Magazine Cinéma

HOLY MOTORS de Leos Carax

Par Celine_diane

[Critique] HOLY MOTORS de Leos Carax
Autre film cannois à se dérouler dans une limousine, après le Cosmopolis de Cronenberg, Holy Motors de Leos Carax partage avec le cinéaste canadien, un même goût pour l’analyse de l’âme humaine, ses folies, ses étrangetés, à l’heure où le système corrompt l’homme jusqu’à la moelle (capitalisme chez le canadien, toute-puissance médiatique chez Carax). Au premier abord, Holy Motors est un film sans queue ni tête, porté par des élans surréalistes qui frisent le ridicule. Pourtant, à mesure que se déroule une intrigue in fine très simple (Monsieur Oscar endosse des costumes, change de rôle, joue divers personnages dans le monde réel), le brouillard initial s’estompe pour laisser vivre les thématiques du réalisateur: dénonciation de la sexualisation adolescente, réflexion sur l’obscénité de la beauté, sur les paradigmes sociaux comme autant de cages qui animalisent l’homme (qui devient tour à tour fou, singe ou mendiant). 
Carax signe ici un film d’une liberté- de forme et de ton- revendiquée. Finalement, tout devient prétexte à nourrir sa rébellion filmique : une érection devant une Eva Mendes portant la burqa, une entracte musicale improvisée (avec Bertrand Cantat en arrière plan), des objets qui parlent, des visages que l’on masquent, maquillent, manipulent. Tout dans Holy Motors devient déguisement, artifice, la vie comme une scène, le quotidien comme une comédie, l’art comme (ré)création. Denis Lavant (l’acteur) et Edith Scob (la chauffeur) s’en donnent à cœur joie dans le registre de l’absurde. Carax, lui, s’il nous perd en cours de route, a au moins le mérite d’affirmer sa singularité, dans une atmosphère d’anarchie visuelle finalement assez provocante. 
[Critique] HOLY MOTORS de Leos Carax


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire