Magazine Environnement

Le poivron, vertueux

Publié le 23 mai 2013 par Redacweb @redacweb

Le poivron, vertueux

Poivrons


On le trouve désormais toute au long de l’année, pourtant la saison du poivron, cultivé dans nos régions, démarre tout juste. Le temps donc de faire le point sur ce légume vertueux.

Histoire du poivron


D’un point de vue botanique, le poivron est un fruit, mais il est cuisiné comme un légume. Sa couleur varie en fonction de sa maturité : le poivron vert n’est donc pas mûr. Ensuite le poivron avançant dans sa maturité, il deviendra jaune puis orange et enfin rouge.
Le poivron est originaire d’Amérique centrale et du Sud, et est plutôt adapté aux climats tropicaux (il ne résiste pas au gel). Il s’agit d’une plante de la famille des piments qui a donné son nom à son fruit. C’est un piment doux qui se distingue par sa forme plus charnue et sa taille plus grosse.

Les bienfaits du poivron


Très pourvu en fibre, le poivron est un grand stimulant du transit intestinal. Il est également très peu calorique (environ 20 kcal/100g). Il est plus facilement digéré cuit que cru par les intestins fragiles.
Le poivron contient des capsiates, une substance stimulante pour le métabolisme, qui aurait un effet brûle-graisse. Elle aiderait également à abaisser le taux de mauvais cholestérol et aurait un effet inhibant sur certaines tumeurs cancéreuses.
Du point de vue des antioxydants, leur quantité varie en fonction de la maturité du poivron :
  • les composés phénoliques, antioxydants, sont localisés plutôt dans la peau. Cette teneur diminue avec le mûrissement et ils sont donc moins présents dans les poivrons rouges ou jaunes,
  • la vitamine C en proportion variable en fonction de leur couleur (les poivrons rouges peuvent en contenir jusqu’à 2 fois plus que les poivrons verts), mais toujours en quantité intéressante. La vitamine C possède des vertus antioxydante et anti-inflammatoire ce qui permet de lutter contre certaines maladies dégénératives. Elle contribue aussi à la bonne santé des os et favorise la cicatrisation.
  • des caroténoïdes, précurseurs de la vitamine A. Les poivrons rouges en contiennent beaucoup plus que les poivrons verts. Très utile à l’organisme, la vitamine A agit sur la bonne santé de la peau, des yeux (vision nocturne). Elle protège contre les infections et favorise les os.
  • de la vitamine B6, qui contribuerait à lutter contre les maladies cardio-vasculaires, nerveuses et stimulerait le système immunitaire.
  • du manganèse, dans le poivron vert uniquement, qui entre dans de nombreux processus métaboliques et qui aide à lutter contre les radicaux libres.
Le poivron vert peut entrainer le syndrome d’allergie orale. Mieux vaut alors le consommer cuit.

Le poivron en cuisine


Pour le peler, on le fera rôtir au four sur toutes les faces puis on le placera quelques dizaine de minutes dans un sac plastique. La peau s’enlèvera ainsi plus aisément. mais si on veut le consommer cru, on pourra l'éplucher à l'économe. Il convient de lui retirer les pépins et la membrane blanche situés à l’intérieur et considérés comme peu digeste.
Le poivron peut se déguster cru ou cuit, sauté, grillé, farci, en saumure, en coulis. Il accompagne de nombreux plats traditionnels comme la ratatouille, la paella, la piperade...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Redacweb 280 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte