Magazine Banque

Interview de Christian Jimenez – Président de l’antenne française de PRMIA (Professional Risk Managers’ International Association)

Publié le 18 mars 2008 par Sia Conseil

Interview de Christian Jimenez – Président de l’antenne française de PRMIA (Professional Risk Managers’ International Association)

Envoyer Imprimer Newsletter Post2PDF 18 mars 2008

christian-jimenez
Perception de la crise financière actuelle et des risques sous-jacents

Sia Conseil : Les deux chocs actuels du monde financier que constituent, au niveau mondial, la crise des subprimes et au niveau français, le scandale de l’affaire « Jérôme Kerviel » à la Société Générale ramènent à un problème de gestion des

risques. Comment de tels risques ont-ils pu être occultés ?

C.J : La conjonction de liquidités importantes, de taux bas et d’une recherche de rendements importants des investisseurs a conduit à injecter des risques dans les systèmes. La demande des investisseurs était soutenue, si bien que le recours à la titrisation a été massif et s’est effectué dans des conditions de sophistication croissante. Or si les effets de leviers à la hausse permettaient de dégager des niveaux de rentabilité importants, ils le sont également à la baisse et affectent aujourd’hui les fonds propres des institutions financières.
Il me semble que la crise des subprime est le reflet de l’incompréhension de certaines opérations et structures financières par les investisseurs, qui n’ont pas perçu ces risques. D’ailleurs on peut penser que si les banques américaines avaient dû conserver les prêts dans leurs bilans, elles ne les auraient pas accordés sur des bases aussi généreuses.
Sur un autre plan, la crise de la Société Générale a mis en lumière le poids du risque opérationnel dans la banque.

Sia Conseil : D’après vous, où se situent les lacunes majeures du système actuel de gestion des risques du monde financier ? Faut-il en priorité enrichir la réglementation pour mieux réguler les marchés ou assurer sa meilleure application par le renforcement des dispositifs de contrôles ?

C.J : La réglementation bancaire est suffisamment riche, que ce soit au niveau des calculs de risques ou du contrôle des opérations. Le problème provient plutôt de sa mise en  application qui n’est pas respectée de manière suffisamment continue dans le temps. De nombreuses procédures existent mais sont trop rapidement oubliées et deviennent obsolètes.
Par ailleurs, les institutions financières ne disposent pas d’un système d’agrégation des risques assez globalisé de leur établissement. Les mesures sont parcellaires et de plus en plus difficiles à maitriser par les financiers. A minima un tableau de bord synthétique de consommation de fonds propres par nature de risque (risque de crédit, risque de marché, risque opérationnel …) devrait exister, et les stress tests devraient être réalisés de manière combinée sur l’ensemble des facteurs de risques.

Sia Conseil : En tant qu’ancien Président du Comité scientifique de l’AFGAP, vous connaissez bien les problématiques ALM. Comment les méthodes de mesures de risques et de gestion financière peuvent-elles converger à l’avenir pour offrir aux décideurs des indicateurs globaux rendement / risque ?

C.J : Afin de disposer d’un tableau de bord des risques exhaustif, il est indispensable pour le Chief Risk Officer (CRO) de suivre les risques financiers. La direction financière doit piloter la fonction ALM puisque c’est elle qui est le garant de la gestion financière opérationnelle, mais elle doit agir en concertation avec la direction des risques et sous son contrôle.

Sia Conseil : A l’heure actuelle, seules les 20 plus grandes banques américaines se sont engagées à mettre en place la réforme réglementaire internationale Bâle II. Les Etats-Unis peuvent-ils continuer à dispenser les banques régionales ou à taille plus moyenne de mettre en place cette réforme, qui a permis de limiter relativement la crise en France ?

C.J : Clairement non. Les Etats-Unis ont fait partie des comités de décisions qui ont voté le passage de Bâle I à Bâle II et ont fortement œuvré pour influencer le texte. C’est un dispositif international qui doit s’appliquer à toutes les banques, sans exception pour les Etats-Unis. Le choix peut ensuite se faire au niveau de l’approche quantitative de notation et de la quantification des risques entre les méthodes standard, IRB fondation ou IRB avancée.   

Sia Conseil : La réforme de gestion des risques dans le monde de l’assurance, Solvency II, jouera-t-elle le même rôle que Bâle II a joué vis-à-vis de cette crise ?

C.J : Les assureurs ont certes une gestion des risques moins sophistiquée que les banques, mais leurs problèmes ne sont pas comparables. Les assureurs, contrairement aux banques, ont le temps pour eux, et le temps permet de lisser les effets d’une crise. J’ai donc peu d’inquiétude pour les assureurs, et je ne pense pas qu’il y ait de leçon particulière à tirer de la crise actuelle pour enrichir Solvency II, dont le dispositif est bien construit.
Par contre, même si les nouveaux standards comptables internationaux IAS ont été bénéfiques, ils ont une limite : le mark to market, qui introduit des dépréciations et provisionnements en chaîne, qui pourraient être fatales aux institutions financières si elles atteignaient un niveau trop élevé.

Sia Conseil : Quelle est la prochaine poche de risques à laquelle les institutions financières semblent mal préparées ?

C.J : Un des risques qui commence seulement à être dévoilé au grand jour et qui réserve encore des surprises est celui des réhausseurs de crédits (« monolines »). Actuellement, le sauvetage d’Ambac Financial Group, numéro deux mondial du réhaussement de crédit, n’est pas encore garanti. Cette crise des monolines entraînera dans la tourmente les institutions financières qui leur sont liées, comme en témoigne la recapitalisation de la filiale américaine de Natixis CIFG.
La seconde crainte peut venir des hedge funds notamment ceux qui ont des stratégies à plus long terme sur des actifs peu liquides.
Sans parler de krach, l’immobilier est en haut de cycle et le délitement de ce marché constitue également une menace à court et moyen terme, à la fois pour les Etats-Unis et l’Europe.
Enfin, si les matières premières sont chères, elles ne sont malheureusement pas sur-évaluées. Il n’y a donc pas de risque d’éclatement de bulle sur ce marché.

Le rôle des agences de notation dans la crise

Sia Conseil : Les agences de notation ont-elles joué le rôle de catalyseur de cette crise ?

C.J : En effet, les agences de notation ont une responsabilité dans la crise des subprime. La sensibilité de la notation a été mal analysée, si bien que de nombreux investisseurs ont acheté des produits notés AAA sans analyse supplémentaire de la qualité du produit et de la pérennité de sa note. Les agences étudient aujourd’hui cet aspect. Ainsi Moody’s montrait dans une récente étude qu’en prenant en compte le dégradation potentielle de certains facteurs de risques, les notes pouvaient être dégradées de 11 notches!
Si les agences de notation ont pris acte de la nécessité d’associer des indicateurs de sensibilité au rating attribué, il ne faut pas s’engager trop vite dans un processus de révision de leurs méthodologies de notation, alors qu’il serait plus sage d’attendre que la crise soit passée. La décision de l’agence de notation Fitch de ne plus noter les produits de titrisation est encore plus déstabilisante.

Rôle de l’association PRMIA

Sia Conseil : Quel rôle peut jouer l’association face à la crise financière actuelle ?

C.J : PRMIA a pour objectif prioritaire d’expliquer, échanger et former les gestionnaires de risques aux bonnes pratiques. PRMIA n’a pas pour ambition d’influencer les orientations des organes de tutelle financières nationales ou internationales. PRMIA s’adresse à un public ouvert, de banquiers mais aussi d’assureurs et de gestionnaires de fonds.
Trois conférences ont eu lieu depuis début 2007 sur les financements structurés, et ont été un révélateur du changement qui s’opère actuellement dans les méthodes de gestion des risques. Avec la crise, on constate un retour aux fondamentaux d’analyse financière.
L’association est présente sur 3 continents (Amérique, Europe, Asie), dans 150 pays, dont la France qui dispose d’une des plus grosses antennes après New-York et Londres. Jusqu’à présent, l’organisation était très décentralisée et l’antenne France décidait seule des thèmes à aborder lors de ses conférences bimestrielles. A l’avenir, le choix des thèmes fera l’objet d’une coordination au niveau mondial, même si chaque antenne garde son autonomie.
Depuis fin 2006, le comité scientifique de PRMIA a fusionné avec celui de l’AFGAP (Association Française des Gestionnaires Actif Passif) et décerne un prix commun de gestion des risques financiers, qui récompense des travaux originaux des étudiants de deuxième et troisième cycle.

Je précise qu’il est possible d’adhérer gratuitement à PRMIA en ligne sur le site www.prmia.org 

 PARCOURS

Après avoir enseigné l’économie et l’analyse financière, Christian Jimenez a passé 6 ans à la Commission Bancaire, et a notamment participé aux travaux du Comité « Cooke ».
Adjoint au Responsable du Département de Gestion de Bilan à la BNP entre 1991 et 1994
Directeur financier-adjoint à la Direction Financière du Groupe Caisse d’Epargne, puis Directeur des Opérations pour Compte Propre et Investissements de la CNCEP jusqu’en 2001
Directeur Financier et des Risques de la Compagnie Financière EULIA en 2002 et 2003
Membre du Directoire d’Ecureuil Vie, Directeur Financier jusqu’en 2007
Président Directeur Général, puis Président d’honneur de SURASSUR Christian Jimenez est aujourd’hui Fondateur et Président de la SAS IMENE INVESTMENT PARTNERS, société de conseil en investissements financiers

Président du Conseil d’Administration (1997 - 99), puis Président d’Honneur de l’AFGAP
Président du Steering Committee France de PRMIA depuis 2003
Administrateur de l’AFFI (Association Française de Finance) depuis 2004

Christian Jimenez est agrégé d’Economie et de Gestion – Ecole Normale Supérieure (1979)

Sia Conseil

Articles dans : Risques / Finance, Interviews

Poster un commentaire


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Amnesty international

    Puisque la Chine sera l'hôte des prochains Jeux Olympiques en 2008, «Amnesty international» est profite pour faire passer son message vis... Lire la suite

    Par  Genevieve Piquette
    HUMANITAIRE, INSOLITE, MARKETING & PUBLICITÉ, PHOTOS, SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Christian Bobst, Leica

    Campagne d’affichages pour Leica. Young & Rubicam, photographie de Christian Bobst. Lire la suite

    Par  Alex Alex
    GRAPHISME, PHOTOS, TALENTS
  • Decouvertes hors normes : interview de christian le noel - association...

    Decouvertes hors normes interview christian noel association francaise recherches cryptozoologiques

    Couverture du dernier numéro de Hominologie CryptozoologieChristian le Noël avec une reproduction de BigfootCouverture de la Biographie de Bernard Heuvelmans... Lire la suite

    Par  Jean-Christophe Grelet
    INSOLITE
  • Amnesty international

    Puisque la Chine sera l'hôte des prochains Jeux Olympiques en 2008, «Amnesty international» est profite pour faire passer son message vis à vis des conditions... Lire la suite

    Par  Genevieve Piquette
    FOCUS EMPLOI, INSOLITE, MARKETING & PUBLICITÉ, PHOTOS
  • CHRISTIAN BALE dans TERMINATOR !?!

    Il y a quelques jours, je vous parlais du quatrième "Terminator", baptisé "Terminator Salvation : The Future Begins" ... Lire la suite

    Par  Tom
    AVENTURE/ACTION, CINÉMA, CULTURE, MUSIQUE
  • Managers, êtes-vous bon leaders ?

    Trouvé via les Echos, 8 règles qui devraient permettre un meilleur leadership ! Ces règles sont issues du travail du professeur George Kohlrieser de l’IMD à... Lire la suite

    Par  Roman Dudard
    ENTREPRENDRE, FOCUS EMPLOI
  • Christian Salmon "Storytelling"

    Certaines personnes un peu naïves pensaient que Roland Barthes, Tzvetan Todorov, leurs considérations sur le récit, la narratologie, ne dépassaient pas le... Lire la suite

    Par  Jb
    CONSO, CULTURE

A propos de l’auteur


Sia Conseil 159 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines