Magazine Cinéma

Je me suis fait tout petit : Mustang, Denis Ménochet et The Ramones

Par Notsoblonde

je-me-suis-fait-tout-petit-affiche_387021_6717.jpg.png

Oh oui bien sûr lecteur, ça ne t'aura pas échappé, aujourd'hui c'est le grand jour et pourtant, pourtant, non, je ne te glisserai pas des cantiques dans le billet du jour, et non, ce n'est pas DU TOUT le genre de la maison.

Par contre, et parce qu'aujourd'hui comme les autres jours j'ai bien envie de partager par ici un film qui m'a bien plu, je vais te dire deux mots à propos de "Je me suis fait tout petit" de Cecilia Rouaud.

J'aime depuis toujours les histoires d'errances personnelles, observer le cheminement vers le retour à la vie après un accident de la vie. Ce genre d'histoires m'a toujours beaucoup touchée.

Et là, bien sûr, ça n'a pas manqué. C'est qu'il est touchant aussi, Yvan (Denis Menochet, formidable!), perdu dans sa vie, encombré par tout ce qui l'entoure, humains inclus. Maladroit malgré lui, semblant ne plus connaitre les règles du jeu social, franchement paumé. Espérant trouver un renouveau dans la fuite : changer d'endroit pour changer de vie, on l'a tous un jour tenté et bien souvent c'est l'occasion de constater que si les problèmes ne sont pas résolus avant le départ, ils suivent. Malheureusement. Tout serait bien plus simple sinon. Mais bon.

"Bien sûr t'es pas fou, c'est juste que tu luttes contre toi-même"


Yvan croise la route de deux êtres qui vont conditionner son "rétablissement" : une femme (Vanessa Paradis, je manque peut être d'objectivité tant j'aime cette fille mais je l'ai trouvée elle aussi parfaite) lui tombe dessus (presque littéralement) et un petit homme qui ne lui est pas complètement étranger débarque lui aussi. Empêtré dans sa gêne, handicapé par l'imperméabilité émotionnelle dans laquelle il voit son salut (réflexe de protection, presque de survie après le traumatisme vécu) il cheminera petit à petit vers eux et au final, vers lui-même.

Un joli moment que ce film dont le titre est un clin d'oeil au titre de Brassens, que je ne vais pas glisser ici, préférant te faire peut être découvrir la reprise qu'en a fait Mustang et que j'aime vraiment beaucoup...

Ce film ci m'a rappelé qu'il y en un autre que j'ai aimé, sur le même thème, il s'agit de tous les soleils...il est dans un genre différent, ceci dit. Beaucoup d'humour dans celui-ci, avec des personnages secondaires savoureux...

Et bien entendu puisque c'est Noël je ne vais pas te laisser sans te remercier pour tes passages ponctuels ou fréquents par ici, tu n'imagines pas ce que ça représente pour moi, d'avoir l'impression de trouver un écho à mes mots dans les statistiques de fréquentation du blog ou les adorables messages que je reçois parfois.

Alors un grand merci, de toute façon je n'en reviens toujours pas d'avoir franchi le cap des 5000 contacts sur FB, des 1000 followers glânés en moins d'un an sur Twitter et les 400 abonnés sur Instagram où je me suis inscrite récemment. Merci, tout ça me réchauffe le coeur...

Je te souhaite beaucoup de bonheur pendant ces fêtes, lecteur, que ces fêtes soient pour toi l'occasion de partager de jolies émotions et à très vite.

XO

(ah oui je te laisse quand même avec une chanson "de circonstance"...)

"'Cause Christmas ain't the time for breaking each other's hearts..."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Notsoblonde 35 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines