Magazine Cinéma

Gatsby le Magnifique: le film évènement.

Par Meganec

   Vous n’avez pas pu passer à côté sans le remarquer, Gatsby le Magnifique est le film dont tout le monde parle. Il a créé l’évènement pour plusieurs raisons: d’une part, parce qu’il a fait l’Ouverture du Festival de Cannes, d’autre part, parce que c’est une adaptation d’un monument de la littérature américaine, mais aussi parce que c’est un film de Baz Luhrmann (et que toutes créations d’un tel réalisateur est attendue), et enfin parce qu’il est doté d’un casting d’exception (on peut notamment citer Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire ou encore Carey Mulligan).

Adaptation F. Scott Fitzgerald.

   Sorti le 15 mai dernier en salle, cette adaptation du célèbre roman homonyme de F. Scott Fitzgerald n’est pas passée inaperçue et a été relativement bien accueillit par le public comme par la presse. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé ce film, c’est pourquoi j’ai voulu en parler et répondre aux critiques qui lui sont fait, les trois principales étant l’anachronisme des musiques constituants la bande-originale, le trop plein d’effets de caméra et la lenteur de certains moments.

Je vais donc commencer par la bande-originale (que j’ai trouvé absolument géniale) entièrement produite par Jay-Z et qui est, il est vrai, totalement en anachronisme avec l’époque à laquelle se déroule l’histoire de Gatsby (les années 20). Cette musique peut donc évidemment surprendre, voire déranger, mais il faut comprendre que c’est un parti pris audacieux. En effet, dans les années 20, le jazz fait son arrivée, c’est une musique qui est alors totalement nouvelle et moderne et Luhrmann a voulu recréer cette impression pour le spectateur en substituant alors le hip-hop au jazz et en mêlant ces sonorités.

Pour ce qui est des effets de caméra, le réalisateur prend beaucoup de libertés mais c’est pour mieux embarquer le spectateur dans cette effervescence si particulière aux années 20. S’il en fait donc beaucoup, c’est pour que le spectateur se sente pleinement intégré dans cette époque et la comprenne.

Enfin, concernant la lenteur de certains moments, elle est selon moi indéniable mais ce n’est pas forcément une mauvais chose et ce pour une unique raison: on la trouve déjà dans le livre. Il me semble donc qu’on ne peut pas reprocher à Luhrmann cette lenteur puisqu’elle est présente au nom de la fidélité au roman de Fitzgerald. A noter d’ailleurs que cette adaptation est généralement plus appréciée que celle réalisée par Jack Clayton en 1973 avec Robert Redford dans le rôle de Gatsby.

   En résumé, je pense que le Gastby de Luhrmann mérite totalement son succès tant il est fidèle à l’œuvre de Fitzgerald et brillant pour ce qui est de la mise en scène, comme pour ce qui est des costumes, des décors ou encore de la bande-originale. Il faut aussi saluer le choix de casting (ce dernier étant à mon sens quasiment parfait) et la performance des acteurs, particulièrement celle de Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan et Joel Edgerton.


Classé dans:Cinéma

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Meganec 14 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines