Magazine Beaux Arts

« Le Lac » de Lamartine et la robe de Julie

Publié le 13 juillet 2012 par Sheumas

magietongue5.jpg

Au fil des générations, le fameux « lac » de Lamartine continue de « clapoter » sinon dans la mémoire du moins dans « ses rives »... Souvenez-vous ! Au tout début du XIX° siècle, en pleine période romantique, Alphonse, en vacances à Aix les Bains, fait la rencontre de la jeune Anglaise Julie Charles avec laquelle il vit une brève idylle. L’été s’achève, le couple se sépare, se promet de se retrouver l’année suivante... Quand vient la fin de l’été, sur la plage, il faut alors se quitter... Comme dit la chanson. Hélas, la maladie terrasse la jeune femme et le poète désormais seul au monde a perdu son âme sœur. Mu par le sentiment nouveau de « la mélancolie romantique », il revient sur les bords du lac et compose le fameux poème.

   Prenons le temps de le relire :

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?
Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.
Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.
Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :
" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
" Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.
" Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.
" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! "
Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?
Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !
Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?
Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !
Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.
Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !

   Après avoir rendu la parole à la défunte, afin d’éterniser ses mots, le poète s’adresse directement au lac afin qu’il conserve, comme une pellicule, « quelque chose » de la scène qu’il vient de ressusciter par la magie de ses vers. En d’autres termes, que la robe de Julie passe au-dessus de ce paysage en même temps que sa voix et que l’immensité vaste et subtile du lac revête un peu du vêtement de Julie Charles, fantôme éparpillé, errant dans la solitude.

   Visage serein, sourire, chevelure, haleine, pas, voix, visage rayonnant, plainte, souffle, parfum... C’est lentement Julie qui ressuscite du fond du lac.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nos excès !

    Alors que je poursuis cette incroyable aventure de la "Boîte de Jazz", d’autres événements exaltants continuent de se développer, de naître. Je... Lire la suite

    Le 04 décembre 2013 par   Jacquesmercier
    CULTURE
  • Mikros archives tome 1 : les titans microcosmiques

    Voici venir un des comic-books les plus français qui soient, dont l'action se situe sur un campus américain (Harvard), avec des héros "stars and stripes" qui... Lire la suite

    Le 04 décembre 2013 par   Universcomics
    BD, CULTURE
  • Le mouchoir de déshonneur

    Le petit mouchoir blanc semblait suspendu. Comme un papillon se laissant glisser sur l’air, il flotta quelques instants avant d’atterrir devant ses... Lire la suite

    Le 04 décembre 2013 par   Lonewolf
    CULTURE, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Japon/Tokyo

    Yataaaaa !!! Je commence ENFIN mes petits compte-rendus sur le Japon ! Je dis petits parce que…Nous sommes actuellement à Birmingham, UK, et je n’ai pas emmené... Lire la suite

    Le 03 décembre 2013 par   Lunedumonde
    CULTURE, VOYAGES
  • Adieu Midnight Poison de Dior! snif!

    Je suis vraiment mais alors vraiment déçue et peut être que d’autres le seront aussi : Dior a choisi d’arrêter la commercialisation du parfum Midnight Poison,... Lire la suite

    Le 03 décembre 2013 par   Nag
    CONSO, CULTURE, MODE
  • Nouveauté pratique

    Grâce à l'initiative dominicale de Celsmoon, la liste des poèmes édités sur ce blog s'allonge. Afin de m'y retrouver et pour vous permettre une meilleure... Lire la suite

    Le 06 décembre 2009 par   Chatperlipopette
    CULTURE, LIVRES
  • Philip Roth "Exit le fantôme"

    Note : 9,5/10 Certains romans se lisent très rapidement, notamment parce qu’ils sont portés par un ton, une voix, un rythme enlevés et extrêmement prenants. Lire la suite

    Le 06 décembre 2009 par   Jb
    CONSO, CULTURE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Sheumas 26 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte