Magazine Beaux Arts

Modigliani, Soutine et l'aventure de Montparnasse

Publié le 06 juin 2012 par Mpbernet

jonasnetter

Comme toujours, la Pinacothèque de Paris nous prouve qu’on peut à la fois présenter des œuvres jamais ou très peu vues, admirablement éclairées, agrémentées d’explications claires et jamais ennuyeuses, accessibles à tout un chacun, et être rentable au même tarif que les Musées de France. Merci encore à Marc Restellini !

zborowskiVoici, à travers cette magnifique exposition, le parcours exceptionnel d’un collectionneur resté d’une discrétion absolue, Jonas Netter, un riche mécène scrupuleux faisant tandem avec un poète polonais fort en gueule et vaguement escroc sur les bords, Léopold Zborowski, doté d’un flair exceptionnel pour lui attacher des talents immenses.

Pour Netter, la passion commence avec Maurice Utrillo, qu’il découvre dans le bureau d’un fonctionnaire de police, celui qui le mettra en contact avec Zborowski (à gauche). La période blanche du peintre cornaqué par sa mère, Suzanne Valadon, l’envoûte et il commence à acheter ses oeuvres par centaines. Puis c’est Amedeo Modigliani, fils de bonne famille venu de Livourne. Lui dont, le lendemain de sa mort, la compagne Jeanne Hébuterne  alors enceinet de 9 mois se jettera par la fenêtre ...

Soutine par modiBientôt, c’est Soutine (à droite) que Netter aperçoit. Avant même Barnes, il est fasciné par l'artiste. Lui, le juif alsacien bourgeois et discret, se prend d’une passion sans borne pour tous ces artistes qui constituent l'Ecole de Paris. Zborowski, grâce aux moyens financiers de Netter, se retrouve à la tête d’un véritable nouveau marché et d’une pléiade de jeunes artistes, propulsés par cette nouvelle génération de marchands et de collectionneurs.

A travers cette rencontre du mécène et du marchand, l’exposition nous montre comment les peintres de Montparnasse peignaient sous contrat, recevant un salaire en contrepartie de 10 à 12 toiles tous les mois, étaient envoyés en province, souvent contre leur gré, trouver la lumière et "produire" dans des villages perdus comme Antibes ou Céret.

escalierrougecagnespullrougekislingjeunefillebleu

C'est aussi l’opportunité de percevoir  l’évolution d’une des collections majeures du début du XXème siècle, regroupant des artistes tels que Maurice Utrillo, Suzanne Valadon, André Derain, Amedeo Modigliani, Chaïm Soutine, Krémègne, Kisling et s’épanouissant dans le cadre du Montparnasse parisien aux alentours de 1915.

Exposition à la Pinacothèque de Paris, 8 rue Vignon 75008 Paris, jusqu'au 9 septembre, tous les jours, 10€.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Mpbernet 30 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte