Magazine F1/moto

Vettel bon analyste de la situation a mi-saison

Publié le 27 juillet 2012 par Khymo1
preview61291 300x201 Vettel bon analyste de la situation a mi saison

© Getty Images / Red Bull

Drapeau blanc ! Mettons de côté le Redbull Gate et tout son cortège d’inepties, et intéressons nous à ces quelques paroles de Vettel, décidément très volubile ces derniers jours, qui a repris la parole pour dire quelque chose de très sensé et une excellente analyse de la situation à mi saison. Ce qui change des attaques portées par les uns à l’encontre des autres de ces dernières heures.

Sebastian Vettel: « Fernando a été le plus rapide en Allemagne, car il disposait de la meilleure voiture. A l’heure actuelle, la Ferrari est la meilleure monoplace, ils ont eu un début de saison difficile mais nous pouvons tous constater quel est leur niveau actuel. Ils sont les plus constants, quelles que soient les conditions, pluie, sec, froid, chaleur, polémiques… Ils ont la meilleure voiture aujourd’hui, elle est rapide et fiable. A Hockenheim, ils ont réussi à nous battre, nous et McLaren. Ce sont des faits et non mon interprétation personnelle.”

Pour sur. Il rajoute, a propos de Felipe:

« Ce n’est pas bon pour une équipe d’avoir un pilote qui se bat pour la victoire et l’autre dont les résultats sont assez faibles. De l’extérieur, c’est difficile à comprendre pour quelles sont les  raisons qui empêchent Felipe (Massa) de démontrer son talent, car nous savons tous que c’est un pilote très rapide. Les gens oublient un peu vite que si Felipe n’avait pas cassé son moteur ici en 2008, il aurait remporté le titre mondial. Aujourd’hui, il est très loin des avant-postes alors que sa voiture est très compétitive. Je ne comprends pas ça, et pour piloter un jour pour Ferrari, je ne sais pas. J’ai entendu tellement de choses à propos de son contrat avec Ferrari que cela me fait réfléchir. Ca dépend de la situation. Je n’ai pas peur d’affronter Fernando au sein de la même équipe, car c’est une chose positive pour une écurie et c’est bon pour les pilotes. C’est bien mieux qu’avoir un équipier trop lent »

J’aimerais revenir la dessus, car pour une fois, ce qu’il implique est digne d’intérêt. Je discutais hier avec un collègue rédacteur à propos de  Sebastian vis a vis de l’affaire de cartographie. Et il me répondait que Seb était pilote avant tout, et que quelquepart, il ne faisait que ce qu’on lui demandait, fusse t-il avec un véhicule non-conforme. Bref, il a raison, et dans les paroles que Vettel a énoncées vis a vis de Ferrari, on pourrait y voir un aveu d’impuissance de la part de l’Allemand, vis a vis de sa hiérarchie, et peut être aussi un début de ras-le-bol de piloter pour une telle écurie. Bien évidemment, poursuivre sa carrière chez Ferrari est le rêve de tout pilote. Les plus grands y sont passés (à part Ayrton, mais malheureusement, ce dernier n’en a pas eu le temps..): Prost, Mansell, Räikkönen, Fangio, Mario Andretti, Phil Hill, Reutemann, Lauda, Regazzoni.. Tous champions du monde ou vice-champions du monde. On sait Vettel un peu soupe au lait, peut être encore un peu faible sentimentalement, c’est un « nounou », et les interrogations dont il fait part quand à un avenir en rouge sont, de ce point de vue, légitimes. Néanmoins, il ne cache pas que cela relancerait l’intérêt du pilotage de l’allemand, comme pour Senna, lorsque Prost est revenu après un an d’absence. Alonso et Vettel sont tout deux doubles champions du monde, et très certainement triples en devenir, pour l’un comme pour l’autre. Et je pense qu’à l’ère du turbo, on va réassister à un de ces duels légendaires du temps de Prost et Senna.

Deuxième constatation: Même si Seb a du respect pour Felipe, il n’aurait pas de remords à lui prendre sa place cependant pour piloter aux côtés de l’Espagnol. Reste à savoir si, comme à la grande époque MacLaren Prost/Senna, la greffe Alonso et Vettel prendra. Si tel est le cas, fort à parier que Ferrari reste au sommet une paire d’années.

Ce qui étonnant avec Seb Vettel, c’est lorsqu’il parle librement, sans la pression Redbullesque sur ses épaules, il redevient le gars sympa de l’épopée Toro Rosso. Côté Ange.

Et lorsqu’un Horner ou un Marko traine dans le coin, Seb revêt l’habit du Pazuzu, le démon. 2 faces pour un gars qui mérite mieux, en tant que pilote, mais aussi en tant qu’homme (Cf la conférence post saison).

Car, malgré l’environnement néfaste de l’écurie Autrichienne, Seb est un bon gars. Souhaitons lui bonne chance, pour qu’il puisse à nouveau se libérer de ses chaînes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire