Magazine Santé

ALZHEIMER: La cannelle, une épice contre la démence – Journal of Alzheimer's Disease

Publié le 26 mai 2013 par Santelog @santelog

ALZHEIMER: La cannelle, une épice contre la démence – Journal of Alzheimer's DiseaseCes chercheurs de l’Université de Californie Santa Barbara scientifiques révèlent la capacité de la cannelle, et de 2 de ses composés, la cinnamaldéhyde qui lui donne son parfum et l’épicatéchine, un antioxydant flavonoïde –présent aussi dans le chocolat et le vin- comme un agent retardant l’apparition de maladie d’Alzheimer. Alors que la recherche s’active dans la quête de traitements et de composés naturels pour conjurer la maladie, ces nouveaux résultats, publiés dans le Journal of Alzheimer’s Disease, démontrent l’efficacité de ces composés à empêcher le développement d’enchevêtrements filamenteux caractéristiques de la maladie.

Roshni George et Donald Graves, de l’UC Santa Barbara montrent les effets bénéfiques dans la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer de ces deux composés présents dans la cannelle, la cinnamaldéhyde et l’épicatéchine qui viennent empêcher les agrégats de protéine tau. Lorsque la protéine ne se fixe pas correctement aux microtubules qui forment la structure de la cellule, elle commence à s’agglutiner, expliquent les auteurs, entraînant la formation de fibres dans les neurones.

  • La cinnamaldéhyde se lie aux résidus d’un acide aminé appelé cystéine, de la protéine tau, eux-mêmes vulnérables et, en protégeant ainsi la protéine tau, inhibe son agrégation.
  • L’épicatéchine, déjà connue comme un puissant antioxydant interagir avec la cystéine de la protéine tau et fournit également une protection comparable à celle de la cinnamaldéhyde. Les auteurs rappellent le rôle majeur des antioxydants pour la santé des cellules qui permettent de neutraliser et d’éviter l’oxydation induite par la production de peroxydes et de radicaux libres. L’épicatéchine permet de «  séquestrer  » ces sous-produits. 

Cannelle, diabète et Alzheimer : D’autres recherches ont démontré les effets bénéfiques de la cannelle dans la gestion de la glycémie et d’autres troubles métaboliques. Or des études ont montré la relation entre le diabète de type 2 et le risque de la maladie d’Alzheimer : Une glycémie élevée conduit à la surproduction d’espèces réactives de l’oxygène, entraîne un stress oxydatif, un facteur commun à au diabète et à la maladie d’Alzheimer. Alors que la protéine tau est sensible au stress oxydatif, ces résultats confirment les bénéfices probables de la cannelle.

Il n’est pas question de consommer plus de cannelle que celle déjà couramment utilisée dans la cuisine, cependant ces résultats cohérents, marquent une nouvelle voie dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. A fortiori, parce que ce n’est pas la première étude à suggérer ces bénéfices de la cannelle. En 2011, une étude publiée dans PloS ONE montrait que l’extrait de cannelle permet de réduire la formation des agrégats de de bêta-amyloïde et d’améliorer la fonction cérébrale chez la souris atteinte d’une forme de maladie d’Alzheimer.

Source:Journal of Alzheimer’s Disease 2013 Mar 26 (In Press)Interaction of Cinnamaldehyde and Epicatechin with Tau: Implications of Beneficial Effects in Modulating Alzheimer’s Disease Pathogenesis (Visuel © Dionisvera – Fotolia.com)

ALZHEIMER: La cannelle, une épice contre la démence – Journal of Alzheimer's Disease
Lire aussi: ALZHEIMER: Un extrait de cannelle pour traiter la maladie… chez les souris -


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine