Magazine Cuisine

Bons plats, bons vins, what else ?

Par Eric Bernardin

002

Pas facile de trouver la bonne date qui convienne à tous. Le petit groupe que nous formons n'était pas totalement au complet (il le sera le 1er juin) mais nous étions suffisamment nombreux pour passer un bon moment. Chacun avait amené un p'tit quelque chose à manger avec une bouteille.

004

En petite mise en bouche, nous avons démarré avec deux variétés d'andouilles locales, assez différentes de la bretonne ou de la normande. Elle est moins fumée et plus aillée. Du coup, l'accord avec le Champagne n'était pas aussi réussi que je l'espérais. C'était la cuvée Fidèle de Vouette et Sorbée, un pur pinot noir élevé en barrique avant la mise en bouteille. Un vin qui réussi à être dense et riche, légèrement fumé et marqué par les fruits secs, mais en même temps très frais et droit , ce qui faisait passer impec le gras de l'andouillette. Au départ, tout le monde trouvait que les "plateaux" servis étaient un peu généreux. En fait, tout le monde a tout mangé 

007

Pour cette recette, je vous renvoie ICI. Tout est exactement identique mis à part les petits lardons de bacon. C'était accompagné par un Chenin amené par Olivier. Il correspondait exactement à mon souhait. A la fois riche, intense, sur le coing confit, et en même temps quasiment sec, avec une superbe acidité : un très beau vin que ce Rosiers 2002 de Bellivière.

010

Suivaient des joues de porc à la bière cuisinées par Olivier avec deux purées confectionnées par Patrick (cuisine collaborative !). Le vin amené par Patrick était assez mystérieux. Il faisait assez vieux au niveau aromatique tout en étant très tonique, avait une acidité assez marquée tout en ne sentant pas le poivron. Les tannins étaient bien polis, harmonieux. Mais qu'est-ce que ça peut être ? Un Rioja Vina Tondonia 2001 de Lopez de Heredia.

Nous avons continué avec une fourme d'Ambert qu'a accompagné un Monbazillac 2005 de Pécoula. Il était presque trop riche pour le fromage, mais passait tout de même très bien.

012

Quant au dessert, j'en parlerai dans un prochain billet. Non seulemement j'ai trouvé une façon de sauver du kadaïf inutilisable seul, mais c'est meilleur, car à la fois moelleux et croustillant. Je pourrai même en refaire car il m'en reste encore. La glace est à la base de "yaourt grec" et sucrée avec du "sucre à confiture" contenant de la caroube et des carraguénates. Du coup, elle reste parfaitement moelleuse. J'avais servi le dessert avec du Carignan tardif rosé d'Emile et Rose. L'accord était top !

001



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eric Bernardin 4274 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine