Magazine Sport

Roland-Garros: Monaco vers un duel au sommet contre Raonic

Publié le 01 juin 2012 par Rene Lanouille

Juan Monaco fonce vers Raonic Juan Monaco fonce vers Raonic Cette année, « Pico » a pris une nouvelle dimension et, auréolé de son étiquette d’épouvantail du tournoi, vise un exploit retentissant Porte d’Auteuil. Vainqueur à Santiago et Houston, demi-finaliste sur le ciment floridien (Masters 1000 de Miami), il atteint début avril le meilleur classement de sa carrière (13ème). Si une blessure contractée à Monte Carlo l’éloigne quelques semaines des courts, le néo-poulain de Peter Lundgren (faiseur de talent par excellence) arrive à Roland-Garros avec une ambition débordante, sûr de ses capacités à faire déjouer les meilleurs.
Son entrée en matière poussive? « Les premiers matchs lors d’un Grand Chelem sont toujours assez délicats à gérer. Mais au fur et à mesure qu’on avance dans le tournoi, la tension grimpe, la concentration se stabilise et on peut alors développer notre meilleur tennis » confiait Monaco en conférence de presse après sa victoire dans la douleur face au jeune français Guillaume Rufin, lors d’un match à rallonge long de 3h19.

Contre Rosol, talentueux tchèque au coup droit supersonique, le natif de Tandil livre une partition sans véritable fil conducteur, mais sans accrocs pour autant. Solide, il fait parler l’expérience dans les tie-breaks du premier et troisième set. Dans la seconde manche, il profite d’un trou noir de son adversaire pour lui infliger un cinglant 6-0.
Monaco devra montrer un tout autre visage pour se défaire du prochain obstacle qui se dresse sur sa route, en la personne du canadien Milos Raonic. Nouvelle hype du circuit ATP, la tête de série Nº19 de ce Roland Garros appartient à la caste ultra-select des grands serveurs. Sauf que contrairement à un Ivo Karlovic ou un Kevin Anderson au jeu de fond de court déficient, Raonic sait tout faire raquette en main et pourrait bien dès l’année prochaine jouer les trouble-fêtes et venir perturber la hiérarchie mondiale, « big four » inclu. Monaco est prévenu, le duel risque bien de basculer dans l’épique.

Leonardo Mayer (62) a lui réussi une performance de taille, en éliminant l’allemand Phillip Kohlschreiber (26) sur le score de 7-6 (7/5), 7-6 (7/4) et 7-5. « El Yacaré » s’est avant tout appuyé sur son service, claquant pas moins de 16 aces, pour parvenir à trouver la faille dans la quasi-impénétrable cuirasse germanique. Pour la troisième fois de sa carrière, il disputera un 3ème tour à Roland-Garros et tentera ainsi de briser le signe indien, puisqu’il n’a jamais vu la couleur des huitièmes en Grand Chelem. Un défi loin d’être une sinécure au vu de son prochain adversaire, l’espagnol Nicolas Almagro (13), grand spécialiste de la terre battue.

Quant au colombien Santiago Giraldo (50), il continue son petit bonhomme de chemin Porte d’Auteuil, traçant sa route silencieusement. Victorieux du jeune prodige australien Bernard Tomic (plutôt adepte du gazon londonien), « Santi » croisera le fer au 3ème tour avec l’éclopé de service, en la personne d’Andy Murray (4). Handicapé par une blessure au dos, l’écossais était tout prêt de jeter l’éponge ce jeudi. Sera-t-il totalement remis pour affronter l’espoir cafetero ? Réponse demain, en début d’après-midi, sur le Suzanne Lenglen.
Aujourd’hui, Juan-Martin Del Potro (9) tentera d’oublier sa blessure au genou gauche pour affronter le croate Marin Cilic (24), qui l’avait battu à l’Open d’Australie 2010, juste avant que débute sa fameuse descente aux enfers. De l’avis de tous, ce match là, « Delpo » n’aurait pas du le jouer…
Maurice Neyra

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire