Magazine Culture

Vocation fatale, Anne Perry

Par Maliae

vocation-fataleRésumé : Une nouvelle enquête s’offre au détective William Monk. En lui demandant son aide, Mrs. Julia Audley Penrose le plonge dans l’embarras, car il s’agit d’un problème difficile : une agression sexuelle dont a été victime sa sœur.

Seuls le professionnalisme de Monk et l’aide précieuse d’Hester Latterly – elle-même confrontée à la mort violente d’une patiente, étranglée à l’hôpital de Londres où elle travaille – et de Lady Callandra, sa bienfaitrice, permettront de résoudre cette douloureuse affaire.

Avis : il s’agit du quatrième tome de la série Monk. Comme chaque fois je suis enchantée par ma lecture. Ici l’histoire commence par le viol d’une jeune femme, mais j’ai commencé à me poser des questions quand l’affaire est résolue page 54 (je l’avoue je me suis dit "mais que va-t-il se passer maintenant?"), mais Anne Perry n’en avait pas finis avec nous et voilà qu’un meurtre à l’hôpital où travaille Callandra va avoir lieu. J’ai juste adoré ma lecture, retrouvé Monk, Hester et Callandra était un véritable plaisir, d’autant plus que j’adore la relation que Monk et Hester entretiennent entre respect, colère et disputes, je suis HYPER fan de ce couple et chaque fois qu’ils sont ensemble ou qu’ils pensent l’un à l’autre, je frétille et je gluglute car je les adore franchement.
Bon l’histoire est vraiment génial, je me suis vraiment laisser prendre tout du long, Anne Perry est vraiment très forte pour nous balader  même s’il y avait une chose que j’avais parfaitement compris tant elle me paraissait évidente et je ne comprenais pas pourquoi tout le monde s’acharnait dans la mauvaise direction.
J’ai beaucoup apprécié la "morte", c’est un peu gore dis comme ça, mais on apprend à la connaître après son assassinat et ça avait vraiment l’air d’une super personne, une femme infirmière dont le plus grand rêve était d’être médecin, mais dans un monde d’homme où les femmes ne sont bonnes qu’à devoir être belle et plaire à leur mari, c’était très dur pour elle. Encore une fois on a une critique de la société de l’époque et de la manière dont était vu les femmes, j’aime beaucoup surtout que c’est vu au travers de Monk et d’Hester, e d’autres personnages, et on voit que pour un homme c’est par moment difficile de voir la femme autrement que comme faible, mais même pour la femme. Certaines femmes dénigrent elles-mêmes leur propre sexe et ça en devient triste.
J’ai d’ailleurs adoré le père de la victime qui était à fond pour ce que faisait sa fille et qui croyait vraiment en elle et en ses rêves, c’était très beau (et aussi très triste).
Quand au coupable… Et bien je vous laisse lire le livre pour le savoir, mais j’ai accusé tout le monde au moins une fois !

Pas de phrase post-itée.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maliae 1192 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines