Magazine Culture

Ceci n'est pas un tweet...

Par Paul-Henri Sauvage

Ceci n'est pas un tweet...Ceci n’est pas un tweet. Juste un reflet. Un éclair. Une brisure d’arc-en d’arc-en-ciel. L’un ne pas sans l’autre, d’ailleurs, et le récit qui se construit, à lentement dérouler la succession de ces caprices, me semble raconter une toute autre histoire que celle que portent, maladroitement, les personnages de la Vie Rêvée. Une histoire de langue. Une histoire de mots. Une histoire de verbe, pour le formuler autrement. C’est dire qu’il faut lire ici, et pas plus tard qu'aujourd'hui, le nouveau chapitre, publié par Paul-Henri Sauvage, de ce TwitteRoman dont je vous livre, maintenant, un extrait, juste comme ça, pour célébrer la venue de l’été :
Il m'écoutait sans broncher. Me laissait dire. S'amusait. Ajustait son tir en s'excitant comme un malade sur l'élastique de sa fronde. Ou m'éclaboussait les mollets en pataugeant dans une flaque. Ou dégageait d'une fanfaronnade tout un peuple de campanules, de primevères qui sur un talus lui faisaient l'affront de danser dans le vent. Ou piétinait une armée de fourmis qui semblait soudain bien décidée à l'assiéger. Ou parvenait à briser l'élan d'un escadron de sauterelles. A l'occasion se faisait vétérinaire, tortionnaire, maréchal d'empire, découvreur de cités mayas, capitaine de frégate, astronaute ou pirate. Voleur de grand chemin, pilleur d'épave, garde champêtre ou mécanicien, magicien ou bonimenteur, pilote de course au volant de son bolide... Aviateur sans escale à l'assaut de la cordillère des Andes, guerrier Apache sans peur et sans reproche, Cochise, Géronimo, mercenaire cruel. Chevalier de la Table Ronde, Godefroy de Bouillon ou Lancelot du Lac, l'épée pour te déchirer les entrailles, pas de pitié pour un mécréant. A l'occasion... 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire