Magazine Cinéma

Les films Kickstarter s’imposent à Sundance

Par Monartiste

Bonjour,

Je me balade souvent sur le site thecreatorsprojets, j’y découvre toujours des petites pépites numériques, comme je les aime. Hier, après en avoir pris plein la vue avec les vidéos disponibles sur le site (si je puis dire), j’ai découvert et très vite apprécié l’un des tout meilleurs articles sur le lien qui se crée de plus en plus en fort entre Kickstarter et le cinéma indépendant.

Il y a seulement deux ans, le crowdfunding pouvait à peine apparaître comme une alternative crédible de financement de la création, aujourd’hui la plateforme Kickstarter ou même dans une moindre mesure IndieGogo sont en passe de devenir, des outils essentiels, presque des passages obligés.

Bonne lecture

Article de Julia Kaganskiy publié le 1 février

Les films Kickstarter s’imposent à Sundance

Un nouveau tremplin pour les artistes de demain

Ces derniers temps, on a lu beaucoup d’éloges sur le potentiel du site de sponsoring collaboratif Kickstarter, qui s’impose de plus en plus comme un nouveau modèle de financement DIY, particulièrement dans le domaine du design. Mais, pendant l’édition du festival de Sundance, qui s’est déroulé la semaine dernière à Park City dans l’Utah, c’est la division Film et Vidéo de la plateforme – qui représente 45 des 125 millions de promesses de dons accumulés par Kickstarter ces deux dernières années – qui a attiré l’attention. Parmi les 200 films du festival, 17 ont été financés via Kickstarter et 3 d’entre eux ont déjà été sélectionnés pour une distribution commerciale.

Sundance sélectionne ses films parmi plus de 9000 propositions annuelles. Aussi, quand près de 10% de leur sélection est constituée de films autofinancés grâce aux contributions communautaires, il n’y a pas de raison d’hésiter. « Je pense que cela en dit long sur la qualité du travail qu’on peut trouver sur Kickstarter » déclare Yancey Strickler fondateur du site. « Ces projets ne sont pas intéressants parce qu’ils représentent une curiosité issue du net, ils sont intéressants parce que c’est de l’art. C’est du bon travail. Acquérir cette reconnaissance de Sundance, un festival important, démontre que nous sommes capables d’attirer des gens extrêmement intéressants et laisse augurer de bonnes choses pour Kickstarter. »

Un autre indicateur présageant d’un futur solide pour Kickstarter réside dans l’intérêt grandissant des distributeurs de films et de programmes télévisés qui prennent note des talents issus de la plate-forme de financement collaboratif. Deux des films présentés à Sundance ont été choisis par HBO : Me At The Zoo, un documentaire sur Chris Crocker et le phénomène de la célébrité sur internet, et Indie Game: The Movie, un autre documentaire s’intéressant aux développeurs de jeux indépendants, pour lequel un projet de série est envisagé. Parallèlement, le film Kickstarter à la fibre Hollywoodienne la plus prononcé, Black Rock, avec Kate Bosworth et Lake Bell, a été acheté plus d’un million de dollars.

« A ce niveau il faut commencer à prendre le sujet au sérieux » déclare Strickler. « Nous sommes à un point dans le temps ou le centre de la culture dérive de la télévision, la radio et les films vers l’Internet. Tous ces autres médiums étaient contrôlés par des gens qui n’avaient que l’argent comme valeur, géraient la machine publicitaire, et internet est un écosystème en lui-même, autonome. C’est donc dorénavant une notion intéressante que tout le monde comprend et reconnait comme un fait, mais la question réside dans la manière dont toutes ces choses interagissent et s’accordent ensemble et comment le monétiser. Quelle est par exemple la valeur d’un « like » sur Facebook ? Pour cet univers, nous sommes une des rares « success stories » qui font de l’internet quelque chose de tangible qui donne la possibilité de faire des choses. Nous ne sommes pas juste des fournisseurs de « cool points ».

Le dernier point et peut-être le plus important : Kickstarter est une des rares compagnies à transformer le succès en ligne en quelque chose de tangible pour les artistes en herbe. Alors que les films autofinancés se révèlent de plus en plus réussis et de plus en plus crédibles, il est plus que probable que le pourcentage de projets financés par Kickstater apparaissant dans les festivals du monde entier continuera à augmenter. L’an dernier, il n’y avait que 5 films Kickstarter projetés à Sundance, cette année ils sont 17. Si cette tendance continue, il se pourrait que l’on renomme le Sundance Festival le Kickstarter Film Festival d’ici quelques années.

Julia Kaganskiy


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Monartiste 9 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte