Magazine Voyages

Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)

Publié le 24 mai 2013 par Caraporters @Caraporters

Bulgarie

Nous ne sommes restés que deux jours en Bulgarie, pays que nous avons successivement traversé d’ouest en est, d’est en ouest pour le re-traverser d’ouest en est (vous comprendrez bientôt pourquoi). Le temps de voir le strict minimum du pays, de manger du yaourt (alerte cliché) et d’avoir quelques surprises.

Où en étions-nous restés ? Ah oui, les quais de la gare du Nord, à Bucarest. Renseignements pris auprès des guichetiers locaux, pour rejoindre Varna, en Bulgarie, nous avons une correspondance d’une heure à Roussé, à la frontière. L’horaire, 1h30 du matin, ne nous paraît pas improbable sur le coup. Allô, non mais allô quoi ?

Varna se fait attendre

Car évidemment, arrivés à Roussé, aucun train ne partait pour Varna avant le lendemain matin. Après s’est fait prier poliement mais fermement de quitter la gare, nous partons en mission dégotage-nocturne-d’une-auberge-de-jeunesse. Notre salut viendra d’une guide touristique. Bonne nouvelle : une auberge est à deux pas de la gare. Mauvaise nouvelle, une fois sur place : elle a déménagé. Re-bonne nouvelle : elle s’est installée à 500 m. Re-mauvaise nouvelle : la nouvelle adresse, donnée sur un écriteau, est en cyrillique. Notre plan, lui, est en bon vieux latin.

2h du matin, l’heure idéale pour apprendre les bases du cyrillique. Merci, là encore, le guide touristique. Donc le “N” à l’envers est en fait notre “i”, “H” = “n” quant au “x”, il se prononce un peu comme un “jota” espagnol. Bien, bien, bien. Quelques essais plus tard, nous comprenons où est l’auberge, qui nous accueille pour quelques heures. Cinq pour être précis. Le jour n’est pas encore levé que nous repartons pour la gare, direction Varna.

A peine arrivés, nous filons à la plage. Le petit-déjeuner les pieds dans le sable est parfait pour commencer la journée. Et goûter à quelques spécialités locales (dont je serais bien incapable de me rappeler les noms). Mais on a dû manger des choses comme ça. Et du yaourt, forcément.

La troisième ville de Bulgarie est splendide, et le centre, avec ses nombreuses rues piétonnes, se visite facilement à pied. A même les arbres, les avis de décès récents s’affichent en plein coeur de la cité. Etonnant. Après une balade sur le bord de plage puis aux abords de la cathédrale de l’Assomption, qui date de la fin du 19ème siècle, nous avons fait un bon tour de la ville.

Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Bulgarie
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)

La forêt pétrifiée

Quelques questions à un chauffeur de taxi, et ce dernier nous propose d’aller voir la “forêt pétrifiée” à une vingtaine de minutes du coeur de Varna. Point d’arbres médusés, mais des rochers sculptés par l’érosion de la mer il y a quelques millions d’années. Quand même. Le lieu, un brin mystique, le reste phallique, est fascinant. Et en à peine 20 minutes de voiture, nous sommes en pleine cambrousse.

Retour à Varna. Et direction la gare, pour Sofia, capitale de la Bulgarie. Initialement, nous voulions rejoindre directement Istanbul, notre point final, en longeant la mer. Mais impossible de s’y rendre sans passer par la capitale… avant de repartir dans le sens opposé. Ceci explique cela. Contre mauvaise fortune bon coeur, et ne voulant pas rater la capitale, nous acceptâmes sans trop broncher les heures de trains supplémentaires.

Bulgarie
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)

Sofia l’éclectique

Arrivés au petit matin, nous partons, encore, manger. C’est uniquement pour prendre des forces avant de passer une journée à arpenter les rues de la ville. Bon, aussi, un peu par plaisir. Vous reprendrez bien un de yaourt ? Da !

L’héritage communiste est présent partout dans la ville, surtout au niveau architectural. Du gris, du béton, du qui-en-impose quoi. A côté, des bâtiments à l’architecture plus contemporaine, des églises orthodoxes, des marchés très modestes, bref, de l’éclectisme.

A ne surtout pas manquer : la très imposante cathédrale Alexandre-Nevski, haute de 50 mètres. Les superlatifs ne manquent pas pour la décrire, mais le mieux est quand même d’aller la visiter.

A une centaine de mètres de là, la basilique Sainte-Sophie, moins réputée, moins impressionnante, mais qui vaut le détour. Derrière ses briques rouges, une histoire un peu particulière : transformée en mosquée sous le règne ottoman, un tremblement de terre fit tomber le minaret. Après la libération, elle redevint alors église.

Autres bâtiments à visiter : la très belle bibliothèqe Cyrille et Méthode, du nom des deux inventeurs de l’alphabet cyrillique (leurs statues trônent d’ailleurs à l’entrée) ainsi que, non loin de là, des bâtiments de l’université de la ville.

Notre maîtrise de l’alphabet étant encore approximative, nous avons été surpris du nombre de Sofiotes (si si) prêts à nous traduire en latin le nom des rues. Et ce, sans même à avoir à le demander.

19h. Nous rejoingons la gare, et remarquons l’inscription, en français, “Gare centrale de Sofia” sur la façade du bâtiment. Nous n’avons toujours pas trouvé d’explication. Pas de douche dans la bâtiment (Roussé nous semble loin), mais du wifi gratuit à disposition. Un mal pour un bien.

Dans deux heures, nous embarquons dans le train de nuit, le dernier, pour Istanbul. la version moderne du mythique Orient Express. L’ORIENT EXPRESS, MESDAMES, MESSIEURS. Bon, ce sera moins prestigieux que ce que ce put être, mais un brin plus fêtard…

Sofia aura été la moins marquante des capitales traversées. Mais on se demande toujours pourquoi ? Des quartiers verts, un centre animé, des bâtiments qui en mettent plein la vue, des passages et des coins à découvrir. On s’interroge encore. Sans doute la fatigue.

Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)
Rail trip en Europe de l’Est : fascinante Bulgarie (3/4)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Caraporters 4390 partages Voir son blog

Magazine