Magazine Cinéma

Cannes 2012, Jour 7 : Des punks, du whisky, une crise…

Par Boustoune

Après la série d’exercices de styles présentés hier en compétition officielle, place à des oeuvres formellement plus classiques. Ce qui ne veut pas dire inintéressantes, bien au contraire…

kinopoisk.ru

Attendu au tournant après  L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford et Chopper, le peu prolifique Andrew Dominik a choisi d’adapter un roman de George V. Higgins publié en 1974, “Cogan’s trade” (1), un polar très bavard dans lequel Cogan, un homme de main de la mafia, enquête sur un braquage dans un tripot clandestin et traque ceux qui ont défié la pègre.
La grande force de Cogan : la mort en douce, ce n’est ni son intrigue – extrêmement simple – ni ses longues scènes de dialogues tragi-comiques, dignes héritières des longs discours de Pulp fiction, mais l’ancrage du récit dans le contexte de la fin des années George W. Bush, au moment de la crise économique de 2008.
Au début du film, un discours du candidat démocrate à la Présidence Barack Obama vante le courage du peuple américain, uni pour faire face aux difficultés économiques, pendant qu’un des personnages du récit, Frankie (Scoot McNairy) déambule dans des rues jonchées d’immondices, entre bars miteux et immeubles délabrés.
Le garçon se rend à une “réunion d’affaires”. En fait la préparation d’un casse pour le compte de Squirell, un petit caïd local. Frankie doit braquer le tripot clandestin de Markie Trattman (Ray Liotta) un mafioso n’ayant pas grand chose à voir avec Marlon Brando. Le coup est censé être facile et ses auteurs ne doivent pas pouvoir être identifiés ensuite. Mais Frankie insiste pour s’adjoindre les services de son vieux copain Russell. Mauvaise idée… Le grand couillon est soit limité intellectuellement, soit sous l’emprise de la drogue. Toujours est-il qu’il plane complètement et qu’il est tout juste bon à monter des petites combines minables – et foireuses – comme le vol de chiens de race qu’il emmène ensuite en Floride pour les vendre. Mais attention, Russell est ambitieux. Avec l’argent qu’il gagnera  sur ce coup-là, il veut acheter un gros paquet d’héroïne et devenir dealer, s’il n’a pas la tentation de tout garder pour lui…
Ah! Beauté du système capitaliste où n’importe quel sans grade peut rêver de prospérité économique…
… Et déchéance d’un modèle perverti, où les plus puissants exploitent les plus faibles, les manipulent avant de les sacrifier quand ils n’ont plus besoin d’eux, et où, finalement, ceux qui ont le pouvoir sont aussi dépassés par les événements… Les échanges entre le comptable de la mafia (Richard Jenkins) et Cogan (Brad Pitt) valent leur pesant de cacahuètes. On comprend que la mafia elle-même subit les effets dévastateurs de la crise, qu’elle doit louer les services de tueurs au rabais pour ne pas mettre en péril les finances de parrains de la pègre se comportant de façon aussi frileuse que de petits actionnaires… 

La mort en douce - 3  
  
Comme dans L’Assassinat de Jesse James… , Andrew Dominik donne un côté western crépusculaire dans ce film. Il décrit la fin d’un monde, d’un modèle économique dominant, tout en rappelant que l’Amérique s’est construite non pas sur ces valeurs de démocratie, de liberté, d’unité vantées par les hommes politiques, mais sur la violence et l’argent…
Hâtivement catalogué comme un film de genre avant le début du festival, Cogan : la mort en douce est surtout un pamphlet glaçant sur une Amérique en perdition, sur une humanité en perdition, et un bien joli film, en dépit de ses quelques longueurs et de quelques afféteries stylistiques…

Ken Loach, lui, fait aussi dans la sobriété, mais sur le ton de la comédie cette fois.
La Part des anges s’intéresse à un groupe de petits délinquants condamnés à effectuer des travaux d’intérêt généraux. L’un d’entre eux, Robbie (Paul Brannigan), l’a échappé belle. Déjà fiché pour une agression gratuite et particulièrement violente, il a récidivé en rendant plus que coup pour coup à des voyous qui l’avaient provoqué., et le juge était à deux doigts de l’expédier en prison. Mais Robbie est sur le point d’être père et entend bien renoncer à la violence et devenir un citoyen ordinaire  si les autres lui fichent la paix.  
Le problème, c’est qu’avec sa tête balafrée et sa réputation, il n’est pas aisé de trouver du boulot, surtout au fin fond de l’Ecosse… Et les voyous rivaux ne rêvent que de lui faire la peau à la première occasion. Robbie doit partir d’ici, et vite…
La chance de sa vie, c’est Harry (John Henshaw) qui va la lui donner. Lors de ses heures de travaux d’intérêt général, Robbie sympathise avec cet éducateur chargé de l’encadrer qui se montre à la fois ferme et compréhensif avec lui, trouvant les mots pour l’apaiser, le conseiller et canaliser sa violence. Un soir, après l’accouchement de la femme de Robbie, Harry apprend au jeune homme comment apprécier un bon whisky.
Pour le garçon, passé la première impression désagréable laissée par la brûlure de l’alcool fort, il découvre d’étonnantes sensations gustatives et olfactives. Il réalise peu à peu qu’il possède un don pour décrypter les arômes et les saveurs, et que ce don pourrait lui ouvrir de nouveaux horizons professionnels…
Et c’est parti pour un périple écossais – en kilt – qui pourrait bien changer le cours de sa vie et de celle de ses copains…

La Part des anges - 2

Le fond social est présent, et Loach prend comme souvent fait et cause pour les “petits” contre les puissants. Mais il ne s’agit pas vraiment d’un de ces films engagés dont il a le secret. Plutôt d’une petite parenthèse récréative, comme pouvait l’être Looking for Eric.
Il ne s’agit certainement pas du meilleur film de son auteur, mais c’est une comédie souvent irrésistible, enivrante (c’est de circonstance), à l’énergie communicative, et portée par des jeunes acteurs épatants, qui confirment le flair de Ken Loach pour dénicher de nouveaux talents.
On rit beaucoup et de bon coeur aux tribulations de cette troupe de pieds-nickelés assez irrésistibles, en avouant un petit faible pour le petit voyou incarné par Gary Maitland, probablement l’un des délinquants les plus idiots du Royaume-Uni, qui découvre les méfaits du port traditionnel du kilt pour une partie sensible de son anatomie…

Nos Enfants

A perdre la raison, le nouveau film de Jonathan Lafosse présenté à Un Certain Regard, s’est avéré bien moins drôle que le film de Ken Loach.
Et pour cause… Dès la scène d’ouverture le cinéaste belge nous cueille à froid : Murielle (Emilie Dequenne) est allongée sur un lit d’hôpital, mal en point. Elle parvient à souffler aux infirmiers qui s’occupent d’elle ces mots pétrifiants : “Enterrez-les au Maroc…”. Dans la pièce d’à-côté, André (Niels Arestrup) attend le conjoint de Murielle, Mounir (Tahar Rahim) et vient immédiatement lui annoncer une nouvelle que l’on pressent terrible. Au plan suivant : quatre petits cercueils sont chargés dans un avion en partance pour le Maroc…
Le dénouement est connu dès le départ, mais ceci n’altère en rien l’intérêt de l’intrigue, bien au contraire. On compatit d’entrée avec ces personnages dont va découvrir progressivement l’histoire, et l’on sera d’autant plus surpris par le déroulement du récit et l’évolution des relations qui les unissent…
Difficile d’en dire trop sans gâcher une partie du plaisir aux futurs spectateurs du film. Disons juste que, comme dans Elève libre, une relation complexe, tordue, viciée, se noue entre les personnages. Au début, Murielle et Mounir s’aiment mais sont sans le sou. André, père adoptif du jeune homme, accepte de leur donner un coup de pouce. Il finance leur mariage, les héberge chez lui, donne même à Mounir un travail dans son cabinet médical. Il est toujours attentionné, prévenant, gentil. Quand le couple a des enfants, il leur donne de plus en plus d’espace dans son appartement… Mais il est constamment avec le jeune couple, les empêchant de façon subtile de s’émanciper, de vivre leur vie de famille sans lui. La situation se fait de plus en plus pesante au fil des mois, plongeant la jeune femme dans un profond malaise…
A ce petit jeu de liens affectifs évoluant vers les rapports de force, on savait Tahar Rahim et Niels Arestrup très forts puisque Un Prophète reposait beaucoup sur cette opposition. Ils sont sans surprise impeccables dans leurs rôles respectifs. Tout comme Emilie Dequenne, époustouflante dans son rôle de femme et de mère perturbée, en perte de repères.
Mais le film vaut aussi par sa mise en scène, qui fait lentement monter la tension, et par les thématiques abordées, très vastes, de la quête de  l’identité aux mariages mixtes (ou blancs), de la responsabilité d’être parent à la position de la femme dans le couple…

Le grand soir - 2

Toujours dans la section Un Certain Regard, Albert Dupontel et Benoît Poelvoorde ont mis le feu à la Croisette pour Le Grand soir, la nouvelle comédie déjantée de Benoît Delépine et Gustave Kervern. Au début, ils incarnent deux frères que tout oppose : Dupontel est vendeur dans un magasin de literie, dans une zone industrielle paumée. il déteste son job mais le prend quand même au sérieux. Il se croit très nettement supérieur à son frangin, joué par Poelvoorde, qui vit une vie d’errance en centre ville. Ben est en effet un punk pur et dur, avec crête à pointes, godasses militaires, piercings et tatouages. Il ne veut d’ailleurs plus qu’on l’appelle Ben, mais “Not”, comme l’indique le tatouage sur son front.
La petite famille se réunit pour l’anniversaire de la maman, une ex-punkette elle aussi, jouée par la déjantée Brigitte Fontaine. Not regagne la zone industrielle, où est installée la baraque à frites familiale. Les deux frères, aux vues divergentes sur la société, le travail, la vie, finissent par s’engueuler. Not est contre les zones commerciales, qu’il voit comme des points de rencontre pour zombies, son frère lui affirme qu’au contraire, ce sont des endroits vivants, où les gens trouvent de quoi être heureux et subvenir à leurs besoins.
Not réfléchit… Pas besoin d’aller en centre-ville. Il suffit de zoner autour du centre commercial pour trouver ce qu’il lui faut pour vivre et nourrir son chien (Billy, Palme Dog potentielle…). Evidemment, son attitude rebelle attire vite l’attention. Son frère, dans le même temps, se retrouve viré de son poste par le directeur du magasin, après avoir pété les plombs. Il finit par rejoindre Not et le mouvement punk, en se faisant rebaptiser “Dead”.
Not et Dead réunit, ils se sentent invulnérables et décident de lancer la révolution dans la zone industrielle, en attendant un mouvement d’ampleur national, voire mondial. No future, yeah!
Comme toujours, le film de Kervern et Delépine entremêle comédie loufoque, humour noir et drame social, en assurant la défense des plus faibles contre les puissants…Et si, de ce point de vue, il n’est pas aussi fort que Louise-Michel ou Mammuth, Le Grand soir n’en demeure pas moins une comédie réussie, évoluant hors des sentiers battus et affirmant la patte de ses auteurs.

Parce que le rythme de festivalier est assez rude, et que personne ne possède le don d’ubiquité, il est impossible de tout voir. Nous avons ainsi été contraints de ne pas voir le film de Raymond Depardon et Claudine Nougaret, Journal de France, accueilli fraîchement lors de sa présentation officielle, hors compétition, A musica segunda Tom Jobim  de Nelson Pereira Dos Santos et Dora Jobim ou Trashed de Candida Brady, avec Jeremy Irons.
Nous avons aussi zappé, malgré l’insistance des attachés de presse, le long film indien à la Quinzaine des Réalisateurs, Gangs of Wasseypur, une variante bollywoodienne du Parrain qui dure la bagatelle de 5h20, sans compter l’entracte! Nous avons raté également Fogo de Yulene Olaizola et Opération Libertad de Nicolas Wadimoff.

A la Semaine de la Critique étaient projetées des oeuvres comme J’enrage de son absence, le film de Sandrine Bonnaire, Peddlers, un thriller indien, très bon paraît-il, et Aqui y Alla d’Antonio Mendez Esparza. Mais pareil, difficile de tout voir, faute de temps…

Suite des réjouissances demain avec le film de Leos Carax, qui a enthousiasmé la presse – dont Angle[s] de vue – et le très attendu Sur la route, adaptation du roman de Kerouac par Walter Salles.

A demain, donc, pour la suite de nos pérégrinations cannoises… 

(1) : “L’Art et la manière” de George V. Higgins – éd. Michel Lafon 

Cannes 2012 bandeau


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire