Magazine Culture

Le journal d'Anne Franck

Publié le 25 décembre 2012 par Romaneg

Lorsque j'en ai entendu parler il y a quelques mois, je ne pensais pas aller voir cette pièce. Tout d'abord parce qu'il me paraissait difficile de réaliser une bonne adaptation de ce livre qui m'avait à la fois touchée, fait rire, ennuyée un peu aussi (on tourne parfois en rond en même temps qu'Anne, enfermée et cachée pendant deux ans avec les mêmes personnes). Il y avait Francis Huster, c'est vrai, mais les extraits que j'avais visionnée de sa dernière pièce m'avaient conduit à croire qu'il n'était plus le même acteur qu'il y a trente ans, qu'il n'avait plus le même talent que lorsqu'il jouait Lorenzaccio (voir cet article enflammé). Bon, et puis les prix restaient hors de la portée de mon porte-monnaie. Mais par hasard, on m'a proposée une place à vingt euros avec en prime rencontre avec la jeune fille interprétant Anne Franck, dont on m'avait dit le plus grand bien.
Voilà donc ce qui m'a motivée : une rencontre avec Roxane Duran (dont j'ai appris par la suite qu'elle avait 19 ans et que son premier rôle avait été dans Le Ruban Blanc de Haneke...tranquille !) et un tarif réduit. 
Quelle ne fut donc pas ma surprise de découvrir qu'il s'agissait d'une bonne adaptation, originale parce qu'adoptant un point de vue particulier (celui du père joué par Huster qui revient des camps et découvre le journal de sa fille) et parce que drôle (vraiment très drôle) et en même temps pesant, suivant le livre tout en ajoutant des passages bien écris et émouvants. 
Le journal d'Anne Franck, Eric Emmanuel Schmidt
Bon, tout ne marche pas parfaitement. Le début surtout. Gestes faux, voix affectées, temps long et l'on se demande si ça va véritablement être comme ça pendant deux heures. Mais une fois l'histoire lancée, une fois que tous les personnages sont enfermés dans l'Annexe, alors la pièce commence véritablement et on se laisse entraîner dans l'histoire d'Anne Franck. L'utilisation de la musique participe énormément à l'aspect léger qui régulièrement contrebalance l'atmosphère confinée et pesante de la guerre et de la peur. Du jazz, des tubes américains de l'époque, rien d'emphatique ni de cliché, sans pour autant que ça soit anachronique. De la même façon les personnages sont vivants tout en ne prenant jamais d'attitudes décalées par rapport aux années 1940. Petit bémol cependant pour le décor... peut-être qu'il était trop précis, qu'il y avait trop d'accessoires mais c'est mon côté "môdââirne" qui s'agite. 
Le journal d'Anne Franck, Eric Emmanuel Schmidt
Et Francis Huster alors ? Eh bien, il est bon ! Fatigué peut-être un peu, mais ça allait avec le personnage. Il est petit ! Il sourit peu, mais bien. Bref, je n'ai pas eu un autre regard que celui de la groupie ce soir-là, c'est ainsi. 
Et Roxane Duran alors ? Elle aussi elle est bien, même excellente. Surtout, elle nous l'a expliqué ensuite, pour quelqu'un qui vient du cinéma où l'énergie à fournir est très différente. Pour parler jeune, elle m'a "foutu le seum". Et la rage en même temps. L'état dans lequel je me suis trouvée après avoir parlé avec elle était celui, exacerbé, qui me hante depuis quelques semaines. L'hésitation entre les projets, les énergies à fournir. L'hésitation entre certains sacrifices, entre l'envie de se laisser aller et la nécessité de bosser. Cette même hésitation qui m'a poussée à écrire ici ce matin alors que je suis censée faire de l'histoire pour cet institut dont je ne sais plus si je l'aime ou le hais, Sciences Po. 
Le journal d'Anne Franck, Eric Emmanuel Schmidt
A voir alors ? Si vous avez 36 euros, oui. Sinon tant pis, regardez Le Ruban Blanc et le DVD de Lorenzaccio par la Comédie Française. Enfin, lisez Le journal d'Anne Franck. Parce que bon, hein, quand même.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anne Franck au pays du Manga

    "Pour accompagner la diffusion, le 20 novembre à 22h30, du documentaire Général Ishiwara, l’homme qui déclencha la guerre, un portrait de Kanji Ishiwara,... Lire la suite

    Le 17 novembre 2012 par   Kallirrhoe
    FORMATION
  • Turandot, les mystères de l’Orient enflamme l’Opéra de Nice

    Créé en 1926 à la Scala de Milan, Turandot est un opéra romantique de Giacomo Puccini imprégné des mystères de l’Orient. Inachevé à la mort du compositeur, il... Lire la suite

    Le 17 novembre 2014 par   Rémy Boeringer
    CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Pink Floyd : The Endless River

    Pink Floyd : the Endless Elevator (avouons-le, la blague n’est pas de nous, mais nous l’aimons bien) Nous sommes juin-juillet 2014, deux annonces... Lire la suite

    Le 17 novembre 2014 par   Touteouie
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • Les acronymes dans les séries

    Dans les séries américaines, toutes sortes d’acronymes sont prononcés. Mais en dehors du très connu « OMG » (Oh My God ! = Oh Mon Dieu !), plusieurs d’entre... Lire la suite

    Le 21 novembre 2014 par   Lubiie
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Rencontre avec Cécile Brune

    Un passage rapide sur mon blog et plus de doute possible : je suis une grande fan de la Comédie-Française. C’est pourquoi j’ai été on ne peut plus... Lire la suite

    Le 11 novembre 2014 par   Morduedetheatre
    CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Une corde vocale de plus à l’arc du Kazakhstan

    Cet épisode vous a peut-être échappé, mais il y a deux semaines, le dimanche 2 novembre, l’Opéra Bastille fut envahi. Les irréductibles peuples d’Asie Centrale... Lire la suite

    Le 20 novembre 2014 par   Marcel & Simone
    CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Sur les planches | Splendour

    Destin tragique d’une actrice de cinéma mythique par Elsa Zylberstein. Un tableau parfait pour la pièce Splendour au Théâtre de Paris, non? Lire la suite

    Le 19 novembre 2014 par   Generationnelles
    CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Romaneg 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte