Magazine Culture

Un p’tit coin de paradis

Publié le 24 mai 2013 par Wtfru @romain_wtfru

paradis fisc

A en croire les grands titres, la fraude et évasion fiscale connaîtraient leurs derniers instants. Oui, c’est décidé, si les States s’en mêlent ça va littéralement chier dans les chaumières. Alors rassurez-vous, vos bas de laine sont plus au moins en sécurité à condition qu’ils soient sur le territoire national et qu‘ils aient un trou assez large pour y laisser entrer le fisc – depute. Les grandes fortunes voient là un acharnement injustifié et un dommage collatéral de la lutte contre la dette publique. Les gouvernements se mobilisent à l’échelle planétaire non pas parce qu’ils ont décidés de faire la peau aux riches, mais parce que les pauvres sont vraisemblablement devenus trop pauvres, beaucoup trop pauvres pour pouvoir juguler une brèche budgétaire abyssale. À l’instar du capitaine, Bernard Cazeneuve hurle a tue-tête « mille millions de mille milliards de mille sabords d’euros, faut qu’on trouve une solution ». En effet, c’est le moment de taper dans les bijoux de la Castafiore et d’aller prélever la taille et la gabelle dans la bourse des boursicoteurs.

Sont visé non seulement les paradis fiscaux dont la carte ci-dessous en pointe la localisation, mais également le secret bancaire et les politiques d’évasion fiscale. Tout le monde y va de son idée et le sommet européen tenu mercredi dernier n’est autre qu‘une répétition avant le G8 accueilli par Londres en juin prochain. Les 8 vieux riches risquent de se faire poignarder par la dure réalité des puissants riches (notez ici la lapalissade) qui ont l’argent. Car ils l’ont bien compris, qu’il soit ici ou ailleurs, cela ne fait que très peu de différence car la seule couleur qu’il a pour eux c’est celle des cases de leur diagramme indiquant la rentabilité de leurs investissements. L’argent n’a pas d’odeur parait-il !

Bon, puisque nous avons envie d’y croire un peu, mais seulement un peu, nous avons observé attentivement les mouvements des politiques à cet égard et en effet, il semblerait que l’arrivée des frères pétard  – Washington et Londres  - fasse avancer un peu notre affaire. Juste pour vous donner un aperçu de l’envergure de la supercherie, un rapport du Sénat américain a révélé que l’entreprise Apple ne verse quasiment pas d’impôts dans les pays où elle commercialise ses produits. Voici un exemple fabuleux de ce que permet un système dérégulé. La recette et simplissime avec comme ingrédients, une idée révolutionnaire de préférence technologique, une main d’œuvre bon marché, un génie du marketing et un optimisateur fiscal de confiance. Tous prennent alors la mine grave, sincère, en expliquant que ceci est inadmissible, pis que cela : inconcevable et qu’une solution allait être trouvée dans les délais les plus brefs. Oui, sauf qu’Apple n’a commis aucun délit et son montage fiscal est parfaitement légal. Alors pour le coup, il est relativement difficile de croire que le chemin indiqué par la France sera suivi par la majorité des acteurs européens. L’avenir appartient donc soit au marché unique « terre de concurrence loyale » soit aux plus malins.

http://www.paradisfiscaux20.com/

carte-paradis-fiscaux


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine