Magazine Politique

GIC, hawala, couleur de l’argent et UBS

Publié le 17 mars 2008 par Kalvin Whiteoak

hawala1.jpgSingapour est un état d'à peine 700 km2, au sud de la presqu'île malaisienne. Cité-Etat qui tiendrait toute entière entre Genève et Lausanne, dans une bande de l'ordre de 20 kilomètres de large.

Cité très peuplée puisque qu'elle compte environ 4.6 millions d'habitants, cité riche puisqu'elle est considérée comme l'un des quatre dragons de l 'Asie.

Depuis 1974 Singapour dispose d'un premier fond souverain Temasek Holdings et depuis 1981, d'un deuxième le GIC (Government of Singapore Investment Corporation). La cité-état est industrieuse, très prospère, et on se demande bien comment elle a réussi à amasser de telles sommes dans ses fameux fonds souverains.

Et c'est en creusant un peu qu'on s'aperçoit qu'à part le raffinage de pétrole, l'informatique (certains composants singapouriens sont célèbres), le tourisme, les chantiers navals, c'est en réalité l'industrie d'armement qui a essentiellement permis le départ des fonds souverains, actuellement dopés dans leurs résultats par ceux des services bancaires et financiers locaux.

Expertise particulière, rapport-qualité prix intéressant ? pas tellement que ça, non. Mais omniprésence de la pratique ancestrale de l'hawala, ou système bancaire parallèle qui contourne complètement le système officiel pour en revenir aux "agents de paiement" de l'époque de la route de la soie. L'Hawala permet la remise en liquide d'argent sans transfert physique entre le payeur et le receveur, le tout étant basé sur la confiance, et différents autres services facilement imaginables.

L'origine des richesses singapouriennes provient en grande partie de cette pratique ancestrale, d'origine et de nom islamique,et qui fleurit encore en 2008 en Malaisie toute proche ou en Indonésie et aux Philippines. Et les fonds souverains dont le GIC se sont littéralement goinfrés des marges faites au travers de ces pratiques.

Sauf que ces pratiques figurent parmi celles utilisées par les réseaux mafieux et terroristes pour faire circuler l'argent, le blanchir ou du moins le rendre un peu moins visible que sur un compte de chèques postaux.

Alors quand notre cher gouvernement helvétique nous dit qu'il n'y a rien à contrôler dans la qualité des fonds souverains de Singapour, on lui rappellera que le blanchiment d'argent est pénal en Suisse, et que les banques sont tenues à toute une série de mesures avant d'accepter des fonds de clients dont elles ne seraient pas sûres. L'UBS se targue même d'héberger et de faire partie du select Groupe quasi maçonnique de Wolfsberg (qui auto-édicte et auto-contrôle pour la profession des standards de qualité pour l'acceptation des fonds selon le principe Know Your Customer …. de façon à faire croire au peuple que de vrais contrôles existent) et possède dans ses équipes des spécialistes de ce genre de questions. Sauf que les questions de ces spécialistes s'arrêtent aux dépôts en banque et non aux investissements dans les augmentations de capital de la banque par les Etats et leurs fonds.

On serait bien inspiré de regarder de plus près l'origine réelle des fonds qui ont permis la première injection de 12 milliards et qui devront sans doute être utilisés pour une seconde injection prochainement. Car à force de vouloir jouer les oies blanches, on finit par ne même plus voir le petit bout de son propre nez, ou plutôt on préfère ne pas le regarder.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • UBS: la presse spécialisée étrangement calme

    ne pipe pas mot sur ce qui se passe. Ni la RSR d'ailleurs, malgré le contenu de son site Internet. Alors de deux choses l'une, ou bien tous les chroniqueurs... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS SA : petits actionnaires ridiculisés

    On le savait à l'avance, même beaucoup plus nombreux que d'habitude, les petits actionnaires n'ont pu que crier dans le désert, avec des réponses aussi claires... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : c’est quoi 30 milliards de francs ?

    C'est clair aujourd'hui, on va vers un chiffre de cet ordre (30 milliards de francs suisses) à passer plutôt rapidement par pertes dans les états financiers de... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Action UBS : la descente aux enfers

    Notons aujourd'hui une chute spectaculaire de l'action de notre "très chère banque", qui passe à 16 h30 en dessous de Fr. 30.– pour cause de probable annonce... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Action UBS : la descente aux enfers (2)

    Arrivée en dessous de Fr. 30.– au closing de vendredi, (pour être précis à Fr. 28.44 en baisse par rapport à la veille de 7.42 % !!!) il faut attendre encore... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : retraits massifs

    Ce que l'on avait annoncé ici depuis bien quelque temps et que les médias officiels refusaient jusqu'ici à commenter par craintes diverses est en train de se... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : 2.5 millions pour des larmichettes

    C’est en gros le prix payé au géant jaune par UBS pour envoyer à ses 2.5 millions de “petits” clients une lettre en forme d’aveu de confessionnal pleurniché... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Kalvin Whiteoak 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines