Magazine Culture

Adel Abdessemed en regard de Matthias Grünewald

Publié le 27 avril 2012 par Elisabeth1

Entre "Crucifixion et Décor"

Adel  Abdessemed en regard de  Matthias Grünewald

Adel Abdessemed Décor ©

Le Retable d’Issenheim est l’une des œuvres dont la fortune critique et artistique est sans doute la plus considérable dans le monde occidental depuis la fin du XIXe s. En 1993, le musée Unterlinden avait consacré une exposition à l’influence de la crucifixion de Grünewald dans l’art du Xxe s. 20 ans après, force est de constater que les artistes poursuivent leur relecture de ce chef d’œuvre. Signalée par Jean Jacques Aillagon à Frédérique Hergott de la disponibilité d’une œuvre de l’artiste Adel Abdessemed directement inspirée du Christ en croix du Retable d’Issenheim, appartenant à la collection de François Pinault, le choc qu’elle éprouva, lui fit paraître évident qu’elle devait être exposée en regard du Retable. La vision des détails et de l’ensemble appelé Décor, au-delà d’une simple interprétation , extrayait l’essence du modèle d’origine. « arracher » le motif pour se l’approprier, créer une œuvre nouvelle.

A partir de la représentation du Christ en croix du Retable d’Issenheim, Adel Abdessemed pose la question sans réponse de la souffrance humaine. A la chair pénétrée par les épines chez Grünewald, il substitue un corps constitué de fils de fer barbelé acéré et tranchant, instrument et symbole contemporain de la violence et de la souffrance. L’artiste figure le crucifié comme une immense blessure, concentrant en un seul corps à la fois la torture et la cruauté.

Adel  Abdessemed en regard de  Matthias Grünewald

Adel Abdessemed Décor ©

Reproduite 4 fois, l’icône transformée en modèle d’anatomie décharné devient un sujet et la violence est annihilée par les effets esthétiques de la matière brute de l’ensemble savamment tressé. Reproduit 4 fois, ce corps constitue un décor au sens où il est l’arrière-plan devant lequel nous vivons. Au Christ lourd de Grünewald faisant ployer la poutre horizontale de sa croix A. Abdessemed oppose un corps décharné et en suspension. Au corps unique en putréfaction peint, il substitue « des corps » en 4 exemplaires parfaitement alignés, annihilant les effets dramatiques du premier dans une organisation stable et ornementale que trahit le titre de l’œuvre . En se référant à une icône religieuse et à un chef d’œuvre de l’histoire de l’art, en se saisissant du monde contemporain qui lui fournit la matière de son travail. A. Abdessemed  réalise par un savant montage d’éléments paradoxaux, une œuvre portée par une puissance esthétique, comme une réponse éclatante aux violences du monde contemporain.

Adel  Abdessemed en regard de  Matthias Grünewald

Adel Abdessemed Décor détail

Après une première exposition à la galerie David Zwirner  (Chelsea) à New York, l’ensemble Décor ne pouvait être présenté pour la première fois en Europe, qu’à à un seul endroit, ici, à Colmar, au musée Unterlinden, dans une confrontation directe et sans artifices avec la figure du Christ de Grünewald. A l’heure où le musée célèbre le 500 e anniversaire du Retable d’Issenheim, ce rendez-vous ne devait être manque. Adel Abdemessed avait confié à Frédérique Hergott que pour lui exposer Décor en regard du Retable était un rêve.

Texte Frédérique Goerig-Hergott

Adel Abdemessed  (Interview Adel Abdessemed) quitta l’Algérie en pleine guerre civile en 1994, il arriva en France âgé d’un peu plus de 20 ans. Il suivit des études à Lyon sous la férule de Giovanni Careri, Depuis il a tracé son chemin d’artiste, sans jamais se départir d’une volonté de prise en main de la réalité pesante du politique, mais sans omettre l’histoire de l’art. Ses œuvres émettent un engagement criant et une distance métaphysique. (vu à la Dogana en 2011)

Un catalogue en vente au musée, aux Editions Xavier Barral, a été édité sur l'oeuvre "Décor" comprenant des textes de François Pinault, Jean Jacques Aillagon, Frédérique Goerig-Hergott, Eric de Chassey, Giovanni Careri

photos de l'auteur


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La cloche de détresse de Sylvia Plath

    Editions Denoël (Empreinte) - Traduction de Michel Persitz - Paru le 25 avril 2014 - 368 pages - 14.90 € - Pour l'acheterRésumé:Esther Greenwood, dix-neuf ans,... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Kllouche
    CULTURE, LIVRES
  • Week-end estival dans la campagne new-yorkaise

    Quand on vit aux Etats-Unis, on se rend très vite compte que les vacances d'été n'ont pas la même importance qu'en France. Tout le monde ne pose pas forcément d... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Curieuseny
    AMÉRIQUE DU NORD, BONS PLANS, CUISINE, CULTURE, SORTIR, VOYAGES
  • Les rivalités dans la Ligue majeure de soccer : Derby MLS

    Le magazine LWOS Footy a dressé la liste des rivalités les plus excitantes et à même de porter le soccer américain vers des sommets inégalés. Lire la suite

    Le 17 août 2014 par   Afrokanlife
    CULTURE
  • Mirage de la vie - Imitation of Life, Douglas Sirk (1959)

    Sur la plage de Coney Island, près de New York, Lora Meredith, une jeune mère célibataire aspirant à devenir actrice, rencontre Annie Johnson, une sans-abri... Lire la suite

    Le 16 août 2014 par   Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • In My Mailbox # 51

    Mes réceptions du 11/8 au 16/8 :Services-pressesLes côtes normandes ont inspiré les peintres de la période impressionniste. Elles attirent également de... Lire la suite

    Le 16 août 2014 par   Stéphanie
    CULTURE, LIVRES
  • Amérithrax

    de John N. Turner Alors que le Worl Trade Center n'en finit plus de tomber en fine poussière sur Manhattan, un retoucheur photographique d'un tabloïd de... Lire la suite

    Le 16 août 2014 par   Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Détective Dee II

    : La Légende du Dragon des Mers Réalisé par Tsui Hark Avec Mark Chao, William Feng, Carina Lau Hong Kong, 2014, 2h14min Date de sortie 6 août 2014... Lire la suite

    Le 16 août 2014 par   Journal Cinéphile Lyonnais
    CINÉMA, CULTURE

LES COMMENTAIRES (1)

Par denisle61
posté le 11 mai à 20:39
Signaler un abus

Merci a la chaine ARTE de m avoir fait découvrir cet artiste

Ajouter un commentaire