Magazine Environnement

Obsolescence programmée… une réalité, des dérives !

Publié le 22 mai 2013 par Nicomak @Myriam_Nicomak

ObsolescenceProgrammée 150x150 Obsolescence programmée... une réalité, des dérives !

Il y a encore une dizaine d’années, lorsqu’un consommateur achetait une machine à laver ou même une télévision, il était sûr de pouvoir l’utiliser pendant au moins 10 ans. Aujourd’hui, ces appareils ont une durée de vie qui a drastiquement diminué pour atteindre entre 3 ans et 5 ans d’utilisation.

Alors, baisse de qualité ou obsolescence  programmée ?

Pour le Centre Européen de la Consommation (CEC), pas de doute, il s’agit bien d’une obsolescence programmée. Le Centre a d’ailleurs publié une étude sur le sujet « L’obsolescence programmée, dérive de la société de consommation ». Cette étude a par ailleurs été réalisée en partenariat avec Lydie Tollemer, étudiante, ayant elle-même publié un mémoire sur le sujet, intitulé « L’obsolescence programmée ».

Mais qu‘est-ce que l’obsolescence programmée ?

Actuellement utilisé pour parler des biens de consommation (électronique, électroménager, etc.), ce terme désigne la volonté – réelle ou supposée – des entreprises de réduire la durée de vie en introduisant volontairement des défectuosités, des fragilités voire un arrêt programmé. Et ceci indépendamment des choix technico-économiques habituels qui consistent à arbitrer entre coûts de fabrication, efficacité et durée de fonctionnalité.

Les entreprises ont-elles le droit de programmer l’obsolescence de leurs produits ?

A l’heure actuelle, l’obsolescence programmée n’est pas illégale au niveau de la loi.

Cependant, un projet de loi a été présenté au Sénat le 23 avril 2013 par le sénateur EELV Jean-Vincent Placé. Ce projet de loi vise à condamner l’obsolescence programmée par les industriels. En effet, il présente cette notion comme « l’ensemble des techniques par lesquelles un fabricant ou un importateur de biens vise, notamment par la conception du produit, à raccourcir délibérément la durée de vie ou d’utilisation potentielle de ce produit afin d’en augmenter le taux de remplacement. »

Jean-Vincent Placé propose donc d’inscrire l’obsolescence programmée au Code de la consommation et de la condamner au titre de délit. Une peine de 2 ans de prison et un maximum de 37 500 euros d’amende attendraient toute entreprise faisant un usage avéré de ce procédé. Il propose également de pousser la durée légale de garantie de deux à cinq ans, « pour faire en sorte que l’on change de pratiques de production ». En parallèle, la période pendant laquelle un défaut apparaissant est présumé avoir existé au moment de l’acquisition du produit, et donc pendant laquelle le constructeur est de facto jugé comme responsable, passerait de six mois à deux ans.

Mais en attendant que faire pour lutter contre l’obsolescence programmée ?

En réparant soi-même ses appareils. « Plus facile à dire qu’à faire » direz-vous. Après tout, tout le monde ne s’appelle pas Bob le bricoleur et il y a une grosse différence entre monter un meuble et réparer sa machine à laver.

Pas de panique, des sites internet spécialisés dans l’aide à la réparation ont été créés. De plus, de nombreux consommateurs donnent des conseils pour aider à réparer vous-même vos appareils.  Pour ceux qui comprennent l’anglais, le site américain Ifixit.com propose des vidéos, à travers lesquelles les salariés montrent comment tout réparer, du grille-pain à la voiture en passant par l’ordinateur portable ou la machine à laver. Sinon, vous pourrez trouver des sites français tels que Commentreparer.com ainsi que des forums tels que linternaute.bricolage.com ou encore tout-electromenager.fr.

L’avantage du bricolage maison ? Pas besoin de racheter un produit et vous participez en plus à la préservation de l’environnement.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicomak 264 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte