Magazine Beaux Arts

Fiac 2012, le bilan

Publié le 22 octobre 2012 par Blended

Pour briller dans des galeries où tu ne sais pas quoi dire, il est toujours bon d’avoir sous la main une petite dizaine de références. Blended te mâche le travail.
Tu peux d’ailleurs commencer en dressant toi-même le bilan de la Fiac 2012. Sans vouloir parodier Cyrano, plusieurs tons possibles. Snob : « La Fiac a voulu se disperser, c’est réussi. Elle a perdu en cohérence« . Plus condescendant : « 182 participants cette année ? J’ai pas tout compris, mais j’ai pris une claque« . Économiste : « Malgré l’épouvantail d’une intégration des œuvres d’art dans l’assiette de l’ISF, la foire a fermé ses portes sur un bilan inespéré« . Sociologue : « Du grandiose et du détournement, l’art contemporain se rapproche de l’appropriation démocratique du street art. Demain, le monde sera une galerie« . Énigmatique pessimiste : « L’art contemporain ? Tu sais ce que disais Cioran, S’il tient à préserver une quelconque dignité spirituelle, l’homme doit négliger son statut de contemporain ».

Fiac 2012, le bilan

Vous ne pourrez pas avoir échappé à l’œuvre de Jérémy Deller aux Invalides. Un Stonhenge gonflable en aire de jeu. Personne n’aura compris le sens réel de ce travail, « mais c’est le seul où les enfants n’ont pas râlé, j’ai aaaaaaadoré« .

Fiac 2012, le bilan

Le coquillage de Marc Quinn au Jardin des Tuileries sera également sur toutes les lèvres. Imposant et sensuel, il est à l’art contemporain ce que les déesses primales et callipyges sont aux canons de beauté modernes.

Fiac 2012, le bilan

Au Grand Palais, Pilar Albarracin expose ses photos. Son message pourrait se résumer ainsi : « déjà qu’on a 25% de chômage et qu’on fait des matchs nuls en foot contre la France, on ne vas peut-être pas, en plus, abuser sur les stéréotypes culturels« .
Vous pourrez également parler de Anri Sala qui représentera la France à la prochaine biennale de Venise. Mais il faut alors espérer pour vous que d’autres fans de Blended ne se trouvent pas avec vous, puisque nous vous présentions l’artiste en janvier dernier.

Fiac 2012, le bilan

Côté hexagonal, également cette sculpture du Français Gilles Barbier, Soviet Supreme qui figure (chaussée de tongs) à l’entrée du stand de la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois.

Fiac 2012, le bilan

Aux rayons des détournements politiques (et là, vous êtes sur que tout le monde en parlera), le Californien Paul McCarthy nous propose tout en subtilité une sodomie porcine réalisée par Georges W. Bush, le nez coupé tel un sphinx.

Fiac 2012, le bilan

Si vous vous voulez vraiment vous la jouer intello germanopratin, évoquez cette œuvre de Camille Henrot. Un tendeur, deux tiges d’ananas requin, une amarante crête de coq, le tout placé dans un vase et destiné à illustrer les Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes.

Fiac 2012, le bilan

En prévision, de l’expo à la fondation Cartier à Paris (14 novembre) consacrée à Yue Minjun, star du marché de l’art chinois, voici Portrait of noble scholar de 2010.

Fiac 2012, le bilan

Du côté du ready made, François Curlet accole une affiche de grève de l’ORTF datant de mai 68 sur le carton d’un écran plat.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Blended 113 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte