Magazine Bd

7 Détectives

Par Un_amour_de_bd

Londres, 1920. Les 7 plus grands détectives du monde s’unissent pour lutter contre un meurtrier machiavélique et obsédé par le chiffre 7…

Scénario de Herik Hanna, dessin de Eric Canete, couleurs : Lou

Public conseillé : Adolescent, adulte

Style : Enquête policière Paru chez Delcourt, le 23/05/2012

La collection “7″

Voici 7, une série menée de main de maître par David Chauvel, articulée sur un principe simple : chaque tome doit intégrer 7 personnages. Pour y arriver, chaque duo d’auteur dispose de 64 pages pour boucler son histoire. Et c’est peu 64 pages pour développer autant de “possibles”.
Le résultat est sans cohérence de style ou de scénario, mais Il y en a pour tout les gouts : polars, heroic fantasy, sf, pirates, médiéval… Chacun y trouvera son style préféré.
7 psychopathes, 7 missionnaires, 7 voleurs, et 7 détectives sont, à mon avis, les plus réussis de ces 13 tomes (14 à la fin de la saison 2).

L’histoire

Londres, 1920. Suite à 3 meurtres atroces irrésolus, le capitaine Macgill de Scotland Yard invite à participer à l’enquête les 7 plus grands détectives du monde : La délicieuse Adélaide Crumble; l’inspecteur Abstraight (retiré après avoir échoué 5 ans durant dans la traque d’un serial killer); l’inspecteur français Bec; le jeune détective privé américain Monroe; Le docteur Eaton, fidèle compagnon du grand détective Else et le détective suisse Patisson. En somme, la fine fleur mondiale du meurtre est présent. Si ces inspecteurs officiels ou amateurs sont appelés à l’aide, ce n’est pas par désespoirs. Leurs noms sont apparus sur la liste laissée par le meurtrier auprès de ses victimes. Dès les présentations faites, les groupes se forment et l’enquête commence. Enfin, elle avance à leurs dépends, car les meurtres s’enchainent. Heureusement, les détectives comprennent assez vite le jeu de l’assassin. Obsédé par le 7, il prémédite ses meurtres en se servant continuellement de ce chiffre. Mais même avec ce code, les détectives sont toujours précédés dans leurs mouvements par leur ennemi, et le danger se rapproche de plus en plus….

Les personnages

La plus grande difficulté de cette collection est de faire “vivre autant de personnages en si peu de pages. C’est une vraie gageure. Sans tomber dans la facilité en éliminant rapidement quelques protagonistes, Herik Hanna développe intelligemment son histoire en impliquant systématiquement plusieurs personnages. Ainsi, il avance dans son récit, tout en nous racontant les histoires parallèles personnelles.
Et cela commence par une introduction assez édifiante. Interrogé par le maitre des lieux (Patisson) chaque inspecteur se présente à nous, en une pleine page. Ce qui pose rapidement le caractère de chaque individu, car ces détectives nous en rappellent d’autres. Ainsi, chaque enquêteur est “typé” sur un grand nom du roman policier. Hercule Poireau, Le Docteur Watson, Sherlock Holmes, Miss Marple, Marlow ne sont pas loin… Grace à cet artifice, nous connaissons “intuitivement” les 7 personnages. Plus besoin de longue mise en place pour présenter leurs caractères.
Pour autant, Herik Hanna ne développe pas tout les personnages de la même façon. Les plus sombres, et plus complexes auront droit à plus de couverture. Quoiqu’il en soit, chaque archétype trouve sa place bien à lui dans le puzzle général.


7 DETECTIVES - C1C4.indd7 DETECTIVES_R_cs4.indd7 DETECTIVES_R_cs4.indd7 DETECTIVES_R_cs4.indd7 DETECTIVES_R_cs4.indd NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Le scénario

Une fois les personnages et l’intrigue posés, Herik Hanna s’en donne à coeur joie. Reprenant les codes du polar à enquête, version “remue-méninges”, il ne nous épargne rien. Entre le serial killer obsédé de numérologie, les courses poursuites dans le brouillard, les sordides meurtres, ou chaque détail compte et l’enquête subtile ou se mêle observation et déduction, il nous régale de toute cette littérature populaire et romanesque.
Le mécanisme général est assez bien trouvé. Loin d’être éventé dans les premières pages, Herik fait durer le suspense jusqu’à la dernière page. Si vous espérez découvrir l’identité de l’assassin, il vous faudra beaucoup de sagacité et d’observation. Dans 7 détectives, on se “pourlèche les babines” au petit jeu implicite du lecteur-enquêteur.

Bd ou Roman ?

Puisque l’inspiration de départ est littéraire, Herik Hanna et Eric Canete ont multiplié les références de ce type. Mais Là ou le roman prend son temps pour décrire les pensées et les mouvements des personnages, la bd, elle a peu de place pour s’exprimer.
A coup de lettres et de billets manuscrits, les auteurs renforcent régulièrement le coté littéraire, tout en faisant avancer par bond, leur histoire.
A défaut de longue description, Eric Canete croque avec nervosité et précision les décors. Son dessin, même s”il parait “lâché” et “facile”, n’est jamais du au hasard ou à l’approximation. C’est dynamique, vivant et nerveux.
Les personnages aussi sont réussis. Particulièrement expressifs, ils “portent” leurs caractères sur leur visages et leurs corps.
Enfin, le découpage est agréable. En général assez fluide, excepté dans les scènes d’action, Eric Canete nous livre une bd lisible et agréable à lire.

Pour résumer

Venez enquêter avec la fine fleur du meurtre mondial. Auprès de ces cerveaux bouillonnants, vous apprendrez peut-être quelques trucs de détectives, à moins de faire parti du plan de l’assassin…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire