Magazine Environnement

"Le jour du dépassement"

Publié le 22 août 2012 par Bioaddict

Ce mercredi 22 août, l'humanité a consommé toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en un an. Mercredi 22 août 2012 : le jour du dépassement 

Le Global Footprint Network est un laboratoire d'idées international qui mesure la durabilité écologique au moyen de l'Empreinte Ecologique, un outil de comptabilité qui mesure la quantité de ressources naturelles dont nous disposons, combien nous en utilisons, qui les consomme et lesquelles.

"En rendant centrales les limites écologiques dans les prises de décision, nous travaillons à mettre fin au dépassement écologique et à créer une société où tout le monde vit bien en respectant les moyens d'une seule planète" précise l'Organisation.

C'est officiel, le "Global Overshoot Day", le "jour du dépassement", a été atteint ce 22 août 2012 selon l'organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN), qui calcule chaque année l'empreinte écologique de l'humanité.

234 jours auront donc été nécessaires cette année pour que les habitants de la planète épuisent les ressources disponibles. Nous entrons désormais en déficit écologique.

Pendant très longtemps la nature a été capable de se régénérer et d'absorber la consommation de l'homme : sa biocapacité était intacte. Depuis environ 30 ans, un seuil critique a été franchi. La consommation de l'homme a dépassé ce que la nature était en capacité de fournir sur une année (filtration de CO2, production de matières premières...). L'humanité vit donc au-dessus de ses moyens. Une seule planète ne suffit plus pour subvenir à nos besoins

Ainsi, à partir d'aujourd'hui, et jusqu'à la fin de l'année, l'homme va répondre à sa demande écologique par l'épuisement des stocks des ressources naturelles et l'accumulation de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

"C'est comme si vous aviez dépensé votre salaire annuel trois mois avant que l'année soit terminée ", a déclaré Mathis Wackernagel, Président de Global Footprint Network.

Le déficit écologique se creuse de plus de manière exponentielle depuis cinquante ans. Le processus d'épuisement des ressources naturelles s'accélère en effet : le "jour du dépassement" intervient cette année trente-six jours plus tôt qu'en 2011. En 2005, la limite fut atteinte un 20 octobre ; en 2000, c'était un 1er novembre.

Principaux responsables du déficit, les rejets de dioxyde de carbone constituent 55 % de l'empreinte écologique mondiale. Le reste revient à l'exploitation des milieux naturels.

Si ne changeons pas nos modes de vies, l'Humanité court à sa perte

Aujourd'hui, l'Humanité utilise l'équivalent de 1,3 planètes chaque année. Cela signifie que la Terre a besoin d'un an et quatre mois pour régénérer ce que nous utilisons en une année.

Des scénarios modérés des Nations Unies suggèrent que si la consommation et les tendances actuelles d'évolution de la population continuent ainsi, nous aurons, en 2050, besoin de deux planètes pour subvenir à nos besoins.Résultats de tout cela ? Epuisement des pêcheries, diminution de la couverture forestière, dégradation des réserves d'eau douce, émissions de pollutions et de déchets... Et encore, il ne s'agit là que de quelques exemples visibles!

Le dépassement écologique contribue également aux conflits et guerres liés aux ressources. Il induit des migrations massives, des famines, des épidémies et autres tragédies humaines. Il tend à avoir des impacts particulièrement importants pour les plus pauvres qui ne peuvent affronter la crise en achetant des ressources ailleurs.

Et il faut de plus prendre en compte les changements climatiques qui s'accélèrent entraînant entre autres des sécheresses et des inondations dramatiques qui détruisent les ressources et la biodiversité.

Ainsi, il est aujourd'hui plus que jamais nécessaire d'évoluer vers des modes de vie plus durables.

Mathilde Emery


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire