Magazine Cinéma

J’ai testé l’exposition Tim Burton

Par Nada

Tim Burton et moi, c’est une grande histoire d’amour : mêlant adroitement le macabre avec la poésie, je suis sa carrière depuis l’âge de 7 ans après être tombée amoureuse d‘Edward aux mains d’argent (1990). Après de longs mois d’attente, me voici enfin en vacances, à Paris, pour découvrir cette expo dont tout le monde parle ! Certaines photos sont de moi, d’autres piquées sur internet (il faut dire qu’officiellement, l’appareil était interdit).

Exposition Tim Burton Cinémathèque de Paris Bercy

Avant toute chose je vous conseille d’acheter vos places à l’avance (à la Fnac ou sur internet) pour deux raisons évidentes :

  • éviter une queue pouvant durer jusqu’à 3h le week-end
  • passer devant tout le monde grâce à leur fonction coupe file
Les billets sont datés et soumis à un créneau horaire précis, mais une fois à l’intérieur, vous pourrez rester le temps que vous voudrez. Sachant tout cela, nous voici donc dans l’ascenseur direction le cinquième étage.Dès le début nous sommes plongés dans l’univers à la fois sombre et fascinant de Tim Burton ; le couloir d’entrée a été repeint en rayures verticales noires et blanches, qui ne sont pas sans rappeler le costume de Jack Skellington et dans la première pièce sont exposées de belles photographies de ses oeuvres, faites par Tim himself :Photographie exposition Tim BurtonVient ensuite une pièce éclairée à la lumière noire (celle-là même qui fait ressortir le blanc de vos vêtements en boîte de nuit). Cette ambiance révèle les couleurs chatoyantes de quelques tableaux et objets, comme ce magnifique carrousel fluorescent commandé pour la toute première expo au MoMA de New-York. La tapisserie a également été créée pour l’occasion :carrousel fluorescent expo tim burton pièce lumière noire expo tim burton

Vient ensuite la pièce retraçant les débuts de sa carrière. Le réalisateur n’est alors pas connu et s’intéresse de près au dessin ; il le dit lui-même, avoir accepté de ne pas savoir dessiner l’a libéré : ” I don’t care if I can draw or not, I like doing it. And I swear to God from 1 second to the next I had a freedom which I hadn’t had before. ”  
Dans cette pièces sont exposés tout un tas de croquis et gribouillis qui montrent l’évolution de son style ainsi que quelques maquettes (pas assez, sûrement pour des raisons d’assurance). Les aventures de son personnage Stainboy sont également diffusées sur un écran, malheureusement la foule m’a dissuadé d’en regarder plus de deux minutes. Note personnelle aux organisateurs : lorsque vous projetez des vidéos, prévoyez des bancs et un espace dédié, merci !

croquis tim burton expo stainboy

Photo d’illustration – il y avait bien plus de monde en réalité !

La pièce suivante est consacrée à la jeunesse de Tim Burton et à ses débuts chez Disney (à l’entrée de chaque nouvel espace, une biographie est inscrite sur le mur). Oui parce qu’il a beau raconter à tout va qu’il ne savait pas dessiner, il a tout de même intégré la prestigieuse California Institute Of The Arts fondée par Disney pour ensuite entrer dans les studios de Mickey. On a du talent ou on ne l’a pas !
C’est avec plaisir que nous apprenons que le réalisateur a collaboré sur de nombreux projets, même si certains comme Hansel et Gretel ont été mis de côté voire carrément abandonnés car jugés bien trop glauques pour des enfants (ses monstres de Taram et le chaudron magique n’ont pas été retenus). Fan inconditionnel de Vincent Price, Burton en a fait un court métrage désormais culte :

Vincent Price expo tim burton

Vincent marque un tournant dans la vie du réalisateur puisqu’il lui permet d’être remarqué par des producteurs qui l’aident à sortir son premier long métrage en 1985, Pee Wee, suivi du non moins déjanté Beetlejuice. En 1989, Tim Burton réalise le tout premier volet de Batman :

masque Batman expo  tim burton

Finement poétiques, avouons que Batman et Batman le défi sont les meilleurs de toute la série ! Comment ça je ne suis pas objective ? Passons… à Edward aux mains d’argent véritable révélation cinématographique pour moi. C’est avec une grande émotion que j’ai découvert le costume et le gant-ciseaux de Johnny Depp (rappelons pour les incultes qu’il s’agit ici de la première collaboration entre les deux hommes et le début d’une grande amitié) :

Gant edward aux mains d'argent expo tim burton

cerf arbre taillé edward aux mains d'argent expo tim burton

L’autre grand chef-d’oeuvre de Tim Burton c’est bien sûr L’étrange noël de monsieur Jack, véritable référence du stop motion, bien qu’il n’ait pas été réalisé par Burton mais “seulement” scénarisé. Alors là n’y allons pas par quatre chemins, je m’attendais à mieux ! Quatre malheureux croquis, une série de têtes miniatures de Jack Skellington et puis ? Et puis c’est tout. J’espérais un peu plus pour une oeuvre aussi culte.

L'étrange noël de monsieur Jack Skellington expo tim burton

Pourtant les Noces funèbres ont eu leurs statues :

noce funèbres L'étrange noël de monsieur Jack Skellington expo tim burton

Ce n’est pas pire qu’Alice au pays des merveilles, le plus gros succès commercial de Burton, qui n’a eu droit qu’à deux malheureux dessins format A2 ! En revanche, bien pour les figurines de Mars Attack :

 expo tim burton mars attack

L’expo se termine par la flamboyante robe rouge que porte Eva Green dans Dark Shadows. Passage obligé vers la boutique, quoique, non en fait. Là encore je suis déçue, moi qui comptais me ruiner en produits dérivés, il n’y avait rien d’intéressant. Dommage !

Verdict : en toute honnêteté vu la publicité dont a bénéficié cette expo, je m’attendais à mieux, à plus fou. Cependant, elle était tout de même très intéressante, je peux donc la rayer de ma to do list.
A présent je me languis le 31 octobre et la sortie de Frankenweenie ! Pour la petite anecdote, sachez qu’Halloween est le jour préféré du réalisateur, mais est-ce vraiment étonnant ?

Alex expo tim burton paris cinémathèque

Au revoir !

Voici une petite vidéo filmée furtivement à l’abris des regards des vigiles.

Pour une meilleure qualité d’image, visionnez plutôt ce mini reportage :

Exposition Tim Burton 
Cinémathèque de Paris
51 rue de Bercy – 75012 PARIS
Métros 6 et 14 sortie Bercy
Billet coupe file adulte : 12€
Visite guidée possible.
Plus d’infos ici ou sur Fnac.com.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire