Magazine Culture

La rentrée chez Gallimard, Tahar Ben Jelloun et les autres

Par Pmalgachie
La rentrée chez Gallimard, Tahar Ben Jelloun et les autresSouvenez-vous de l'an dernier, quand Gallimard fêtait son centenaire et cumulait les récompenses, en commençant par le Goncourt. La rentrée 2012 sera-t-elle aussi faste? Je n'ai pas eu de chance. J'ai commencé par lire le roman de Tahar Ben Jelloun, Le bonheur conjugal, et c'est une énorme déception. Bien sûr, personne ne compte sur un académicien Goncourt pour recevoir un prix de plus, surtout quand son palmarès est aussi riche que le sien. Quand même, ce n'est pas une raison pour donner un livre bâclé - ou qui donne l'impression de l'être -, dans lequel les deux partenaires d'un couple mal assorti passent leur temps à exprimer leurs différends. Plus court, Le bonheur conjugal aurait peut-être été digeste. Au lieu de quoi, ses 360 pages me sont restées sur l'estomac.Il faudra espérer que le bonheur viendra d'autres titres. Un premier roman, comme l'an dernier? Aurélien Bellanger semble prêt à prendre la relève d'Alexis Jenni. La théorie de l'information (un titre aussi peu romanesque, à première vue, que L'art français de la guerre) débarquera en librairie, le 22 août, précédé d'une rumeur favorable entretenue notamment par Les Inrockuptibles. J'attends de voir, avec espoir.Ou alors, ce pourrait être l'année de Philippe Djian, dont il me semble qu'il n'avait plus publié depuis longtemps à cette période de l'année, et qui arrive, une semaine plus tard, pour le titre le plus bref de la saison: "Oh...", dans lequel il y a plus de signes de ponctuation que de lettres. En voici le premier paragraphe, on verra plus tard si la suite nous comble:
Je me suis sans doute éraflé la joue. Elle me brûle. Ma mâchoire me fait mal. J'ai renversé un vase en tombant, je me souviens l'avoir entendu exploser sur le sol et je me demande si je ne me suis pas blessée avec un morceau de verre, je ne sais pas. Le soleil brille encore dehors. Il fait bon. Je reprends doucement mon souffle. Je sens que je vais avoir une terrible migraine, dans quelques minutes.
On parle aussi beaucoup de Florian Zeller (La jouissance), mais c'est peut-être surtout parce qu'il vient de changer d'éditeur - avec la coïncidence supplémentaire du rachat de Flammarion, où il avait publié ses précédents romans, par Gallimard.En fait, c'est sur l'office du 6 septembre que je place mes plus grandes espérances. Il y aura là les nouveaux romans de Fabienne Jacob (L'averse), très remarquée pour ses précédents, d'Alain Blottière (Rêveurs), à qui ses lecteurs sont fidèles pour de bonnes raisons littéraires, et surtout de Pierre Jourde (Le maréchal absolu), pour rappeler que l'auteur de La littérature sans estomac n'est pas seulement un commentateur sévère des écrivains contemporains mais qu'il est aussi un amoureux d'une langue pratiquée avec enthousiasme et appétit. De l'estomac, il en faudra pour les 740 pages d'un livre qui commence en fanfare:
Allons, parle, Manfred-Célestin, vieille pacotille, dis quelque chose, n'importe quoi, tu es plus disert d'habitude. Qu'est-ce qui t'arrive? Ah ça, pourtant, d'habitude, on peut dire que tu m'en racontes! Tu la trembles sans t'arrêter, ta plainte sempiternelle. Robinet à bout de course, mais qui s'obstine à crachoter jour et nuit son filet brunâtre, au prix de force convulsions. Tu es mon secrétaire particulier, à ce qu'il paraît. Ça, pour ce qui est de sécréter, tu sécrètes. Tu sécrètes particulièrement. C'est même ta principale activité dans l'existence.
J'en oublie, à coup sûr. Je n'oublie cependant pas de noter que Gallimard est moins frileux que nombre de ses confrères sur le terrain des premiers romans. Alors qu'il en paraît moins que l'an dernier dans cette rentrée, à Aurélien Bellanger se joignent, sous la traditionnelle couverture blanche filetée de rouge, Clélia Anfray (Le coursier de Valenciennes) et Maria Pourchet (Avancer). Et un encore chez Verticales, une maison appartenant à Gallimard: Branta bernicla, de Pascal Guillet. Et un autre à L'Arpenteur: Le couvre-feu d'octobre, de Lancelot Hamelin.Il y aura aussi un nouveau roman de Joy Sorman (Comme une bête) et, à L'Arbalète, le deuxième roman de Gaëlle Bantegnie (Voyage à Bayonne). Puisque j'avais beaucoup aimé son premier (France 80), je lirai celui-ci avec un a priori favorable.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Un roman sur la corruption : L’homme rompu de Tahar Ben Jelloun

    Mourad est ingénieur : il est chargé d’attribuer des marchés publics, sa signature vaut de l’or. Malgré cela Mourad est pauvre, son salaire ne lui permet pas... Lire la suite

    Le 24 août 2012 par   Etcetera
    CULTURE, LIVRES
  • Rencontre avec tahar ben jelloun

    Il y a quelques jours, Tahar Ben Jelloun venait à l'Espace Ouest France, invité par la librairie Le Failler. Un auteur que je connais très peu, que j'ai lu il... Lire la suite

    Le 21 octobre 2012 par   Geybuss
    CULTURE, LIVRES
  • Au pays de Tahar BEN JELLOUN

    Tahar BEN JELLOUN, poète et écrivain marocain, dédie ce roman aux hommes immigrés de son pays, arrivés en France dans les années 1970 au moment des Trente... Lire la suite

    Le 03 janvier 2013 par   Jellybelly
    CULTURE, LIVRES
  • Tahar ben Jelloun : Au seuil du paradis

    La culture double, arabe et française se trouve ce jeudi comme l’on dit, sous les feux de l’actualité. L’entrée à l’Académie Française d’Amin Maalouf traduit un... Lire la suite

    Le 14 juin 2012 par   Memoiredeurope
    CULTURE, HISTOIRE
  • Le bonheur conjugal, Tahar Ben Jelloun

    « La défaite commence à partir du moment où l'adversaire parvient à vous faire douter de vous-même jusqu'à ce que vous vous sentiez coupable et soyez prêt à agi... Lire la suite

    Le 26 août 2012 par   Kenza
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Tahar Ben Jelloun : La braise de ce visage

    (À la mémoire d’Ezzedine Kalaq).   Seuls les yeux étaient ouverts dans ce visage déchiré par la jument des plaines le corps avait pris feu au moment... Lire la suite

    Le 05 juin 2012 par   Unpeudetao
    POÉSIE
  • Charlotte, David Foenkinos

    Charlotte Salomon (1917–1943), Auto Portrait . Collection JHM © The Charlotte Salomon Foundation *** Quatrième de couverture Ce roman retrace la vie de Charlott... Lire la suite

    Le 21 août 2014 par   Kenza
    CULTURE, LIVRES

Ajouter un commentaire