Magazine Beaux Arts

Caravage, caravagisme et caravagiomania

Publié le 28 juin 2012 par Alexia Guggémos @deliredelart

Vous aimez le Caravage, ce peintre voyou, condamné à mort, génie du clair-obscur ? Une rétrospective intitulée "Corps et ombres" lui est consacré, 130 oeuvres du peintre et de ses contemporains : au musée Fabre de Montpellier, ses disciples du sud de l'Europe et, au musée des Augustins de Toulouse, ses émules du nord. Jusqu'au 14 octobre

2012-06-23-caravaggio.jpg

Ponctuée de sang, de cris et de cavales, la vie du Caravage (1571-1610) commence à Milan, en 1571 dans une famille de marquis, protecteurs des artistes. D'un caractère très emporté, il aurait fait de la prison dès son plus jeune âge, mais les faits ne sont pas attestés. Arrivant à Rome à 21 ans dans le plus grand dénuement, il enchaîne les petits travaux alimentaires de peintre portraitiste avant d'entrer au service du cardinal del Monte, l'un des plus grands collectionneurs de la ville, proche de la famille des Médicis. C'est là qu'il perfectionne sa technique du clair-obscur qui le rend rapidement célèbre, même si un parfum de scandale accompagne chacune de ses toiles. On murmure même qu'il a pris un cadavre pour modèle de la Vierge dans l'un de ses tableaux

Alcoolique et bagarreur, Caravage fréquente les bas-fonds et effectue plusieurs séjours en prison pour diverses rixes. Mais en 1606, à l'âge de 35 ans, il tue un homme lors d'un duel. Contraint de fuir, il est condamné à mort par contumace. Réfugié à Malte, il obtient la protection des chevaliers de l'Ordre et en devient exceptionnellement membre en raison de ses qualités artistiques alors que ce statut est réservé aux nobles. Mais, 2 ans plus tard, il fuit à nouveau, accusé d'avoir séduit le fils d'un haut dignitaire. Il est déchu de l'Ordre comme élément "pourri et fétide". Sa vie est ensuite un road-movie à travers l'Italie, où il ne cesse jamais de peindre pour autant. Il meurt de maladie à l'âge de 39 ans alors qu'il s'est embarqué pour Rome où il espère obtenir le pardon du Pape.

2012-06-23-livrecaravage.jpg
4 publications sur le Caravage parues en juin 2012
- "Après Caravage : une peinture caravagesque ?", d'Olivier Bonfait, professeur en histoire de l'art moderne à l'université de Bourgogne, chez Hazan
- "Caravage : l'art pour rédemption", de Neville Rowley, historien de l'art, éditions A propos.
- "Le Caravage, peintre et assassin", de José Frèches, éditions Gallimard
Enfin, la revue Dada a consacré son numéro de juin au peintre italien.

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Alexia Guggémos 4414 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog