Magazine Politique

Tout est-il si noir dans le (1er) quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Publié le 02 mai 2012 par Sylvainrakotoarison

Sans doute le Président de la République le plus détesté de toute l’histoire de France, Nicolas Sarkozy aborde le second tour de l’élection présidentielle du 6 mai 2012 avec des gros handicaps, une forte impopularité, une situation sociale dévastée par la crise financière mondiale et une surenchère suicidaire sur le front sécuritaire. Pourtant, il y a eu de très bonnes réformes. Rapide rappel en sept points.

yartiSarkoBilan101Le mercredi 16 mai 2007, Nicolas Sarkozy était officiellement investi comme vingt-troisième Président de la République française, le sixième de la Ve République, pour une durée de cinq ans. Rompant avec une double présidence de Présidents âgés et longs (quatorze ans de François Mitterrand élu à 64 ans et douze ans de Jacques Chirac élu à 62 ans), Nicolas Sarkozy, à 52 ans, renouvelle le mandat qui se voulait proche des gens et réformateur de Valéry Giscard d’Estaing élu à 48 ans en 1974. Il a maintenant 57 ans et la gravité en plus.


Une communication décalée par rapport au moral des Français

Comme VGE, justement, Nicolas Sarkozy a accumulé au fil de son mandat beaucoup de mécontentements et même de la haine au point d’être très bas dans les sondages et d’être doublé par son concurrent au premier tour de l’élection présidentielle.

Il est vrai que le style présidentiel a pu choquer, sur des images fortes, comme aller au Fouquet’s ou faire une retraite sur le yacht d’un richissime ami industriel. En eux-mêmes, ces gestes ne sont pas illégaux ni même immoraux (préférerait-on que ce soit l’État qui lui paie de telles vacances ?) mais ils symbolisent un éloignement par rapport à la "vraie" vie de ses concitoyens, renforcée encore par la crise financière de septembre 2008 et les suivantes.
yartiSarkoBilan102

Ce sont pourtant des images, comme celle des diamants de Bokassa ou de la Porsche empruntée de Dominique Strauss-Kahn. Des éléments dérisoires par rapport à la somme des responsabilités à la magistrature suprême, mais qui donnent une vitrine détestable, d’autant plus que la réforme du bouclier fiscal (qui a été créé par Michel Rocard avec la CSG et renforcé par le gouvernement de Dominique de Villepin) a laissé entendre dès le début du quinquennat que le gouvernement préférait favoriser les riches aux pauvres grâce à une bonne orchestration du PS.

La gouvernance a pu choquer en raison de plusieurs points : considérer que rien n’est tabou, c’est désacraliser de grandes valeurs (notamment celle de laïcité) ; réagir au quart de tour après un fait divers, c’est faire des lois trop rapidement et bâclées ; réformer sur tous les fronts, c’est rendre illisible une politique trop volontariste au point de rendre muets en mai 2011 des militants de l’UMP qu’on interrogeait sur les deux bonnes mesures du quinquennat selon eux à citer.

Sept points positifs de la Présidence de Nicolas Sarkozy

Pourtant… il y a eu de très bonnes réformes acquises au cours des cinq années du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Je vais en citer sept qui me paraissent intéressantes pour l’avenir de la France.

1. Réaction face aux crises financières mondiales à partir du 15 septembre 2008

Tout le monde dans la classe politique française a admis que Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon avaient réagi correctement à la crise financière. Le discours de Toulon du 25 septembre 2008 a même présenté un tournant très social à la politique gouvernementale. En 2009, la France a tenu mieux que ses partenaires européens à la récession : –2,6% au lieu d’une moyenne de –4%.

Nicolas Sarkozy est revenu le 1er décembre 2011 à Toulon pour y prononcer un second discours.

Le 15 juin 2010, le FMI considérait même que les réponses apportées par la crise étaient salutaires. La croissance du 1er trimestre 2011 (+1%) avait même donné du baume au cœur du gouvernement sur un retour durable de la croissance (mais la crise de la dette souveraine en été 2011 a tout plombé).

Parmi les mesures de réponse à la crise, j’en cite deux qui me paraissent très importantes : le grand emprunt qui vise à redonner un coup de fouet aux investissements stratégiques dans l’innovation technologique, en finançant des projets de recherche et développement à hauteur de 35 milliards d’euros sur trois ans (2011-2014). Tous les chercheurs admettent que de telles sommes n’ont jamais été débloquées depuis des dizaines d’années et vont apporter une impulsion durable dans la création de valeur ajoutée de demain. L’autre mesure a été la création du RSA dont la valorisation politique a essuyé une bien mauvaise publicité avec la dernière proposition de Laurent Wauquiez qui envisageait le plafonnement des aides sociales.

Des mesures favorables aux entreprises ont pu améliorer certaines situations : celle des fonds propres avec le dispositif ISF/PME (800 millions d’euros par an), le statut des auto-entrepreneurs qui permet de démarrer une activité entrepreneuriale tout en restant salariés, le remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale (réduction de 5 milliards d’euros). Si les statistiques de près de 2,5 millions de créations d’entreprises (dont, pour plus de la moitié, des auto-entrepreneurs) pour le quinquennat dépassent largement l’objectif de 1 million de créations d’entreprises du précédent quinquennat, il faut cependant pondérer avec le nombre de faillites au bout de deux ou trois ans et considérer également que la forte hausse du chômage encourage les demandeurs d’emploi à créer leur propre entreprise face à la difficulté de se faire recruter par une employeur, sans pour autant que l’entreprise soit pérenne ou alors la transformation fréquente d’une emploi de salarié en statut d’auto-entrepreneur pour la même activité.

La création en 2009 du Fonds stratégique d’investissement public (FSI) avec 29 milliards d’euros de dotation va permettre à l’État de prendre des participations dans des technologies stratégiques pour l’avenir (3 milliards d’euros ont déjà été investis).

La crise financière de 2008 a également eu un avantage politique collatéral : permettre de justifier que le programme présidentiel de 2007 ne pouvait pas être intégralement accompli en raison des événements. Et c’est aussi vrai que pour la politique de Valéry Giscard d’Estaing avec le second choc pétrolier en 1979.

2. Le Traité de Lisbonne

À mon sens, l’œuvre majeure du quinquennat de Nicolas Sarkozy restera la signature du Traité de Lisbonne le 13 décembre 2007 ratifié notamment par le Parlement français les 4 et 8 février 2008.

J’avais rappelé que l’œuvre majeure des deux septennats de François Mitterrand était, à mon sens, son inclinaison sans faille à la construction européenne à partir de 1983 et qui apportait entre autre la monnaie unique (l’euro) sans laquelle la France aurait terriblement souffert de la crise financière depuis 2008.

Or, l’échec du référendum français du 29 mai 2005 sur le Traité constitutionnel européen (TCE), signé le 29 octobre 2004 à Rome, a cassé la dynamique d’intégration européenne au risque d’une paralysie institutionnelle catastrophique avec vingt-sept États membres.
yartiSarkoBilan104

Le volontarisme de Nicolas Sarkozy a été décisif auprès en particulier de l’Allemagne pour aboutir rapidement (en six mois) à un nouveau traité permettant de gérer la cohabitation à vingt-sept sans qu’il ne puisse y avoir de paralysie. Moins ambitieux que le TCE, le Traité de Lisbonne a permis, sans prétention, de franchir l’obstacle institutionnel, à défaut d’acquérir une "âme".

Ce volontarisme européen s’est également traduit durant la Présidence française de l’Union européenne par la création de mécanisme de solidarité européenne par des réserves permanentes de gestion de crise de 500 milliards d’euros qui a doublé à la fin 2011.

La remise en cause de Schengen donne en revanche un signe diamétralement opposé, où la construction européenne est utilisée dans un sens ou dans un autre en fonction d’impératif essentiellement de politique intérieure.

3. La question prioritaire de constitutionnalité (QPC)

La question prioritaire de constitutionnalité (QPC) est une avancée majeure dans les droits des citoyens et dans la démocratie française. Incluse dans la réforme des institutions du 23 juillet 2008 aux côtés de quelques nouveaux droits aux parlementaires, elle révolutionne complètement le droit français et va compliquer à loisirs les procédures judicaires (au point d’avoir retardé le procès historique de Jacques Chirac, la décision du 20 mai 2011 de la Cour de cassation a été une étape cruciale).
yartiSarkoBilan103

L’idée est de permettre au simple citoyen de saisir le Conseil Constitutionnel sur la constitutionnalité d’une loi déjà promulguée n’ayant pas fait part déjà d’un contrôle de constitutionnalité. Ce contrôle a posteriori est une véritable révolution juridique puisque non seulement elle donne un pouvoir nouveau aux citoyens (pouvoir de contrôle des lois réellement inauguré par Alain Poher), mais également elle entraîne de fait à une instabilité législative qui favorise le citoyen, avec, comme illustration, la réforme de la garde à vue en 2011.

4. L’autonomie des universités

Vieux serpent de mer très connoté politiquement, puisque l’idée fut la cause des manifestations de novembre et décembre 1986 contre la loi d’Alain Devaquet qui ont coûté la vie à Malik Oussékine le 4 décembre 1986, l’autonomie des universités a été instituée après plusieurs tentatives en août 2007 par la Ministre de la Recherche Valérie Pécresse (actuellement au Budget). L’objectif est en particulier de permettre l’apport d’argent privé dans les projets universitaires tout en gardant le contrôle de l’utilisation de ces fonds. C’était une nécessité financière pour préserver l’excellence reconnue de nombreuses universités françaises.

5. La réforme des retraites

Tout comme l’instauration du service minimum lors des grèves dans les transports en commun, la réforme du système des retraites a provoqué du mécontentement social pendant plusieurs mois en automne 2010. Pourtant, tout le monde admettait la nécessité d’une réforme étant donné la pyramide des âges. Le gouvernement a su aller jusqu’au bout malgré les nombreuses réticences et c’est cette ténacité qui aura, à terme, permis la pérennité du système par répartition, d’autant plus que le surendettement de l’État nécessitait des économies budgétaires.

Contrairement à ce pourraient sous-entendre certains socialistes, cette réforme sera évidemment pérennisée par la majorité issue des urnes de 2012 car il n’y a aucune autres solutions sinon de proposer une retraite par capitalisation au moment où la crise financière en montre les dangers. François Bayrou avait proposé pendant la campagne du premier tour une réforme originale.

L’un des derniers grands chantiers du quinquennat de Nicolas Sarkozy aurait dû être le cinquième pilier de la sécurité sociale afin de financer la solidarité nationale pour la dépendance, un sujet qui devient de plus en plus urgent avec l’accroissement constant de l’espérance de vie. Le chantier n’a pas été mené à cause de la crise de la dette souveraine mais le candidat sortant propose de la mettre en œuvre en 2013.

6. Le Grand Paris

Point purement francilien mais essentiel pour une dizaine de millions d’habitants, le projet du Grand Paris a pour vocation (entre autres) de faciliter les déplacements franciliens en rompant avec les trajectoires étoilées et en construisant une ligne de métro périphérique entourant Paris en passant par Roissy, Orly, Massy, Saclay et Versailles. Ces travaux, qui auraient dû être lancés il y a une trentaine d’années, réduiront le temps de trajet quotidien d’un quart de la population active. Avec le Conseil régional d’Île-de-France, l’État mobilise ainsi plus de 32 milliards d’euros.

7. L’engagement militaire de la France

La France n’a pas hésité à prendre, aux côtés de la Grande-Bretagne, la tête d’une coalition pour empêcher Mouammar Kadhafi de réprimer dans le sang la révolution populaire en Libye. De même, elle a aidé le Président élu régulièrement Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire à en finir avec les forces de l’ex-Président Laurent Gbagbo qui ont refusé de reconnaître leur échec électoral. Il est très regrettable que les forces françaises n'aient pas pu empêcher le lynchage de Kadhafi mais elles ont pu préserver la vie sauve de Gbagbo.
Il y a d'autres points positifs, comme la poursuite d'une politique de sécurité routière qui a montré son efficacité avec trente mille morts de moins sur dix ans et qui a atteint le seuil des quatre mille morts par an en 2010 (l'objectif reste cependant de trois mille morts par an pour fin 2012), la réforme de la carte judiciaire qui n'avait pas bougé depuis le gouvernement de Michel Debré, la mise en place d'un service minimum en cas de grèves dans le secteur public, la suppression de la publicité à la télévision publique, la revalorisation de 25% du minimum vieillesse et de l'allocation pour les personnes handicapées, la suppression de la taxe professionnelle, la revalorisation du salaire des enseignants de près de 10%, ou encore le financement de nombreuses places dans les internats d'excellence.

Au passif du quinquennat

Comme indiqué plus haut, Nicolas Sarkozy a commis également de graves erreurs, pas seulement sur la forme, mais aussi sur le fond, en particulier avec son discours de Grenoble du 30 juillet 2010 qui a été une véritable reconnaissance des hurlements sécuritaires du Front national, ce qui a probablement engendré la forte montée du FN au premier tour.

Multiples lois sur l’immigration, amalgame scandaleux entre immigration et délinquance, huile sur le feu par des débats sur l’identité nationale, sur l’islam et sur la laïcité, surenchère parlementaire d’une droite musclée (tests ADN par exemple) qui renforcent le sentiment d’exclusion et qui est aux antipodes d’une politique d’intégration au sein d’une même destinée républicaine, apportant de l’eau au moulin des partis les plus rétrogrades dans ce domaine.

Il y a d’ailleurs un véritable paradoxe qui ne peut s’expliquer que par un (mauvais) calcul électoral entre la pertinence d’une politique qui veut préparer la France à être compétitive dans une mondialisation que personne n’a choisie mais qui est là, et cette politique de repli sur soi, de peur de l’avenir, de peur de l’autre, de frontières apeurées, qui manque de confiance en la ressource inépuisable de la communauté nationale.

Le bilan et l’élection présidentielle

Les sondages indiquent à mon sens injustement que le bilan du quinquennat est globalement négatif. Cependant, le bilan aura-t-il une influence sur le choix électoral de 2012 ? Il est fort probable que non. Le réputé "bon" bilan du "quinquennat" de Lionel Jospin n’a pas empêché sa cuisante défaite le 21 avril 2002.

Les socialistes ont beau jeu de rappeler qu’il y a 600 000 chômeurs en plus, 500 milliards de déficit public en plus et 70 milliards de déficit du commerce extérieur, ce qui donnent un tableau très morose. Pourtant, il faut comprendre que la France est dans la crise mondiale et qu’elle s’en est plutôt mieux tirée que d’autres (Grèce, Espagne, Italie, Irlande, et même Grande-Bretagne) sans être en défaut sur les salaires des fonctionnaires ou les pensions de retraite.

Pas sûr que la politique dépensière que ces mêmes socialistes prônent sans arrêt (recrutement de 60 000 fonctionnaires mais impossibilité de recruter des enseignants sur un simple claquement de doigt alors qu’il manque déjà des candidats aux concours de recrutement) aurait pu faire mieux, ou même, n’aurait pas mené le pays à la faillite.

Nicolas Sarkozy n’a donc pas à avoir honte de ses cinq ans de mandat. Certes, comme je l’ai indiqué, il a un bilan contrasté (j’ai insisté sur les points positifs considérant que les points négatifs sont largement développés sur Internet), mais il a montré qu’il a su non seulement agir mais réagir. Cela n’en fait pas forcément pour autant le meilleur candidat pour le quinquennat 2012-2017.

Le meilleur candidat sera certainement celui qui, avec un discours réaliste et lucide, saura redonner confiance aux citoyens, confiance dans leur capacité à entreprendre, confiance en leur propre identité pour pouvoir se rassembler au-delà de leurs propres différences, et enfin, confiance en leur avenir et celui de leurs enfants, et en ce sens, l’emploi et l’environnement ne peuvent être que les priorités d’un projet présidentiel.

Pour moi, c’était à l’évidence François Bayrou mais les électeurs en ont décidé autrement.

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (2 mai 2012)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Jusqu’au bout de son mandat.
Discours d’investiture de Nicolas Sarkozy (16 mai 2007).
Discours de Toulon de réponse à la crise financière mondiale (25 septembre 2008).
Ce que pense le FMI de la politique de Nicolas Sarkozy (15 juin 2010).
Le bilan officiel de 4 ans de Nicolas Sarkozy (6 mai 2011).
Discours de Grenoble sur la politique sécuritaire (30 juillet 2010).
Transgressions de Nicolas Sarkozy.
Ce que proposait François Bayrou.
L'impopularité du Président Sarkozy.
Morale molle et ambitions dures.
 

yartiSarkoBilan105 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tout-est-il-si-noir-dans-le-1er-115422


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire