Magazine Environnement

Flipper n’a qu’à bien se tenir

Publié le 18 mars 2008 par Nathalie Jouat

MokoAprès avoir été l’idole des jeunes depuis 1964 sur les chaînes du monde entier, le dauphin se la coule douce dans la mer et honore parfois l’espèce humaine d’une démonstration de ses qualités.

C’est ce qu’a fait Moko, la petite dauphine de Nouvelle Zélande. Cela fait presque un an qu’elle habite la baie de Mahia et fait mumuse avec les baigneurs (on a tous rêvé de nager avec un dauphin, moi la première).

Mais voici que deux cachalots pygmées se sont perdus dans la baie et ne trouvent plus le chemin de la sortie (ça me rappelle l’histoire avec le rorqual du Sud de la France l’été dernier). Les baigneurs se mobilisent, s’agitent et ne font finalement que mettre mal à l’aise les deux cétacés qui sont complètement déboussolés et apparemment impossibles à sauver. Mais c’était sans compter sur l’intervention de Moko qui est allée leur dire bonjour et avec son langage dauphin et les a enclin à la suivre jusqu’au large.

Tout est bien qui finit bien, reste que les baigneurs sont tous vexés et perplexes. Mince alors ! Le dauphin et par-là même les animaux auraient ils aussi un langage ? Perpétuel questionnement sur la capacité de communication entre les différentes espèces d’animaux …

Thx to Le Figaro


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nathalie Jouat 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte