Magazine Environnement

Grenelle, municipales et écologie politicienne en question...

Publié le 17 mars 2008 par Greg Catel

Sur RUE89, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'écologie, et Yannick Jadot, de Greenpeace, débattent de l'avenir du Grenelle...

Yannick Jadot se pose la question : qu'adviendrait du Grenelle si l'UPM subissait un revers lors de ces élections municipales? La majorité présidentielle pourrait bien se replier sur des valeurs sûres de la droite, dont la protection de l'environnement ne fait pas partie…

Pour NKM, ces inquiétudes n'ont pas lieu d'être. Un tel mouvement gouvernemental n'est pas un effet de mode. Pour preuve, tous les partis se sont saisi de la question environnementale pendant cette campagne.

Elle va même plus loin et n'hésite pas à critiquer la vision environnementale de la gauche et des Verts, qui se seraient fourvoyés dans "une idéologisation à mort". Elle avoue même, concernant les Verts, n'avoir jamais cru à la pertinence d'un tel parti.




Si vous suivez de temps en temps ce blog, j'ai déjà exprimé ce sentiment. La gauche n'a pas le monopole de l'environnement. Et depuis 1 an, la volonté du gouvernement à mettre des choses en place nous le prouve bien. Même si tout n'est pas parfaitement positif (OGM...), on ne peut que reconnaître qu'il y a des avancées, là ou par le passé, il n'y avait aucune volonté, aucun budget, donc... rien.

L'environnement est une question maintenant majeure qui s'invite partout. Et en particulier dans les débats et les propositions des municipales. Ces élections locales démontrent même le constat d'un changement radical en matière d'écologie politique. Les Verts subissent un échec les menant vers une disparition annoncée.

Certes, le parti écolo de gauche n'a toujours pas retrouvé son identité politique depuis les dernières élection présidentielles. Divisions et polémiques internes ont fait le reste...

J'ai croisé samedi un représentant de la liste "verte" à Saint Maur. Il distribuait des tracts à la sortie de mon supermarché pour expliquer qu'il n'y aura pas de représentants écologistes dans le prochain conseil municipal parce que la liste PS-PC, en troisième position, refuse de faire alliance.

Je lui ai donc posé la question. Mais pourquoi ne pas vous allier à la liste Plagnol (en première position au premier tour), qui a fait des propositions environnementales ?  J'ai eu droit à un regard qui en disait long... "Mais nous ne pouvons pas nous allier à un représentant de l'UMP !".

Ah oui ! Evidemment ! Ça n'est donc pas une question d'environnement qui animait le parti écologiste... c'est peut être cela que les électeurs ont compris.

Source : Rue 89
Interview complète

GC.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Greg Catel 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte