Magazine

Un déjeuner qui sent la lavande

Publié le 17 mars 2008 par Chondre

Un déjeuner qui sent la lavandeJ’ai toujours eu un rapport étrange avec la vieillesse. Certainement parce que j’ai toujours été entouré de vieux. Mes parents m’ont eu très tard et j’ai principalement été éduqué par mes grands parents. Petit, j’enviais mes amis. Ils avaient la chance d’avoir des échanges plus dynamiques avec leurs parents. Les miens étaient bien loin d’anticiper mes envies ou mes attentes. Ils étaient issus d’un milieu traditionaliste, populaire côté maternel, bourgeois et très à droite côté paternel. Ma grand-mère paternelle était assez stricte. Elle n’hésitait jamais à sévir et commençait toujours à éructer en anglais quand j’avais fait une bêtise. D’origine écossaise, elle avait certainement hérité son caractère de hyène et sa méchanceté d’une quelconque Lady Macbeth. J’ai eu la chance de ne pas avoir à la subir trop longtemps. La mégère est passée sous une voiture à la fin des années soixante-dix.

Un déjeuner qui sent la lavandeA l’opposé, ma grand-mère maternelle a toujours été présente. Nous venons de fêter ses 96 ans et elle passe actuellement quelques jours à Paris. Elle vieillit, comme tout le monde, mais garde toujours les mêmes yeux pétillants. Elle est pleinement autonome et vit toujours seule dans sa maison corrézienne. Ma vision de la vieillesse est baisée par ma mère. À 71 ans, elle refuse toujours d’entrer dans le club des retraités. Depuis près d’un an, elle travaille à mi-temps pour une maison de couture et s’amuse comme une folle. Elle ne travaille pas par besoin. Juste pour le plaisir de faire de nouvelles rencontres et de garder un pied dans la mouvance parisienne. Cette activité professionnelle lui a certainement permis de réduire les effets du temps. Elle aime s’apprêter, reste coquette et ne pense plus au mouroir que représenterait pour elle la retraite.

Un déjeuner qui sent la lavandeMon amie Vicky était sur Paris la semaine dernière. Je lui ai naturellement proposé de venir déjeuner à la maison, maison qui n’est plus la mienne depuis près de 10 ans. Je me souviens encore avec délices des moments passés dans cet appartement en sa compagnie, celle de Snooze et du reste de la bande. Ma mère me laissait souvent seul à l’époque. C’était la fête du slip. J’avais l’appartement pour moi tout seul et j’y faisais ce que je voulais, sans aucune pitié pour les voisins. Vicky est finalement arrivée juste après le déjeuner. Je me marrait intérieurement. Cela faisait presque dix ans qu’elle n’avait pas vu ma mère, ma grand-mère et mon gros chat. Elle allait retrouver deux vieilles, un chat obèse arthrosique et un appartement sentant la lavande et la naphtaline.

Un déjeuner qui sent la lavandeLe saut brutal dans le temps ne semble pas avoir eu lieu. La mayonnaise a pris, comme si le temps n’avait pas passé. Nous avons quitté l’appartement tous les deux et avons marché quelques mètres jusqu’au métro. Le temps de se souvenir à nouveau de nos ballades dans le quartier et des bons moments passés ensemble. Ma mère, de son côté, se préparait à recevoir l’inconnu mystère avec lequel elle passe tous ses samedis. Love affair et activité professionnelle semblent décidément faire partie des ingrédients de la jouvence.

Un déjeuner qui sent la lavande
Rien à voir avec la choucroute mais je me suis pissé dessus lorsque j’ai vu Rachida Dati à la télévision hier soir. Alors que la semaine dernière le ministre de la justice s’était pointé sur les plateaux télévisés vêtue d’une fort jolie robe très couture, Rachida s’est transformée en Cosette en débarquant en simple gilet anthracite et chemise blanche. Cacher les grosses montres, planquer les bagouzes, plaire aux salauds de pauvres, rabâcher qu’il n’y a pas de vote sanction ou exiler le pauvre Martinon aux Etats-Unis. Des consignes seraient-elles passées ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • J’aime les impôts

    Si si je vous jure! D’autant plus quand il s’agit de les payer. Que l’on s’entende bien, je ne rechigne pas, je suis même fier d’en payer et je suis même conten... Lire la suite

    Par  Frednetick
    FRANCE, HUMOUR, A CLASSER
  • J''ai testé les éditions Chloé des Lys

    J''ai testé éditions Chloé

    J’ai toujours un plaisir fou à parler de mes lectures, même si elles sont (trop) rares et (souvent) superficielles.Parce que je consacre du temps à mon boulot... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    HUMOUR, JOURNAL INTIME, MODE, TALENTS
  • Le Petit D??j' soutient Oh La Radio!

    Salut la D??janterie! J'ai bien l'honneur de vous annoncer que Oh La Radio, autre podcast boutiqu?? par Mabool Productions, a ??t?? s??lectionn?? Lire la suite

    Par  Caramelito
    HUMOUR, INSOLITE
  • J'ai croqué la pomme !

    J'ai croqué pomme

    Ils ont bien insisté : « soyez là à 17h précises au lieu de 17h20 comme convenu auparavant, 17 h précises ».16h50, nous sommes là, sous l’horloge, à... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • J'ai testé un WE thalasso en pleine semaine

    J'ai testé thalasso pleine semaine

    Ça fait longtemps que vous l’attendiez, que vous le réclamiez à cor et à cri (et non à corps et à cris, Anaïs) : mon WE thalasso.  Un lundi et un mardi.  Deux... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME
  • j' ai regardée c' est yeux

    j' ai regardée c' est yeux! une figure si jolie,et si triste je regarde ses yeux si grand des yeux qui se noie ,yeux éblouissant dan une rivière de larmes elle... Lire la suite

    Par  Ginette Payel
    POÉSIE, TALENTS
  • J'ai fait demi-tour

    Le billet qui précède, j’aurai mis du temps à le publier.  Des mois.  Pourtant il était prêt.  Avec une illu magnifique.  J’attendais sans doute le moment... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Chondre 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte