Magazine Société

Dernières cantonales à Fontenay avant le Grand-Paris ?

Publié le 15 mars 2008 par Jean-Paul Chapon

Je n’avais pas prévu d’écrire de note aujourd’hui, mais difficile de résister, et les lecteurs de Paris est sa banlieue me reprocheraient sans aucun doute de ne pas réagir à l’annonce/rumeur (mais est-ce un scoop ;-) de la possible création d’un secrétariat d’Etat au Grand-Paris. En même temps, quand on s’évertue à promouvoir l’idée d’un Grand-Paris, sur Internet depuis plus de trois ans, l’idée d’un secrétariat d’Etat au Grand-Paris ne peut laisser indifférent et même procure une certaine satisfaction, malgré toutes les craintes liées tant à cette création qu’au choix du ou de la secrétaire d’Etat au Grand-Paris. Après Fadela Amara (tiens elle est où) encore une fois, chat échaudé, etc…

fontenay-sous-bois.1205599629.jpg
Donc demain j’irai voter. Pas pour les municipales mais pour les cantonales, celles de Fontenay-Ouest. Je n’irai pas de gaîté de cœur, car ma candidate s’est fait sortir au premier tour. Il reste bien une candidate d’union de la gauche, union un peu forcée, mais ce n’est pas de gaîté de cœur que je voterai pour elle, même si en dehors de la politique, je la trouve très sympa… Voter pour un ou une candidate PCF aux cantonales ne m’enchante pas, tant ils sont arc-boutés dans la défense des départements et opposés à toute idée de Grand-Paris. Alors pour me consoler, je me dis que peut-être, ces cantonales dans le Val-de-Marne sont les dernières, avant la mise en place d’un Grand-Paris et la disparition de l’échelon départemental dans la l’agglomération parisienne, si une solution du type de celle de Philippe Dallier est retenue. Car le Grand-Paris, qui a été le présent-absent - à quelques exceptions près - de la campagne des municipales (je ne parle pas des cantonales qui ont tant de mal à susciter de l’intérêt dans le grand-public, preuve que peut-être c’est bien un échelon de trop), le Grand-Paris donc va revenir au grand galop dès les élections passées. On parlait depuis quelques temps de la possible création d’un secrétariat au Grand-Paris dans le cadre d’un remaniement ministériel post-électoral. La rumeur devient insistante en cette veille de scrutin, assortie de noms comme le rappelle le Parisien du jour. On cite toujours Anne-Marie Idrac à qui le poste aurait été proposé en guise de lot de consolation pour la perte de la SNCF, mais aussi Roger Karoutchi, l’UMP régional, aux positions « évolutives » sur le Grand-Paris, ou encore Yves Jégo lequel avait pourtant déclaré dans le JDD ne pas être intéressé, se réservant pour la région en 2010. Mais il ne faut pas non plus oublier les Assises de l’agglomération parisienne, que la Conférence Métropolitaine du maire de Paris, a promis de lancer après les municipales. Ou encore la remise du rapport sur le Grand-Paris de Philippe Dallier. D’un côté comme de l’autre le débat va prendre de l’ampleur. Il sera intéressant de regarder la carte des nouveaux élus du Grand-Paris, pour compter les forces en présence. Mais surtout, il faudra que le débat passe enfin du seul cercle des élus et des experts à celui du grand-public, pour susciter l’adhésion du plus grand nombre en démythifiant le sujet, en le présentant de façon simple et pédagogique, loin des travers du débat autour du SDRIF, le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France.

delanoe_baupin_02.1205599757.jpg
Enfin, il est difficile de conclure cette note de veille d’élections municipales (et cantonales) sans parler de Paris, le petit Paris pas encore grand, et souhaiter tout le plus grand succès à Bertrand Delanoë. Tout d’abord pour le bilan réussi de sa première mandature (à quelques bémols près notamment sur les transports, tram et vélib’ cachent la réalité du problème), mais aussi depuis qu’il a déclaré qu’il souhaite constituer un « exécutif très renouvelé », et que même s’il refuse de répondre sur le ou la future adjoint(e) aux Transports, il précise que « tout le monde aura des responsabilités… » mais « il faut que tout le monde bouge… On n’est pas obligé quand on a de l’expérience, du talent, qu’on a démontré quelque chose, d’exercer les mêmes responsabilités après… » Preuve que Bertrand Denlanoë, au-delà du succès global indéniable de sa première mandature, est aussi capable d’écouter et d’entendre. Et tant pas si Denis Baupin n’est plus aux transports et que Paris est sa banlieue perd la source d’inspiration de la moitié de ses notes ;-)

Jean-Paul Chapon

delanoe-mansat-reuters.1205599918.jpg
Ps : Une petite suggestion à Bertrand Delanoë, même si je n’aime pas à ce point son Paris-Métropole qu’il fasse au moins une exception et garde Pierre Mansat aux relations avec les collectivités territoriales. Après tout, même s’il a de « l’expérience et du talent », il n’a pas encore complètement « démontré quelque chose » et a encore un Grand-Paris à terminer ;-)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Paul Chapon 20 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine