Magazine Culture

Morceaux choisis - Henri-Pierre Roché

Par Claude_amstutz

2-anglaises-et-le-contin-5-g.jpg

pour Michel D

Nous avons trois jours devant nous. Il fait froid dehors. Le feu pétille. Muriel s'assied par terre, le dos appuyé au grand divan-lit, se déchausse et tend ses pieds nus vers la flamme, en écarquillant les orteils, pour les mieux chauffer. Je chauffe aussi les miens, mais sans pouvoir les écarquiller comme elle. Nos épaules s'accotent. Nous regardons le feu. Qu'allons-nous faire de tout ce temps? De la sagesse?

J'attrape le pain, en casse un quignon et le fais roussir au feu et nous mordons dedans, sans toucher aux mets simples servis sur la table. J'aurais pu couper des tranches et les griller, mais il eût fallu quitter l'épaule. Nous buvons de l'eau au même verre.

Je revois les fossettes du revers de sa main, dans le labyrinthe. Je sens son dos dans citron pressé. J'ai trop chaud devant le feu. Je me lève, ôte ma veste et la mets sur le dossier d'une des deux chaises. Muriel en fait autant avec la petite sienne, sur l'autre chaise. J'ôte mon chandail et ma cravate, les plie et les pose sur la chaise. Muriel fait de même avec son jersey. J'ôte ma chemise beige et Muriel ôte sa chemisette vert clair et la plie comme moi, sans me regarder. Nous faisons l'essentiel sans parler: nous ôtons ce qui nous sépare. Cela devient certain, elle fera comme moi jusqu'au bout.

Je continue à me dévêtir et à plier mes effets jusqu'à être nu, et Muriel aussi. C'est comme un numéro de cirque. Le feu éclaire doucement. J'ai la vision brève d'une petite Vénus nordique. J'arrache dessus de lit et couvertures, mais ils sont bien engagés et ils résistent à moitié. Muriel se fourre dans le lit, s'arc-boute et, de ses pieds, achève de l'ouvrir, me faisant place. Nous rabattons les draps sur nous et nous nous blottissons. Je contiens Muriel, après sept ans. Les beautés de Pilar et d'Anne s'estompent. Muriel est une neige fraîche que je serre doucement dans mes mains comme pour en faire des boules. Je ne savais pas ce qu'est la consistance. Muriel est un autre état de la matière, qui me donne un but: elle.

Elle ne montre rien. Elle me laisse faire. Je suis en liberté... comme un insecte sous un microscope. Ses oreilles sont plus sensuelles que les miennes. C'est contre cela qu'elle porte une armure. J'ai toujours désiré sa nuque, le seul morceau d'elle que je pouvais regarder à loisir sans être vu par elle. Je pensais: pourrai-je un jour y poser mes lèvres? Je ne les pose pas, ce n'est plus la peine, elle est toute nuque. Elle est le miracle après un long pélerinage. Nous n'avons pas à regarder l'heure. Il n'y a plus de clous qui arrêtent mon bras autour de sa taille. Elle aussi doit repenser ses rêves. Alors je me mets à la manger toute, délicatement, avec mes dents et mes lèvres, je ne finis pas de la constater. Nous sommes un seul nuage avec de lents remous. Elle a trente ans, en paraît vingt, elle est toute neuve. Ses seins sont plus subtils que les jolis seins d'Anne. Il n'est pas question de la prendre: un jour lointain... si elle le commande.

Dans ce pré-natal retrouvé, un tourbillon se forme en moi, une lente marée intérieure qui porte une pointe, et qui me transperce lentement comme dans mon rêve de Claire. Je me serre sur le flanc de Muriel, je lui renverse la tête, j'ouvre sa bouche avec mes mains, elle se laisse faire, j'ouvre grande ma bouche à moi, je l'approche de la caverne rouge-rose de la sienne, et je m'y laisse rugir tout bas, tandis que nos enfants s'épanchent contre son flanc. C'est arrivé, contenu depuis si longtemps, je n'y suis pour rien. Tant mieux. Elle y réfléchira plus tard.

Je suis dans le Grand Nord, dans une contrée impassible qui ne m'est pas hostile mais où, sans repère, je suis perdu.


Henri-Pierre Roché, Le journal de Muriel IV, dans: Les deux anglaises et le continent (coll. Folio/Gallimard 2001) 

image: François Truffaut, Les deux anglaises et le continent, avec: Jean-Pierre Léaud, Kika Markham et Stacey Tendeter (1971)

musique: Georges Delerue pour: François Truffaut, Les deux anglaises et le continent (1971)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Morceaux choisis - Anne Hébert

    Morceaux choisis Anne Hébert

    Je suis la terre et l'eau, tu ne me passeras pas à gué,mon ami, mon ami Je suis le puits et la soif, tu ne me traverseras pas sans péril,mon ami, mon ami Midi... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Paul Léautaud

    Morceaux choisis Paul Léautaud

    pour Catherine PStendhal! l'enchantement de ma jeunesse, l'enchantement de mon âge mûr. Stendhal! l'intelligence, la sensibilité, l'observation et l'analyse... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Pierre Laporte : Trajectoires

    Pierre Laporte Trajectoires

    Il s'agit d'une de mes dernières lectures sur 2012 et ce sera une de mes premières chroniques littéraires sur 2013. Elle ne sera pas la plus simple. Pierre... Lire la suite

    Par  Gangoueus
    CULTURE, LIVRES
  • Le Mas Théotime - Henri Bosco

    Théotime Henri Bosco

    Un auteur oublié au parfum de lavande Paul Cézanne - Maison en Provence « Depuis dix ans j'habite le mas Théotime. Je le tiens d'un grand-oncle qui portait ce... Lire la suite

    Par  Ivredelivres
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Albertine Sarrazin

    Morceaux choisis Albertine Sarrazin

    O jongleur de paradisRevenu en purgatoireAvec les yeux étourdisQuelle magicienne histoireEst l'amour que tu prédis L'illusion avec l'annéeRevient aux quatre... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Jocelyne François

    Morceaux choisis Jocelyne François

    Il est au soleil pâle, sur le seuil. Pâle lui aussi. Un tel changement s'est produit en lui qu'elle reste muette. Il y a presque huit mois qu'elle ne l'a vu.... Lire la suite

    Par  Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • LOUP, Y ES-TU ? de Henri Courtade

    LOUP, ES-TU Henri Courtade

    Editions FOLIO SF7.50 euros400 pagesPrésentation de l'éditeur:Et si les personnages maléfiques des contes de notre enfance existaient réellement ? Sans doute ce... Lire la suite

    Par  Phooka
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Claude_amstutz 25354 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines