Magazine Cinéma

Critique Ciné : Flight, crash test...

Par Delromainzika

20315949.jpg

Flight // De Robert Zemeckis. Avec Denzel Washington, John Goodman, Don Cheadle et Nadine Valazquez.


Le réalisateur de Forrest Gump et de Seul au Monde (comme l'indique l'affiche du film) doit avoir une vraie historie d'amour avec les avions qui s'écrasent. Alors qu'il avait déjà exploité le filon dans un registre totalement différent qui était celui de la survie dans Seul au Monde, on le retrouve aux commandes du très bon Flight. Car oui, ce film est absolument magique. Dans un premier temps grâce à une séquence parmi les plus anxiogènes des films de crash d'avion. Je suis resté scotché à mon siège tout au long de ce vol et j'ai été transporté. J'ai eu l'impression de vivre moi aussi ce vol avec ces passagers. Mais au fond, Flight correspond parfaitement à ce que j'attendais de ce film mais également de la part du réalisateur. Toute la première partie est absolument maitrisée, il n'y a rien à redire. La seconde partie du film était un peu moins bonne mais la prestation de Denzel Washington se suffit à elle même. L'acteur, brillant du début à la fin, prouve encore une fois toute l'étendue de son talent.
Whip Whitaker, pilote de ligne chevronné, réussit miraculeusement à faire atterrir son avion en catastrophe après un accident en plein ciel… L’enquête qui suit fait naître de nombreuses interrogations… Que s’est-il réellement passé à bord du vol 227 ? Salué comme un héros après le crash, Whip va soudain voir sa vie entière être exposée en pleine lumière.
Le scénario de Flight est signé par John Gatins à qui l'on doit déjà le très bon Real Steel (avec Hugh Jackman). C'est du bon script que Robert Zemeckis tire toute l'émotion du film. Un choix judicieux que d'associer ces deux hommes au service du talentueux Denzel Washington (ancienne figure de proue des films de feu Tony Scott). En tout cas, ce que je retiens avant tout dans Flight c'est le côté vraiment anxiogène du film. On a l'impression que même durant la partie destruction du personnage de Whitaker, qu'il va sombrer encore plus bas et entrainer alors des gens dans sa chute avec lui. Je ne m'attendais pas à cette fin non plus. Un choix encore une fois judicieux. Je pense qu'il est difficile de trouver de gros défauts à Flight. Il reste à l'égal de ce que fait le réalisateur en général et il parvient également à nous faire comprendre quel est le monde dans lequel vit le héros. Un monde assez touchant finalement. Il n'a pas une vie facile et l'on arrive petit à petit à comprendre son problème. On a presque envie de l'aider.
C'est aussi ça le cinéma, faire ressentir des choses et le cinéma de Zemeckis y parvient généralement avec brio. Flight fait partie de ces films que l'on n'attend pas au tournant et qui nous prennent à la gorge comme si de rien n'était. En seulement deux heures de film (que j'appréhendais et que je n'ai pourtant pas vu passer), on a donc une double histoire. Une première partie réellement  surprenante par les moyens cinématographiques mais également la tension qu'il met en oeuvre. Une seconde partie plus touchante et personnelle qui nous permet de plonger dans la vie du héros du film comme si l'on y était. Zemeckis a cette grande facilité à faire du grand cinéma américain. Il y a toujours un côté moralisateur et patriotique derrière, mais comme tous les grands films, il n'en reste pas moins quelque chose de soigné et de jamais pathos et dégueulasse.
Note : 9/10. En bref, une très belle surprise.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Delromainzika 47 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines