mais aujourd'hui, il fait trop froid pour rester dehors. Les travaux de la cav... Lire la suite

    Par  Theophile
    NOUVELLES, TALENTS
  • Œufs de Fabergé

    Les œufs de Fabergé sont des œufs de Pâques en joaillerie produits par Pierre-Karl Fabergé. Une série, 56 fut produite pour le compte des tsars Alexandre III... Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES

A propos de l’auteur


Theophile 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog