Magazine Santé

Distension vésicale: S'hydrater oui, mais pas trop!

Publié le 27 mai 2013 par Santelog @santelog

DISTENSION VÉSICALE: S'hydrater oui, mais pas trop! – BMJOn assiste à des apports liquidiens dépassant trop souvent 2 litres par jour et parallèlement à des écarts entre deux mictions bien souvent supérieurs à 4 heures. Parce que la consommation excessive d’eau conduit à la distension vésicale ou  » vessie distendue  » et qu’elle est de plus en plus fréquente dans nos sociétés occidentales, plusieurs études, dont une, publiée dans le British Medical Journal, mettent en garde contre une pratique qui conduit finalement à l’incontinence d’effort ou par impériosité et urgenturie.

En cause ici, certains fabricants d’eau qui, souvent par intérêt, recommandent de boire jusqu’à 1,5 à 2 litres d’eau par jour et suggèrent qu’une légère déshydratation peut être facteur de développement de diverses maladies. Or 1,5 litres d’apports liquides quotidiens sont suffisants et en remplissant sans le vider cet organe creux qu’est la vessie, celle-ci se distend et devient hyposensible, pour aboutir à ce que l’on appelle une  » vessie claquée « .

La vessie claquée se laisse distendre par un remplissage excessif jusqu’à plus de 500 ml, sans perception de besoin d’uriner. La moindre pression ensuite va entraîner un débordement et une fuite. L’instabilité vésicale est aussi une conséquence possible de la vessie distendue dont les fibres musculaires ne réagissent plus correctement. Lorsque le besoin survient sur cette vessie hyposensible, il s’accompagne de contractions vésicales désinhibées et d’impériosité.

Il ne s’agit pas de dire à chacun de boire davantage : Dans le British Medical Journal, un médecin de Glasgow, le Dr Margaret McCartney s’insurge contre la recommandation «  marketing  » de boire 2 litres d’eau par jour pour prévenir la déshydratation ou d’autres maladies. Il n’existe aucune preuve scientifique claire des bénéfices apportés par de telles quantités d’eau, explique-t-elle. Seules certaines situations nécessitent de boire en quantité suffisante, comme les calculs rénaux récurrents par exemple. En fait, si notre corps a besoin d’eau ou de liquides pour fonctionner correctement et éviter la déshydratation, sous nos climats tempérés, nous devrions boire environ 1,2 litre (6 à 8 verres) de liquide par jour.

En 2011, des médecins du Réseau Périnice avait tiré un signal d’alarme, mettant à leur tour fin au mythe des bénéfices de l’eau : “Boire abondamment de l’eau détruit la fonction vésicale en distendant la vessie. Pléthore d’eau entraîne pléthore de maux urinaires” et en particulier l’incontinence urinaire qui touche aujourd’hui plus de 6 millions de femmes en France, mais aussi des troubles du sommeil avec la nycturie, les cystites et les infections urinaires à répétitions, reflux vésico urétéraux, l’insuffisance rénale, les troubles de l’humeur voire la dépression…

Sources: BMJ 343:d4280 Waterlogged?, NHS “Six to eight glasses of water ‘still best’”, Périnice Incontinence urinaire et vessies distendues : amélioration de la prise en charge (Visuel © Amir Kaljikovic – Fotolia.com)

 

DISTENSION VÉSICALE: S'hydrater oui, mais pas trop! – BMJ

Retrouvez des Conseils sur les différents types de fuites urinaires

DISTENSION VÉSICALE: S'hydrater oui, mais pas trop! – BMJ
 Recevoir un échantillon

DISTENSION VÉSICALE: S'hydrater oui, mais pas trop! – BMJ
Accéderau dossier de Santé log  » Incontinence, la nécessité d’une prise en charge multidisciplinaire « - Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine