Magazine Mode

The Great Kellerkind

Publié le 24 mai 2013 par Jhblog

Marco Biagini aka Kellerkind est l’un des DJ les plus connus de la Suisse, influencé par la House de Chicago et des nuits endiablées des nightclubs, le suisse a débuté en mixant dans les clubs de son pays jusqu’à ce qu’en 2008, il réalise son premier EP Bergluft sur le label Flash Recordings. Depuis tout s’enchaîne ! 2009, il commence à travailler avec le grand Oliver Koletzki et sortent ensemble le fameux remix Since you are gone. Son dernier EP a été produit par le label Stil vor Talent et est un véritable hommage à la House music.

Tout d’abord, comment as-tu commencé à mixer ?

Kellerkind : Ça a dû commencer en 1983, en Suisse, dans un club qui s’appelait Nachtschicht, c’est là où j’ai eu mon premier contact avec la House. Quand j’ai entendu ça pour la première, j’ai été directement addict ! C’était une sorte de House de Chicago. Je me suis demandé comment il faisait pour jouer un track sans pause, pour jouer chaque track comme ça, sans interruption, j’ai voulu apprendre! Du coup, j’ai acheté ma première platine et j’ai commencé à mixer l’année d’après – je crois.

T’es plus Chicago House ou Détroit ?

Un peu toutes les House ! C’est difficile de choisir car je suis très ouvert d’esprit en musique. J’aime beaucoup – beaucoup ! – de musique. Je ne sais pas, j’aime les différents beat. Mais Chicago est vraiment la House d’où je viens et que j’ai commencé à écouter.

Qui t’influence le plus dans ta musique ?

Au début, c’était sans doute… Mr Finger ! Je ne sais pas si tu le connais ? C’est très vieux, c’est un peu comme le suisse Mr Mike. La musique que j’écoutais provenait souvent de DJs locaux, ce sont eux qui m’ont inspiré au départ. Plus tard, je me suis plu à écouter d’autres artistes qui ont vraiment joué un rôle essentiel pour moi dans les années 90, l’allemand Mousse T par exemple. Puis, j’ai commencé à écouter de la Deep et de la Techno avec des mecs comme Oliver Koletzki, avec qui je travaille aujourd’hui. Dans l’ensemble, je suis influencé par les DJs que j’entends quand je sors en clubs.

L’atmosphère t’influence-t-elle aussi ?

Oui, beaucoup même, je pense parce que parfois quand tu écoutes un son chez toi et que tu te dis « bon, ok c’est pas si mal que ça… » et qu’ensuite tu l’écoutes en club, là tu dis « wouhaaa ! c’est de la bombe ! » Tout le sound system et ce qui va avec rend le track complètement différent et c’est vraiment kiffant!

Concernant ta musique tu dis : « Tout est une question de groove », qu’est-ce que ça signifie ?

Je pense que j’aime la musique avec un petit son groovy, je veux dire la musique qui a une touche de groove et un peu de swing, comme Grandmaster Flash par exemple, ou d’autres anciens artistes du milieu Hip Hop. Ils sont vraiment bons ! Et Georges Clinton en Funk ! Eux font également partis de mes influences ! J’inclus pleins de styles différents dans la House music, c’est ça que j’aime dans la House ! C’est que tu peux combiner tous les genres : Funk, Hip Hop et Soul. Ces influences qui proviennent de partout rendent la House super excitante !

Comme tu le sais, à Sojeans, ce qu’on aime plus que tout dans la vie c’est la mode ! As-tu déjà eu un intérêt pour elle ?

J’aime bien la mode mais pas autant que vous ! Je passe plus de temps à écouter de la musique.

Est-ce que tu penses qu’il y a une connexion entre la mode et la musique, notamment avec le milieu électro ?

Oui je pense parce que beaucoup de labels ont leur propre département mode et font leurs propres vêtements comme Ellen Alien.

Pourquoi ?

Je pense que ton vêtement est un moyen de traduire ton identité, dans le sens où ce que tu portes véhicule aussi un style de musique, comme en électro par exemple. Quand tu vas dans une soirée électro, c’est marrant de remarquer que les gens portent des habits très similaires, je pense que c’est une sorte d’identité retranscrite.

Revenons à la musique, quelles différences vois-tu entre la scène électro suisse et la scène française ?

Quand la musique électro est arrivée, beaucoup de personnes de là où je viens ont toujours la même sensation. Ces deux scènes sont complètement différentes dans la composition mais quand tu vas dans un club, tout le monde ressent la même chose.

La musique est universelle…

Je pense que la House française est très populaire et réputée dans le monde entier pour avoir sa propre touche, tout en restant sur les mêmes bases. La bonne chose est que dans beaucoup de pays, quand tu vas clubber, tu vas trouver beaucoup de gens qui vont ressentir les mêmes sensations que toi en écoutant cette musique, ce qui me plait vraiment dans un club ! Tu peux rencontrer pleins de gens de partout dans le monde qui aiment la même chose que toi. Ça connecte les gens. En parlant de la Suisse, on a aussi des gros labels et des gros clubs, Zurich est sans doute le meilleur endroit pour clubber, mais dans tous les cas, chaque endroit a le même état d’esprit : se faire plaisir avec la musique !

Quel est le premier vinyle que tu as acheté ?

Hum… Mousse T, Everybody.

Combien de vinyles possèdes-tu ?

Environs 2-3 milles !

Comment ta méthode de mixage a-t-elle évoluée depuis le début ?

Quand j’ai commencé à mixer, les techniques étaient vraiment plus simples qu’aujourd’hui. Maintenant, tu as beaucoup plus de possibilités pour mixer avec des effets. Toutes ces nouvelles choses m’influencent également quand je mixe, j’essaie aussi d’ajouter plus d’effets au lieu de changer un track par un autre comme avant. Tu peux vraiment pousser ton son très très loin et développer ta technique. J’ai développé mon style en même temps que les techniques avançaient, comme je t’ai dit je suis très ouvert d’esprit. J’aime la Deep House mais elle a aussi changé. Je pense que ce qu’on appelle Deep House aujourd’hui n’est plus la même Deep House qu’on écoutait il y a dix ans…

Pourquoi ?

En fait, c’est plus « pumping » qu’avant. La Deep House était vraiment… Mais vraiment plus deep, deep ! (Rires) Maintenant, je pense que les lignes de bases sont un peu plus influencées par la Tech House en ajoutant des rythmes plus rapides. La Tech House doit être aux environs de 128 BPM (Battements Par Minutes, NDLR) et la Deep House au même rythme. Au final, je pense que la musique est une interminable influences de styles différents.

Dernière question, es-tu amoureux ?

Bien sûr ! De la musique et de Yasmin, ma copine !

Marco Biagini aka Kellerkind is one of the greatest DJs from Switzerland, influenced by Chicago House music and the numerous nights he spent in clubs. The Swiss DJ started playing in nightclubs all over his country. In 2008 he released Bergluft, followed by the Keller EP launched with the label Flash Recordings. In 2009 he started working with Oliver Koletzki on the famous remix Since you are gone. His latest EP was released by the label Stil vor Talent, which is a real tribute to House music.

First of all, how did you start to mix?

It started very early, in 1983, in Switzerland in a club called Nachtschicht, where I had my first real experience with House music. After the first time I heard this kind of music, I became addicted to it! It was some kind of Chicago House music. The first time that I went to a club made me wonder how they can play a track without any breaks and keep playing each track like this… I wanted to learn how to do that too! And after that, I bought my first turn table and started mixing around 1994 – I think.

Are you more into Chicago House or Detroit House?

Well, a kind of all House. It is difficult to say because I’m quite open-minded when it comes to music so I’m into a lot of types. I don’t know; I like the beat of different sounds as well. Overall my real background is Chicago House and since this is where I come from, I started with this kind of music.

Who influenced you the most in music?

In the beginning it was probably… Mr Fingers! I don’t know if you know him? It is very old and it was like Mr Mike from Switzerland. The music I used to listen to was from locals DJs who inspired me a lot. Later, I really enjoyed listening to many other artists that also influenced me, like for instance Mousse T from Germany in the 90’s. Then, I started listening Deep House and Techno as well like Oliver Koletzki with who I am working now. Overall I am influenced by many other DJs when going to clubs and hearing them.

Is the atmosphere also influencing you?

Yes, I think so because sometimes you when you listen to a song at home you’re like ‘yeah it’s ok, not so bad…’ and then you hear it in a club and you go ‘woaah! It’s a bomb’! It’s the sound system and everything around it that makes a track different and really enjoyable!

Concerning your music you said: “it is all about the groove”, what does that mean?

I think I love music with a groovy sound, having both groove and a little bit of swing, probably like Grandmaster Flash and other similar old Hip Hop artists. They are really good! And Georges Clinton in Funk! They also inspired me! I include a lot of styles in House music because I love that with House music you can combine all types of music in one track creating a House music mix. I think it all comes together with Hip Hop, Funk and Soul music. Influence from everywhere makes House really exciting!

At Sojeans, we love is fashion! Have you ever been interested in fashion?

I like fashion but not that much! I spend more time listening to music.

Do you think that there is a connection between fashion and music, especially with electronic music?

I think yes because a lot of labels have their own fashion department, and a lot of labels make their own clothes like Ellen Alien.

Why do you think is that?

I think it is a way of translating your identity through your clothes in the sense that you wear a style of music that you like listening to, such as electro. It is funny when you go to an electronic party you can see that people are wearing similar clothes, so I think it is kind of like an identity.

Going back to music, what differences do you see between the Suisse Electro scene and the French one?

I think that when it comes to Electro music a lot of people where I come from, always have the same feelings. In my opinion these two scenes are completely different in composition but when you go to a club, everybody feels the same way again.

Just as music is universal…

I think French House is very popular and big in the world having a touch of its own style, but keeping the same basis. The good thing is that in a lot of countries when you go clubbing you will find many people feeling and having the same sensation as you are about music, which is something that I really like! You can meet a lot of people from all over the world enjoying the same. It is connecting people. Talking of Switzerland, for instance we have also big labels and for clubbing one of the best city is probably Zurich, but in each case you have the same way: enjoy the music.

What is the first vinyl that you ever bought?

Hum… Mousse T and the song was Everybody.

How many vinyl records do you have?

About 2 – 3 thousand!

How has your mixing method evolved from the beginning?

When I started mixing, there were considerably simpler techniques than those you have today. Now you have much more possibilities to mix and add effects. All these things also influenced me as nowadays when I ‘m mixing, I try to add more effects instead of changing one track after another as before. Now you can really push your sound further and further and further and finally make sense and develop your technique. I think I developed my style as well, as I told you I’m really open-minded. I love Deep House but it has changed.  I think what we call Deep House today is not really the same Deep House that it was 10 years ago …

What do you mean?

Actually, there is more “pumping” than before. Deep House was really… but really deep, deep! (Laughs) These days, I think the base lines are also a lot more influenced by Tech House adding faster beats. Tech House is maybe 128 BPM and Deep House is 128 BPM as well, so overall I think that music as a whole is influenced by many other styles.

Last question, are you in love?

Yes of course, with music and my girlfriend Yasmin!

Love Kellerkind

Listen Kellerkind

Aurélia Gualdo

Traduction en anglais avec l’aide de / English translation with the help of Barbara Csanyi


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jhblog 1728 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines