Magazine France

Hollande: pourquoi les éditocrates parlent de la "rigueur juste" sans savoir ?

Publié le 27 juin 2012 par Juan
Le récent spectacle médiatique est assez incroyable. Depuis quelques jours, journalistes et commentateurs s'agitent sur les futurs efforts de rigueur que la France allait devoir subir pour redresser, comme promis, ses comptes publics. Faux scoops, ré-écriture de la campagne, cris d'orfraie ou incompréhension, ça parle et ça s'agite, sans savoir ni prévoir.
Gesticulations médiatiques
Certains journaux conservateurs (Les Echos, Le Figaro, l'Express, Le Point) s'étaient livrés à une course aux scoops, faux ou prématurés. De la nouvelle taxe sur les  dividendes des Echos aux « coupes drastiques » dans la fonction publique du Figaro, de cette rigueur «que le gouvernement Ayrault nous prépare » (l'Express) aux « coupes budgétaires dès cette année » (le Figaro, encore), il fallut s'habituer à ces fuites qu'on n'osait imaginer orchestrées. 
Il y avait aussi ces duels et faux débats, sans objet puisque leur objet même (le collectif budgétaire de juillet puis la loi de finances de l'automne) n'était pas connu. Sur toutes les ondes, des journalistes nous assénaient donc qu'il faudrait augmenter les impôts (quelle nouvelle !) mais aussi réduire les dépenses (quelle nouvelle !).
Quelques éditocrates voulaient aussi faire croire que le président Hollande ne respectait pas les engagements du candidat Hollande. A cet exercice, l'un des plus fameux d'entre eux était certainement le soutier de RTL et du Grand Journal de CANAL+, Jean-Michel Aphatie. Depuis des jours, l'éditorialiste politique professionnel raille avec gourmandise tantôt un prétendu revirement de François Hollande, tantôt son irresponsabilité budgétaire. Dans un mémorable billet publié vendredi dernier sous le titre « Le changement du changement, c’est maintenant », Aphatie fit toutefois un aveu incroyable: il reconnaissait à Hollande d'avoir « tout dit lors de ces multiples discours», sur l'augmentation du SMIC, l'embauche de nouveaux fonctionnaires, ou la retraite à 60 ans. Cet aveu de sa part, discrètement, sur son blog, était un évènement à part entière. Il compléta, cependant, que c'était la faute de ... l’opinion publique « qui n’entend que ce qu’elle veut bien entendre ».
A droite, on enrageait. On croyait pouvoir caricaturer François Hollande comme un grand dépensier, le voici qu'il confirmait sa prudence de campagne. Aujourd'hui, il appliquait son programme, dans un contexte plus grave encore.
A gauche, certaines critiques étaient prévisibles et légitimes. La hausse du SMIC était largement insuffisante pour les attentes des sympathisants et électeurs de la Gauche de la gauche. Il n'y avait que quelques Sarko-fanatiques pour croire que Hollande était sur la ligne du Front de Gauche... Et pourtant, d'après le Nouvel Obs, si les salariés étaient « mitigés », les patrons étaient, eux, carrément « horrifiés ».

Ce que l'on sait
A ce stade, que savait-on vraiment ?
1. Le contexte économique s'est aggravé tout au long du dernier semestre: la prévision de croissance économique n'est plus celle retenue par l'ancien gouvernement Sarkozy: elle serait limitée à 0,4% en 2012. Le chômage, en mai dernier, a encore progressé: +33.000 sans-emplois, le maquillage des statistiques par l'ancienne équipe ne produisait plus ses effets. La flambée du chômage devrait durer jusqu'en décembre au moins, a prévenu l'INSEE. Faute de croissance, le pouvoir d'achat des Français devrait reculer cette année. 
2. Il manque aussi entre 7 et 10 milliards d'euros à l'Etat pour clore son exercice en cours dans les clous de la précédente loi de finances. Une part de ce trou est dû à une sous-estimation des dépenses par l'ancienne équipe.
2. Le SMIC sera augmenté de 2% au 1er juillet, dont 1,4% pour compenser l'inflation des mois précédent. Cela représente 21,50 euros supplémentaires par mois. C'est peu mais c'était prévisible. François Hollande n'avait pas promis d'aligner le SMIC sur 1.700 euros, une proposition de Jean-Luc Mélenchon. Rappelons que Nicolas Sarkozy s'était refusé à tout coup de pouce de juillet 2007 au 1er janvier 2012. Le ministre du Travail s'est défendu en expliquant qu'il fallait « remonter à 1997 pour trouver un coup de pouce supérieur ».
3. Le bouclier fiscal a encore coûté 735 millions d'euros en 2011. Valérie Pécresse, l'ancienne ministre du Budget de Nicolas Sarkozy savait depuis avril qu'il avait coûté 100 millions d'euros de plus qu'en 2010. Mais elle s'était bien gardé de publier le dit rapport. Ces 735 millions représentent 10% des sommes manquantes au budget de l'Etat cette année. Ce n'est pas tout, mais ce n'est pas rien. Et c'est un vrai gâchis.
4. Le gouvernement va annuler la hausse de 11 milliards d'euros de TVA prévue par l'équipe Sarkozy pour octobre prochain.L'impact pour les comptes publics est neutre, puisque cette hausse de la TVA - qui frappait les consommateurs, y compris et surtout les classes moyennes et les retraités - était compensée par une réduction de charges sociales.
5. Le gouvernement va geler un milliard d'euros de dépenses 2012: «1 milliard de dépenses qui devaient être engagées d'ici à la fin de l'année seront gelées» a prévenu Jérôme Cahuzac, l'actuel ministre du Budget. « Chaque ministère y contribuera. »
6. Les effectifs de la fonction publique resteront stables. Le candidat Hollande s'y était engagé, le gouvernement Ayrault l'a rappelé: « Il n'y aura pas un fonctionnaire de plus, il n'y en aura pas un de moins ».
7. Plus globalement, le gouvernement a annoncé lundi qu'il gèlerait en valeur les dépenses de l'Etat pour les années 2013 à 2015. Pour 2012, ce gel s'entendra hors pensions de retraite et intérêts de la dette.
8. Sans le vouloir ou le prévoir, le gouvernement peut aussi compter sur une autre recette inattendue: la réforme Hollande des retraites va rapporter davantage qu'elle ne coûte ! Au final, environ 500 millions d'euros supplémentaires seraient dégagés...  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire