Magazine Société

Halle Roublot: "Où est passé l'art?". Un bel exemple de politique culturelle dynamique et d'ambition pour Fontenay

Publié le 22 mai 2013 par Micheltabanou

Soirée d’exception hier soir à Roublot. Cette nef dédiée aux arts plastiques prend de l’ampleur dans sa programmation et notre équipement surprend nos invités à chaque exposition initiée par le service culturel, maître d’œuvre de cette nef.

Où est passée la peinture ? est une exposition montée en collaboration avec la Galerie Municipale Jean Collet de Vitry qui a choisi de nous révéler un choix parmi sa collection des œuvres des artistes lauréats depuis 1969 de «  Novembre à Vitry ». A Roublot sur une proposition de Philippe Chat nous présentons l’œuvre primée et quelques pièces du travail plus récent de l’artiste. Je suis fier de pouvoir accueillir dans le cadre de notre politique culturelle et de notre programmation la Galerie Municipale Jean Collet qui installée au cœur de la ville de Vitry-sur-Seine, est gérée par la Direction Culture-Sports-Jeunesse. Elle occupe depuis 1982 un bâtiment construit en 1933 et destiné alors à abriter les bains-douches municipaux. La Galerie dispose de deux niveaux d’exposition d’environ 250 m2 chacun, ainsi que d’une réserve dans laquelle est conservée la collection municipale de peinture « Novembre à Vitry ». La saison culturelle à la Galerie s’articule autour de 5 expositions majeures.

Sa programmation, ouverte aussi bien à la jeune création qu’aux artistes déjà confirmés, offre la possibilité de faire un tour d’horizon de tous les champs artistiques contemporains : le dessin, la peinture, la sculpture, la photographie, la vidéo, le multimédia et l’installation ont ainsi leur place et leur rendez-vous régulier. Quelques temps forts viennent également rythmer cette programmation : des visites d’atelier, des rencontres avec les artistes dans l’exposition, des débats, des lectures, des concerts et spectacles sans oublier le Prix international « Novembre à Vitry » qui depuis 1969 récompense chaque année deux jeunes artistes.

L’action culturelle mise sur la rencontre avec le public. Les scolaires (de la maternelle au lycée) et les centres de loisirs peuvent notamment se familiariser avec la création contemporaine à travers des visites commentées, des ateliers et des livrets pédagogiques adaptés. Le public adulte également, en visite libre ou accompagnée à qui l’on met à disposition le catalogue d’exposition et d’autres supports de communication. La Galerie se veut un lieu ouvert à la création visuelle et un lieu de découverte et d’expérience pour le plus grand nombre. Elle s’inscrit d’ailleurs dans une démarche volontariste de la municipalité en faveur de l’art contemporain : elle participe ainsi à l’enrichissement du patrimoine culturel de la ville avec la centaine d’œuvres d’art monumental qui jalonnent le territoire depuis 1962 et avec l’installation en 2005 du Mac/Val, le Musée d’art contemporain du Val-de-Marne. Tous ces dispositifs font de Vitry-sur-Seine l’un des pôles les plus importants pour l’art contemporain en région Ile-de-France.

Je voudrais rassurer certains socialistes malgré cette présence de Vitry la collection n’a rien à voir avec le réalisme soviétique et que ceux que je veux rassurer pouvaient sans compromission ou salissure possible se régaler l’esprit avec des œuvres diverses non assujetties au dogmatisme moscovite. Mais de toute façon ils sont toujours absents et n’ont aucune approche de la question culturelle hormis de se répandre publiquement en désignant notre politique, comme ce fut lamentablement le cas pour le Kosmos, de grossière.

Passons aux choses sérieuses, au travail de fond qu’ils ignorent, dont ils n’ont aucune projection, pour nous féliciter qu’aujourd’hui à Fontenay nous réalisons un point de jonction, un lien de passage si nécessaire à l’essor des arts plastiques à l‘est de notre département. Je veux souligner la présence de Catherine Viollet qui a dirigé la publication du livre «  l’art est dans la vile » qui retrace une cinquantaine d’années de cette politique singulière et qui met en perspective l’évolution de l’histoire d’une grande vile d’Ile-de-France au fil des tendances artistiques. Lors de ma brève allocution de bienvenue j’ai évoqué une part de mes discussions, sous le signe de la confidence complice, avec Jean-François Voguet où nous avions dans l’élaboration du projet Roublot et de sa Nef voulu donner cette dimension de rayonnement, d’excellence. L’exemple d’hier nous a démontré que ce n’était aucunement une utopie et que cette Nef tend aujourd’hui à devenir un acteur reconnu de la vie artistique départementale et au-delà. C’est une ambition et nous la prolongerons. Je salue la présence hier de Monsieur Alain Audoubert, Maire de Vitry et d’artistes dont Pierre Buraglio et le passage en voisin, qui m' a comblé d'aise, de Pierre Mabille. Et aussi de rappeler que la Galerie Municipale Jean Collet est membre du réseau Tram, réseau francilien des centres d’art, que je connais bien pour présider moi-même l'un des Centres : Immanence à Paris. Nous étions en famille ! et le climat malgré les apparences extérieures s'en est ressenti!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheltabanou 5669 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine